envoyer la page à un ami Ajouter aux favoris Version imprimable dico de la beauté dico des célébrités dico des marques dico de la musique dico des finances annuaire Santé


Héroïne : un piège diabolique dont la consommation est heureusement en baisse



L'héroïne est une drogue dérivée de l'opium du pavot, c'est, avec la morphine et la codéine, l'opiacé le plus utilisé mais elle est trois fois plus puissante que la morphine. C'est un dérivé semi synthétique de l'opium se présentant sous forme de fine poudre soluble qui peut être de
couleur blanche (la chinoise), brunâtre (brown sugar), ou noire. L'héroïne vendue dans la rue est parfois très faiblement dosée : de 5 à 10 %, parfois moins. En effet, pour en augmenter le volume, les vendeurs n'hésitent pas à la couper ou la diluer largement avec du lactose, de la quinine, de l'amidon, du bicarbonate de soude ou encore de la strychnine. L'héroïne est humée ou injectée mais si les nouveaux consommateurs commencent habituellement par « sniffer », avec un effet assez lent à venir, certains finissent par l'injecter dans les muscles ou dans les veines pour connaître le fameux « flash » abondamment décrit dans les ouvrages des années soixante. Car l'héroïne a bénéficié d'un effet de mode qui a eu des résultats très nuisibles sur la jeunesse de cette époque. Depuis, sa consommation a baissé mais elle s'est en partie reportée sur les nouveaux stupéfiants tels l'ecstasy et autres drogues chimiques modernes. Les consommateurs d'héroïne décrivent après l'injection, un sentiment de bien-être intense, une impression de chaleur, de relaxation et de désinhibition, ajoutons que le produit réduit la douleur et retarde l'éjaculation. Mais l'effet ne dure que quelques heures et seule une nouvelle dose peut procurer à nouveau cet état de détente et de déconnexion d'avec la réalité, d'où forcément une rapide dépendance. L'héroïne provoque alors des états de somnolence et d'éveil durant lesquels le monde n'existe plus, prise à fortes doses elle amène un état de torpeur permanent et des pupilles en « tête d'épingle ». Les nombreux risques médicaux liés à la prise et à l'overdose sont d'ordre cardiaques, infectieux et pulmonaires. De plus, la dépendance psychologique et physique à l'héroïne est très forte, elle crée une accoutumance qui amène à une augmentation des doses pour obtenir les mêmes effets et ensuite ne pas souffrir. Car les symptômes de sevrage vont des larmes à l'insomnie, en passant par des phases de spasmes musculaires, d'anxiété, de grelottements, d'hypertension, diarrhée, irritabilité, frisson etc. Si l'usager est en mauvaise santé ou extrêmement dépendant, il peut même mourir de l'arrêt brutal de la drogue, sans parler des risques de transmission du SIDA ou d'hépatites. Le risque social est extrêmement grave, la drogue devient un prétexte pour voler ou même tuer et avoir une vie « normale » est impossible. C'est pourquoi on a mis au point des médicaments qui permettent aux drogués de sortir du cercle infernal dans lequel ils se procurent l'héroïne en leur délivrant des substituts chimiques. La méthadone ou le Subutex, principaux produits concernés, sont distribués selon des protocoles très stricts dans des centres spécialisés ou les pharmacies. En France entre 1998 et 2005, la part des personnes prises en charge dans les Centres de soins spécialisés pour toxicomanes pour consommation d'opiacés est passée de 63 à 48 pour cent. En 2003, le nombre de personnes traitées par BHD ou Subutex était estimé à environ 78 000, pour 14 000 traitées par méthadone. La chimie seule ne peut néanmoins pas faire de miracle et un accompagnement psychologique est indispensable pour permettre au malade, car c'est devenu un malade, de changer les éléments de sa vie qui l'ont amené à cette dépendance. On aborde là des problèmes qui rejoignent l'alcoolisme et toutes les dépendances en général.

Date de création : 18/07/2007 18:06
Contributions de Regine
Votez cet article :   Très bien    Bien    A revoir


Héroïne
Héroïne


Il y a environ 6 mois, Aquadesign publiait cet article :

Séoul, un énorme poids économique, démographique et politique en Asie du Sud-Est



tests gratuits
Vous avez un peu de temps ? Amusez-vous avec nos jeux et tests gratuits!


cvs gratuits
Vous recherchez un emploi ? Inspirez vous de nos exemples et modèles de cv gratuit








Il y a 3 commentaires pour cet article :
Le 09/08/2007 à 02:03:43, x a écrit :

la consommation d'Héroïne n'est absolument pas en baisse, le prix du gramme baissant. en plus les gamins d'aujourd'hui n'ont pas tous le souvenir comme dans les années 80 de seringues dans les parcs, de junkies marginalisés... mais il ne faut pas se tromper : la méthadone très dangereuse donnée par l'état pour que les tox restent tranquilles occasionne énormément plus de dépendance et même d'overdoses. et ne parlons pas de la codéine dans les sirop en vente libre ou presque... tout ça pour être tranquille...
Le 09/08/2007 à 02:09:04, j a écrit :

au fait, pour l'éjaculation retardée par l'Héroïne, ça c'est au début de la consommation...après quelques mois de prises quotidiennes, c'est l'inverse qui se passe... la libido baisse.... et effectivement l'extase est dure à avoir avec le sexe puisqu'il est petit à petit remplacé par la came... pour uriner c'est de plus en plus long à venir: il faut parfois attendre plusieurs minutes pour sortir quelques gouttes, alors que l'envie d'uriner est là.
Le 04/02/2008 à 20:15:20, i a écrit :

comment faire pour arrêter l'héroïne ? Il existe des centres spécialisés et des substituts



Nom ou pseudo :

Commentaire : (les commentaires abrégés en SMS seront supprimés)
Vos commentaires sont soumis à modération. Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

:-) ;-) :-/ :-| LOL :-D :( :-C 8-) :-o ;-( 8-O



Recopiez le code de l'image dans la case :

confirmation de votre commentaire




Navigation:
Le métier d'Inspecteur des Douanes Département de la Loire (42), Saint-Etienne, les Monts du Forez et Montbrison


A voir dans notre annuaire :
  Rubrique > Information santé (85 sites)
  Rubrique > Blog perso (71 sites)
  Rubrique > Alcoolisme et toxicomanies (66 sites)
  Rubrique > Associations Toxicomanie (7 sites)


[Retour au guide Aquadesign]