envoyer la page à un ami Ajouter aux favoris Version imprimable dico de la beauté dico des célébrités dico des marques dico de la musique dico des finances annuaire Santé


Le complexe de castration, la fin de la phase oedipienne chez le jeune garçon.



Le complexe de castration naît de la crainte non consciente qui apparaît chez l'enfant lorsque celui-ci découvre la différence anatomique des sexes. Il formule alors l'hypothèse d'un seul et unique appareil génital, soit l'organe mâle chez absolument tous les êtres humains ! Le complexe de castration est ainsi directement lié aux théories infantiles... Il se traduit par tout un
ensemble de représentations ou de souvenirs qui sont en général inconscients et chargés d'une très forte valeur affective. Ainsi, selon Freud, le petit garçon interprète l'absence de pénis chez la fille comme une menace de sanction pour ses activités auto- érotiques, une interprétation d'ailleurs parfois renforcée par une menace paternelle réelle. Dans la mesure où l'autoérotisme est lié au complexe d'Œdipe, le complexe de castration annonce pour le petit garçon la fin de la phase oedipienne. De son côté, la petite fille ressent l'absence de pénis comme une frustration, frustration qu'elle cherche à nier ou à compenser en prenant son père comme objet d'amour. Chez elle, le complexe d'Œdipe est précédé et préparé par les séquelles du complexe de castration. Freud n'accordera une place fondamentale au complexe de castration dans le développement de la sexualité infantile qu'au début des années vingt. Il lui faudra ainsi, pour arriver à une telle conclusion, dégager l'existence d'une phase phallique, phase dans laquelle l'objet de la castration a une égale importance tant pour le petit garçon que pour la petite fille. Par ailleurs, Freud remarquera l'importance du complexe de castration quand il étudiera le narcissisme... De fait, la représentation de la perte du phallus entraîne une dépréciation du moi chez l'enfant, une « blessure narcissique », qui contribuera à l'édification du surmoi. L'enfant, en renonçant à la satisfaction de ses désirs oedipiens, transforme son investissement sur les parents en une identification aux parents. Il intériorise ainsi l'interdit qui frappe son autoérotisme. En tant que moment de l'évolution de la sexualité infantile, le complexe de castration se rencontre chez tous les individus. Pour autant, il pourra être à l'origine de déviations sexuelles si il est mal surmonté. Ainsi, chez le garçon, l'horreur de la femme et la prédisposition à l'homosexualité découleront de la conviction que la femme n'a pas de pénis ! Ses parties génitales évoqueront une menace qui provoque le dégoût plutôt que du plaisir. Chez la fille, le refus d'accepter le fait de sa castration pourra développer un « complexe de masculinité », qui fera d'elle une rivale de l'homme....

Date de création : 19/07/2007 10:07
Contributions de Ludovic
Votez cet article :   Très bien    Bien    A revoir


Le complexe de castration
Le complexe de castration


Il y a environ 6 mois, Aquadesign publiait cet article :

Porto, la douceur de vivre dans un cadre idyllique !



tests gratuits
Vous avez un peu de temps ? Amusez-vous avec nos jeux et tests gratuits!


cvs gratuits
Vous recherchez un emploi ? Inspirez vous de nos exemples et modèles de cv gratuit








Il y a aucun commentaire pour cet article :



Nom ou pseudo :

Commentaire : (les commentaires abrégés en SMS seront supprimés)
Vos commentaires sont soumis à modération. Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

:-) ;-) :-/ :-| LOL :-D :( :-C 8-) :-o ;-( 8-O



Recopiez le code de l'image dans la case :

confirmation de votre commentaire




Navigation:
Exposition au Musée-atelier départemental du verre à Sars-Poteries "Bulles de perles" Le complexe d’infériorité : la crainte de paraître inférieur aux autres.


A voir dans notre annuaire :
  Rubrique > Santé (3240 sites)
  Rubrique > Sante mentale (87 sites)
  Rubrique > psychanalyste (22 sites)
  Rubrique > Personnalité et troubles (12 sites)


[Retour au guide Aquadesign]