envoyer la page à un ami Ajouter aux favoris Version imprimable dico de la beauté dico des célébrités dico des marques dico de la musique dico des finances annuaire Histoire


Rudolf Hess, un des premiers compagnons d’Hitler mais un homme bien bizarre !



Drôle de personnage que ce Rudolf Hess ! Il est né à Alexandrie en Egypte le 26 avril 1894 de parents commerçants. Sa mère est anglaise et son père un ultranationaliste allemand. Enrôlé lors de la Première Guerre mondiale, c'est un casse-cou qui est blessé de nombreuses fois.
Il voulait être engagé dans l'armée de l'air mais la guerre se termina trop tôt à son goût pour qu'il puisse voler. Influencé par les idées de son père, il entre très tôt au parti nazi, dès 1920. Il entre aussi dans la société de Thulé, une loge germaniste et antisémite dans laquelle il rencontre Alfred Rosenberg. En 1920, il rencontre Hitler qui n'a pas encore de titre ni d'aura mais il semble fasciné par le personnage. Il l'accompagne dans son ascension en étant son secrétaire particulier, participe au putsch de la brasserie, à la suite duquel Hitler est arrêté et emprisonné. Rudolf Hess l'accompagne en cellule et l'aide à rédiger « Mein Kampf », soit la doctrine aryenne d'Hitler. Occupant une position privilégiée lors de l'accession au pouvoir du Führer, Rudolf Hess est peu à peu délaissé dans les années 1930 bien qu'Hitler le nomme officiellement comme étant son dauphin, puis troisième personnage du Reich après lui-même et Göring. Hess engage ensuite Martin Bormann en tant que secrétaire particulier, en représentant Hitler lors de quelques manifestations de peu d'importance. Mais Bormann a beaucoup d'ambition sous ses airs froids et « coincés ». Il commence à prendre de l'influence auprès d'Hitler. Considéré comme un peu bizarre par ses pairs, Rudolf Hess verra son rôle peu à peu marginalisé au profit de Göring, de Goebbels et surtout de Himmler. Il est pourtant nommé membre du Conseil de la défense du Reich en 1939. Il est vrai que l'homme était excentrique : il se passionnait pour les horoscopes, l'ésotérisme, les mages, les sorciers... réminiscences sans doute de son enfance en Egypte... De plus il était végétarien, ne se soignait qu'avec des médecines parallèles, ne buvait que du thé... Tout cela à l'époque n'était guère courant ! Quoi qu'il en soit, Rudolf Hess est à l'origine d'une histoire surprenante. Le 10 mai 1941, il détourne un avion en direction du nord du Royaume-Uni et saute en parachute dans la région de Ayrshire en Ecosse... Il voulait soit-disant, rencontrer le duc d'Hamilton qui était au service de Lord Halifax, lui-même opposant de Churchill. En fait, les services secrets anglais firent courir le bruit qu'une paix était envisageable avec les nazis. Or, Churchill y était complètement opposé mais à cette époque, l'Angleterre était seule en guerre contre l'Allemagne et Churchill était très critiqué par le peuple anglais. Cette possibilité d'ouverture de paix qui aurait été entreprise par Lord Halifax, aurait entraîné Hitler à se battre sur le front Est et à délaisser l'Angleterre. Quoi qu'il en soit, Rudolf Hess fut emprisonné à la Tour de Londres et comme l'opération avait échoué, Hitler le traita de « fou », prétendant que Rudolf Hess avait agi sans ordre. Hitler devait pourtant être bien au courant de la manoeuvre... Après le départ de Hess, Martin Bormann succéda à son poste auprès d'Hitler. Rudolf Hess passa donc le reste de la guerre en prison. Lors du procès de Nuremberg, il était présent et s'entendit être condamné à la prison à perpétuité pour « plan concerté ou complot et crimes contre la paix ». Malgré la « co-rédaction » de « Mein Kampf », Rudolf Hess ne se jugea coupable d'aucun crime et prétendit n'avoir obéi qu'à son Führer pour le bien du peuple allemand. Il resta enfermé à la prison de Spandau à Berlin-Ouest sous le nom de « prisonnier numéro 7 ». Après les libérations de Baldur von Schirach et d'Albert Speer en 1966, il resta seul en prison, perdant peu à peu la tête et la mémoire. On le retrouva mort en cellule le 17 août 1987 pendu à un fil électrique. La raison officielle de la mort fut le suicide mais le fils de Rudolf Hess a toujours prétendu qu'il s'agissait d'un assassinat mené par la CIA ou les SAS (forces spéciales britanniques). Après sa mort, la prison fut détruite pour éviter le futur rassemblement de mouvements néo-nazis ce qui ne les a pas empêchés de se retrouver sur sa tombe à Wunsiedel en Bavière...

Date de création : 08/08/2007 18:15
Contributions de Catherine
Votez cet article :   Très bien    Bien    A revoir


Rudolf Hess
Rudolf Hess


Il y a environ 6 mois, Aquadesign publiait cet article :

Les protozoaires, c'est quoi ?



tests gratuits
Vous avez un peu de temps ? Amusez-vous avec nos jeux et tests gratuits!


cvs gratuits
Vous recherchez un emploi ? Inspirez vous de nos exemples et modèles de cv gratuit








Il y a un commentaire pour cet article :
Le 09/08/2007 à 09:35:00, cerise a écrit :

Comment Rudolf Hess a t-il participé concrètement au génocide ?



Nom ou pseudo :

Commentaire : (les commentaires abrégés en SMS seront supprimés)
Vos commentaires sont soumis à modération. Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

:-) ;-) :-/ :-| LOL :-D :( :-C 8-) :-o ;-( 8-O



Recopiez le code de l'image dans la case :

confirmation de votre commentaire




Navigation:
Evolution du prix de l' immobilier, acheter ou vendre une maison, un appartement, un bien immobilier Albert Speer, architecte du IIIe Reich et ministre des armements et de la production de guerre


A voir dans notre annuaire :
  Rubrique > Histoire (207 sites)
  Rubrique > Guerres (19 sites)
  Rubrique > Seconde guerre mondiale (6 sites)


[Retour au guide Aquadesign]