envoyer la page à un ami Ajouter aux favoris Version imprimable dico de la beauté dico des célébrités dico des marques dico de la musique dico des finances annuaire Musique


Ravi Shankar donnera un concert exceptionnel, Salle Pleyel à Paris, le 18 mai prochain



Ravi Shankar est un musicien sitariste et compositeur qui a fait connaître au monde entier la musique de l'Inde du Nord. Né le 7 avril 1920 à Vârânasî ou Bénarès, en Inde, il est issu d'une famille de riches propriétaires terriens appartenant à la caste sacerdotale des brahmanes, la plus haute dans la hiérarchie indienne. Son père, Shyama Shankar, parti très tôt exercer
à Londres puis à Genève, en tant qu'avocat avant d'enseigner à New York, mourut alors que le jeune Ravi Shankar avait quinze ans. Cependant, le futur ambassadeur de la musique indienne dans le monde s'engagea dans une voie toute différente et commença par vouloir devenir acteur. Toutefois, comme le frère aîné de Ravi Shankar, Uday, dirigeait alors une troupe d'artistes, il engagea son petit frère comme danseur, ce qui lui permit de découvrir la vie artistique de l'époque. La compagnie obtenant un grand succès dans son pays, elle fut ensuite invitée à Venise, Paris et Londres, amenant même la famille à s'installer quelque temps à Paris en 1930. La rencontre décisive pour l'avenir de Ravi Shankar se produisit lorsque son frère Uday, toujours soucieux d'enrichir sa troupe des meilleurs musiciens indiens, fit venir l'illustre Ustad Allauddin Khan. Ravi Shankar, très impressionné par son talent, vit en lui le grand maître qui l'initierait réellement à la vînâ, à l'esraj et au sitar, instruments qu'il étudiait déjà depuis quelques années en plus de la danse et du chant. Lorsque son frère décida de dissoudre la troupe et de rentrer en Inde, Ravi Shankar fut confié au gourou, qui le prit sous son aile comme un fils à condition qu'il accepte de tout quitter pour son enseignement. Le jeune fils de famille aisée, habitué aux hôtels de luxe, se rasa alors la tête, enfila des vêtements très simples, rejoignit Ustad Allauddin Khan, et resta sept années auprès de lui dans la tradition du Guru Kul, une initiation dans des conditions parfois très dures. Comme Ravi Shankar était très doué, il parvient à maîtriser magistralement le sitar, le surbahar, le style et la technique de la vînâ, du rabâb et du sursingar, avec les conseils de son maître, et se fit vite remarquer par de grandes personnalités musicales indiennes. Ravi Shankar s'engagea alors dans une mission de popularisation de la musique indienne en Occident, se produisant en Amérique pour la première fois à l'âge de trente six ans. L'alchimie prit très vite auprès des musiciens rock des années 1960, en pleine recherche d'originalité, d'effets exotiques mystérieux et psychédéliques, en raison du son particulier du sitar, avec tous ses effets de résonance sympathique. Dès 1966, un des membres des Beatles, George Harrison devint son élève et utilisa le sitar sur un premier titre, « Norvegian Wood », suivi de nombreux autres. De même, dans « Paint It, Black » des Rolling Stones, Brian Jones utilisa le sitar, et fut imité par nombre de groupes de rock de l'époque. Il faut dire que la musique si particulière de Ravi Shankar correspondait parfaitement à l'état d'esprit des jeunes hippies de l'époque par son coté exotique et marqua les débuts des voyages vers des destinations telles que Katmandou ou Goa. En 1967, Ravi Shankar fonda sa propre école, Kinnara, à Los Angeles. L'artiste participa cette année-là au Monterey Pop Festival, on le vit également en 1969 à Woodstock, et en 1971 au concert pour le Bangladesh qu'avait organisé Georges Harrison. Ravi Shankar collabora également à des genres musicaux très différents, telles ses collaborations avec le violoniste classique Yehudi Menuhin ou le flûtiste Jean-Pierre Rampal sur l'album « West meets East ». John Coltrane, qui travailla aussi avec Ravi Shankar, fut si impressionné qu'il nomma son fils Ravi en hommage au musicien indien. Bien des expériences et des croisements musicaux inattendus plus tard, Ravi Shankar est toujours là, accompagné maintenant de sa fille et élève : Anoushka Shankar, qui a sorti plusieurs albums. Son autre fille, Norah Jones, a préféré le jazz et la pop et est devenue une star dans ce domaine. Le 18/05/2008, se déroulera à la Salle Pleyel de Paris un concert exceptionnel où Ravi Shankar se produira avec Anoushka Shankar. Car, à 87 ans, le grand musicien n'a rien perdu de son aura ni de son talent....

Date de création : 20/02/2008 19:31
Contributions de Regine
Votez cet article :   Très bien    Bien    A revoir


Ravi Shankar
Ravi Shankar


Il y a environ 6 mois, Aquadesign publiait cet article :

Entretien professionnel: un obstacle à surmonter dans le calme!



tests gratuits
Vous avez un peu de temps ? Amusez-vous avec nos jeux et tests gratuits!


cvs gratuits
Vous recherchez un emploi ? Inspirez vous de nos exemples et modèles de cv gratuit








Il y a aucun commentaire pour cet article :



Nom ou pseudo :

Commentaire : (les commentaires abrégés en SMS seront supprimés)
Vos commentaires sont soumis à modération. Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

:-) ;-) :-/ :-| LOL :-D :( :-C 8-) :-o ;-( 8-O



Recopiez le code de l'image dans la case :

confirmation de votre commentaire




Navigation:
Pourville-sur-Mer/Varengeville-sur-mer, stations balnéaires de Seine-Maritime Monteverdi Claudio, l’un des pionniers de l’opéra moderne


A voir dans notre annuaire :
  Rubrique > Musique (3238 sites)
  Rubrique > Categories Musicales (1049 sites)
  Rubrique > Musique du monde et internationale (82 sites)
  Rubrique > Agenda des concerts (76 sites)
  Rubrique > Réservation de tickets (43 sites)


[Retour au guide Aquadesign]