envoyer la page à un ami Ajouter aux favoris Version imprimable dico de la beauté dico des célébrités dico des marques dico de la musique dico des finances annuaire Histoire


Léon Gambetta, un homme politique, avocat français, un symbole du patriotisme républicain



Léon Gambetta est né à Cahors, dans le département du Lot, le 2 avril 1838, il est mort à Sèvres dans le département de la Seine-et-Oise, le 31 décembre 1882.Léon Gambetta était le fils d'un immigré italien, originaire de Gênes qui exerçait comme épicier, sa maman Marie
Madeleine Orasie Massabie était native de la région du sud-ouest, elle était la fille d'un pharmacien de Molières, dans le Tarn-et-Garonne. Gambetta suivit des études au petit séminaire, puis au lycée de Cahors. A savoir que Léon Gambetta avait perdu un oeil, à l'âge de 16 ans des suite d'un malheureux accident. Son baccalauréat es-lettres obtenu en 1856, il partit pour Paris, où il obtint une licence de droit, et devint avocat. Léon Gambetta fréquentait le quartier latin. Léon Gambetta demanda la nationalité française, le 29 octobre 1859, à l'âge de 21 ans, et l'obtint Le 14 novembre 1868, commence sa carrière d'avocat, en plaidant pour le journaliste républicain Charles Delescluze, inculpé pour avoir ouvert une souscription publique dans son journal, afin d'ériger une stèle à la mémoire de Jean-Baptiste Alphonse Baudin, un médecin et député de la seconde République, à l'Assemblée, mort sur une barricade, dressée par les ouvriers, rue du Faubourg Saint-Antoine, le 3 décembre 1851. En tant qu'avocat, Gambetta fut l'accusateur de l'Empire autant que défenseur de son client, Gambetta fit de ce procès un événement capital, toutefois ce procès fut perdu par Charles Delescluze, qui fut condamné à la déportation, à Cayenne et sur l'île du Diable, ou étaient détenu les condamnés politiques. En 1960, il sera libéré, grâce à l'amnistie générale des déportés politiques, signée le 16 août 1859. Léon Gambetta, devint alors, l'orateur de la gauche républicaine. En avril 1869, Gambetta se présente aux élections législatives, il est l'instigateur du programme radical de Belleville, et propose les mesures suivantes, la suppression des armées permanentes, l'instauration de l'impôt sur le revenu, l'école gratuite, laïque et obligatoire, le rétablissement de la liberté de réunion et d'association, le suffrage universel, la liberté de la presse, la séparation entre l'église et l'état. Le 19 juillet 1870, Napoléon III, déclare la guerre à la Prusse, d'une manière précipitée, sans prendre la peine de s'assurer du soutien des grands pays européens, sans même vérifier les dispositions de l'armée, les Prussiens recevront la capitulation de l'armée française enfermée à Sedan, dans les Ardennes, le 2 septembre 1870, Napoléon III et ses troupes seront fait prisonniers. Napoléon III enverra d'ailleurs un télégramme à l'impératrice Eugénie qui disait « L'armée est vaincue et captive, moi-même suis prisonnier ». L'empereur fut déchu arriva alors la République. Gambetta va alors le 7 octobre 1870, être chargé par le gouvernement de la Défense nationale, de bouter les prussiens hors de France, c'est à cette occasion que Gambetta quittera Paris, en montgolfière, au dessus des lignes ennemies prussiennes, pour se rendre à Tours, ou il réorganise le gouvernement, s'attribuant au passage le portefeuille de la Guerre. Son projet de libérer Paris se soldera par un échec. Le nouveau gouvernement se repliera à Bordeaux. En janvier 1871, ce fut la capitulation de Paris, par le chef de l'État et du gouvernement français Louis Adolphe Thiers, qui conclut le traité de Francfort avec Otto Eduard Leopold von Bismarck. Gambetta participa ensuite à plusieurs ministères, soutenant entre autres la politique de Thiers, Gambetta se présenta aussi aux élection présidentielles, en 1879, ou il ne réunit très peu de voix. Il deviendra toutefois président de la Chambre des députés entre les années 1879 - 1881, président du Conseil de son gouvernement et ministre des Affaires étrangères de 1881 à 1882, années pendant lesquelles il veut organiser de grandes réformes pour les ouvriers, ey pense à mettre certaines mesures en place, notamment la reconnaissance du droit syndical, la nationalisation du chemin de fer. La politique menée par Gambetta, inspira fortement Jean Jaures, socialiste, qui l'admirait . Léon Gambetta, est mort d'un septicémie à cause d'une blessure à la main, on dit qu'il réparait un pistolet, on dit aussi que Gambetta aurait été blessé par sa maîtresse, Léonide Leblanc, une artiste dramatique, qui fut aussi la maîtresse, de Georges Clémenceau et celle du duc d'Aumale. Gambetta avait lors 44 ans, il fut enterré au cimetière du Château à Nice, aux côtés de sa maman. Le 11 novembre 1920, il fut inhumé sous l'Arc de triomphe de Paris, le coeur de Gambetta fut transféré au Panthéon. Après son décès, Léon Gambetta devint le symbole du patriotisme républicain. Gambetta disait, « Pour gouverner les Français, il faut des paroles violentes et des actes modérés ».

Date de création : 18/04/2008 09:22
Contributions de Olive2
Votez cet article :   Très bien    Bien    A revoir


Léon Gambetta
Léon Gambetta


Il y a environ 6 mois, Aquadesign publiait cet article :

Les Chevaliers d’Emeraude, d'Anne Robillard, aux Editions Michel Lafon



tests gratuits
Vous avez un peu de temps ? Amusez-vous avec nos jeux et tests gratuits!


cvs gratuits
Vous recherchez un emploi ? Inspirez vous de nos exemples et modèles de cv gratuit








Il y a aucun commentaire pour cet article :



Nom ou pseudo :

Commentaire : (les commentaires abrégés en SMS seront supprimés)
Vos commentaires sont soumis à modération. Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

:-) ;-) :-/ :-| LOL :-D :( :-C 8-) :-o ;-( 8-O



Recopiez le code de l'image dans la case :

confirmation de votre commentaire




Navigation:
Francis Carco, écrivain, poète, journaliste, mémorialiste et auteur de chansons Alphonse Allais, humoriste, écrivain, farceur, le père spirituel des humoristes


A voir dans notre annuaire :
  Rubrique > Histoire (207 sites)
  Rubrique > Apprendre (25 sites)
  Rubrique > Guerres (19 sites)
  Rubrique > Histoire de France (17 sites)
  Rubrique > Biographies (13 sites)


[Retour au guide Aquadesign]