envoyer la page à un ami Ajouter aux favoris Version imprimable dico de la beauté dico des célébrités dico des marques dico de la musique dico des finances annuaire Sport


La Lutte gréco-romaine



La lutte gréco-romaine est une vieille discipline sportive qui serait un héritage de la civilisation gréco-romaine. Toutefois, des fouilles et autres travaux archéologiques ont permis d'étayer la théorie selon laquelle la lutte existait déjà vers le troisième millénaire avant le début de notre ère. Il semblerait donc que cette discipline était déjà pratiquée chez les Egyptiens ou chez les
Sumériens. Dans tous les cas, la lutte gréco-romaine est un amalgame entre la forme de lutte pratiquée par les Grecs et celle pratiquée par les Romains du temps de l'Antiquité. Il faut tout de même préciser que ces deux formes de lutte étaient presque identiques, d'où l'appellation « lutte gréco-romaine ». Ces mêmes travaux de recherche historiques ont également révélé que la lutte chez les Grecs était une discipline un peu plus violente que celle qui était pratiquée par les Romains. Toujours d'un point de vue historique, il faut dire que la lutte romaine s'est fortement inspirée de la lutte pratiquée par les Grecs. D'ailleurs, ces derniers la pratiquaient bien avant les Romains et elle faisait déjà partie des disciplines concourues pendant les Jeux Olympiques antiques, dès l'an 708 avant notre ère. Si l'histoire attribue les origines et les principes de la lutte gréco-romaine et de la lutte en général à la civilisation de la Grèce et de la Rome antique, il faut dire que les règles ne datent pas de l'Antiquité mais plutôt du XIXème siècle. D'ailleurs, la lutte gréco-romaine fait partie des disciplines sportives présentes dès la première édition des Jeux Olympiques des temps modernes organisés à Athènes durant l'année 1896. Il existe essentiellement trois types de lutte dans les diverses compétitions internationales dont la lutte gréco-romaine et la lutte dite « libre ». Le but de la lutte qu'elle soit gréco-romaine ou libre est de tenter de plaquer l'adversaire au sol avec les deux épaules au contact du sol. Le principe est également le même : il faut utiliser différentes prises pour déstabiliser l'adversaire jusqu'à ce que celui-ci tombe et le maintenir au sol le plus longtemps possible. Ensuite, retenez qu'il est formellement interdit, dans tous les types de lutte, de blesser son adversaire. Ces deux variétés de lutte se distinguent par les différentes prises autorisées. Ainsi, dans la lutte gréco-romaine, les adversaires ne peuvent utiliser que leurs mains pour effectuer les différentes prises. En plus, il est strictement interdit d'utiliser les jambes pour déséquilibrer son adversaire ou de pratiquer des prises au-dessous de la ceinture. Même si elle semble contribuer à sécuriser la lutte, elle aurait plutôt tendance à limiter la possibilité des prises, ce qui n'est pas le cas dans la lutte libre. Dans cette dernière, les prises ne se limitent pas seulement à la partie haute du corps, car il est autorisé de prendre l'adversaire par la région située en-dessous de la ceinture pelvienne. L'utilisation des deux jambes est également autorisée dans la lutte libre, ce qui est une grande différence entre les deux variantes de lutte. Du fait de cette limitation des prises, la lutte gréco-romaine a été dépassée par la lutte libre en ce qui concerne le nombre de pratiquants et en termes d'intérêts porté par le grand public. Ainsi, la lutte gréco-romaine est de moins en moins représentée dans les compétitions internationales par rapport à la lutte libre. Dans un tout autre registre, sachez que la lutte gréco-romaine, à l'instar de toutes les autres disciplines sportives, dispose de sa propre fédération : la FILA ou Fédération Internationale des Luttes Associées. Cette fédération regroupe plus de 150 pays et parraine plusieurs compétitions internationales chaque année. Il faut noter que la FILA ne s'occupe pas seulement de la lutte gréco-romaine mais se consacre également à toutes les formes de lutte dont la lutte libre, la lutte gréco-romaine ou la lutte féminine. Vers les années 1970, il existait 10 catégories de poids dans la lutte gréco-romaine. Puis ce nombre a été progressivement réduit au fil des rencontres internationales, notamment lors des Jeux Olympiques de 2000 à Sydney. Aujourd'hui, officiellement il n'existe plus que 7 catégories de poids et cela depuis les Jeux Olympiques organisés à Athènes en 2004. Du côté des champions, bien que ce sport soit pratiqué partout dans le monde, il est incontestable qu'à l'heure actuelle, les Russes et les pays de l'Est semblent dominer entièrement cette discipline dans les compétitions internationales.

Date de création : 08/02/2009 18:44
Contributions de Chris
Votez cet article :   Très bien    Bien    A revoir


La Lutte gréco-romaine
La Lutte gréco-romaine



tests gratuits
Vous avez un peu de temps ? Amusez-vous avec nos jeux et tests gratuits!


cvs gratuits
Vous recherchez un emploi ? Inspirez vous de nos exemples et modèles de cv gratuit








Il y a aucun commentaire pour cet article :



Nom ou pseudo :

Commentaire : (les commentaires abrégés en SMS seront supprimés)
Vos commentaires sont soumis à modération. Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

:-) ;-) :-/ :-| LOL :-D :( :-C 8-) :-o ;-( 8-O



Recopiez le code de l'image dans la case :

confirmation de votre commentaire




Navigation:
Le kick boxing Richard Gasquet, joueur de tennis français


A voir dans notre annuaire :
  Rubrique > Arts martiaux (523 sites)
  Rubrique > Blog sport (47 sites)
  Rubrique > Actualité sportive (43 sites)
  Rubrique > Lutte (28 sites)
  Rubrique > Lutte gréco romaine (2 sites)


[Retour au guide Aquadesign]