envoyer la page à un ami Ajouter aux favoris Version imprimable dico de la beauté dico des célébrités dico des marques dico de la musique dico des finances annuaire Sport


Stefan Edberg, joueur de tennis Suédois



Tennisman d'origine suédoise, Stephan Edberg a vu le jour à Vastervik, le 19 janvier 1966. Ayant commencé sa vie professionnelle en 1983, plus précisément à l'âge de 17 ans, Edberg gagne pour la première fois son grand titre en 1982 à l'Orange Bowl lors des Masters des cadets et des juniors. C'est un droitier exceptionnel doté d'une frappe inégalée en service-volé.
Percy Rosberg, son entraîneur, un coach suédois, a fait de lui un joueur des plus estimés. Il rafle 43 titres en simple dont 6 titres Grand Chelem, 12 en 250 séries, 15 en 500 séries, 07 Masters 100 et 01 Masters pendant les Jeux Olympiques. Il gagne 5 fois le titre de numéro un mondial durant 2 ans successifs, de 1990 en 1992. Comme titres par surface, Edberg remporte 19 victoires sur le terrain dur, 03 en terre battue, 05 sur le gazon et 15 sur un terrain synthétique. En 1984, avec l'aide de son entraîneur anglais Tony Picart, il remporte le premier titre en éliminant son adversaire suédois Wilander à Milan. Un an plus tard en Australie, il remporte le grand chelem, une victoire qui correspond à son premier grand titre. Les 7 titres qu'il a obtenus lors de la saison 1988 ont fortement marqué cette année. Il est alors classé en seconde place mondialement et gagne le tournoi des antipodes en Australie. Malgré leur nature fair-play, les Suédois n'ont pas supporté son échec en finale de Roland Garros, dû à une faute d'arbitrage d'une balle de match selon ses supporteurs. A Wimbledon, Edberg arrive à écarter le Tchécoslovaque Miloslav en demi-finale et devient finaliste dans un match qui l'oppose à Boris Becker lors de la finale de 1985. La finale de Wimbledon dure deux jours et se termine à cause du mauvais temps. Depuis ce moment, une rivalité féroce s'installe entre Becker et Edberg, Becker étant devenu son adversaire au tennis jusqu'à sa retraite. L'année 1989 marque le vrai commencement de sa carrière en le plaçant au sommet du monde professionnel du tennis, et cette euphorie s'enchaîne pendant trois ans consécutifs. Le temps sec favorise ses attaques à Roland Garros et tout semble ravir Edberg qui arrive au quart de finale, sans aucun problème. Il affronte à nouveau Becker en demi-finale et l'évince. Puis, il perd la finale de l'Open (Paris-Bercy) pour la deuxième fois face à Becker. Blessé gravement en 1990, il subit son troisième échec en finale du Grand Chelem et est contraint d'abandonner malgré les soins et efforts médicaux prodigués par son kinésithérapeute. Le bilan donne 3 défaites consécutives lors de la finale du Grand Chelem. Au mois de juillet 1990, le Suédois remporte pour la seconde fois la victoire à Wimbledon face à Becker, suite à une malchance de ce dernier qui estime que le décalage horaire a eu un impact sur son sommeil, et qui révèle que sous somnifère, il n'a pas pu s'entraîner correctement. Le parcours d'Edberg durant l'été lui rapporte plusieurs consécrations comme celles de Cincinnati, de Long Island et de Los Angeles. Il gagne également le premier titre à l'Open de Paris-Bercy suite à l'abandon de Becker et ce glorieux parcours lui a permis d'être classé numéro un mondial, un classement publié le 13 août 1990. L'année 1991 ne lui est pas très favorable et sa performance s'est dégradée par rapport à son exploit de l'année précédente. En effet, il échoue à la finale de Roland Garros, comme à Flushing Meadow. L'Open d'Australie ayant eu lieu à la même période que la guerre du Golfe, les bruits des avions l'empêchent de bien se concentrer sur le jeu durant le Flushing Meadow. Le tapage du public ainsi que l'odeur des hot-dogs constituent autant de raisons qui expliquent son parcours très peu convaincant. Arrivé en final au tournoi Queen's à Londres, il n'a pas pu résister à Boris Becker qui devient alors le numéro un mondial. Il bat Lendl, Sanchez et Chang à New-York pour arriver en finale et obtenir son premier titre à New-York, en jouant face à Jim Courier. Une blessure l'oblige à prendre un congé forcé de 2 mois et à être déclaré forfait aux Masters, ce qui a eu un grand impact sur ses résultats au début de la saison de 1992. Malgré son ascension à la finale suite à une victoire facile sur Ivan Lendl en quart de finale, et en éliminant aisément Wayne Ferreira en demi-finale sur cinq sets, il n'a cependant pas pu escompter et cède la place de numéro un mondial à Jim Courier après 4 sets acharnés 6-3, 3-6, 6-4, 6-2. En avril 1992, il se marie avec la Suédoise Annette Olsen et pendant les Jeux Olympiques de Barcelone et il est choisi en tant que porte–drapeau de l'équipe suédoise. Edberg n'a pas gagné de médaille d'or comme en 1984 à Los Angeles pendant le tournoi de démonstration et n'a même pas maintenu sa troisième place comme en 1988 à Séoul où il a enregistré une double médaille de bronze en simple et en double. A Wimbledon, il s'est arrêté en quart de finale après avoir rencontré le finaliste Goran Ivanisevic. L'année suivante, il maintient toujours sa performance et reste un joueur régulier. La place n°3 mondiale lui est presque réservée pendant toute l'année 1993, après Pete Sampras et Jim Courier. Pendant la finale lors du tournoi préparatoire à Madrid, sur terre battue, Edberg s'impose face à Sergi Bruguera. A Roland Garros, il atteint le quart de finale en perdant face à l'Ukrainien Andreï Medvedev qui lui brigue ses lobs. C'est au mois de juillet 1993 que naît sa fille Emilie Edberg et c'est dans cette option qu'il s'efforce de donner le meilleur de lui-même dans le tournoi de Wimbledon pour faire honneur à sa fille et sa femme, mais la chance joue contre lui à la finale et il perd contre Jim Courier malgré une montée facile jusqu'en demi-finale. Edberg étant divisé entre son rôle d'époux et de père, sa performance est remise en cause. Le début de la saison 1994 s'annonce meilleur avec une victoire remportée au Qatar pendant le tournoi de Doha. Mais l'Américain Todd Martin lui fait perdre le match et Edberg accuse trois tie-breaks successifs de 3-6, 7-6, 7-6, 7-6. La décision de devenir indépendant lui taraude l'esprit et il se met à l'écart de son entraîneur Tony Picard, ce qui le met en assez mauvaise position dans sa carrière. Malgré sa victoire à la Coupe Davis, il ne concrétise plus de bons résultats, le déclin se fait sentir et notre homme est rangé à la septième place mondiale. Sa victoire à Doha ouvre la saison 1995 et correspond à son dernier titre en simple. Son classement dégringole et il se retrouve à la 23ème place mondiale. Il commence à perdre son assurance et annonce publiquement sa retraite pour 1996. Au cours du dernier Roland Garros auquel il participe, la foule lui réserve une ovation publique lors de son passage pour se rendre aux vestiaires tandis qu'une chaleureuse haie d'honneur l'accueille. Ces manifestations d'intérêt des Suédois le touchèrent beaucoup et il était fier de ses compatriotes. Le capitaine de l'équipe française Yannick Noah lui offrit même un tour d'honneur en le portant sur ses épaules. A Stockholm, des enfants qui lui offrent des roses lui font monter les larmes aux yeux. Il se procure même un rocking-chair en signe d'adieu à sa carrière. Au Queen's de Londres, il se retrouve opposé à Becker qui l'élimine encore une fois de plus, dans le face-à-face final. Il gagne avec Petr Korda en double et reçoit le troisième grand chelem en trophée. Edberg déménage de Londres en 2000 et vit en Suède avec les siens aux côtés de son épouse Annette et de leurs deux enfants, Emilia et Christopher. Il y fonde une école de tennis avec la collaboration de Mats Wilander et représente la marque Adidas en étant son ambassadeur. En 2005, il est classé quatorzième parmi les 40 plus grands champions tous sexes confondus, des 40 dernières années dans Tennis Magazine selon les journalistes américains. C'est également un homme d'affaire averti qui détient une majeure partie d'actions dans une société d'investissement. Edberg est invité à la remise de trophée à Rafael Nadal lors de la finale de Roland Garros en 2006 et en septembre 2008, il participe au Senior Tour à Paris et obtient son cinquième trophée Lagardère. Ses adversaires successifs durant ce tournoi sont l'ancien champion Sergi Bruguera en finale, précédés de Henri Leconte, Guy Forget et Thomas Muster. Durant l'Outback Champion Series à Dubaï en 2008, il évince en poule Wayne Ferreira et Anders Jarryd pour s'incliner devant Jim Courier. En décembre 2008, Edberg remporte la victoire à Londres face à Guy Forget et Path Cash. Il rate la demi-finale au Black Rock et donne la place à Greg Rusedski en finale. Il pratique toujours le tennis en s'entraînant au moins deux fois par semaine dans un club de tennis et reste encore bel et bien dans le circuit.

Date de création : 01/04/2009 10:19
Contributions de Dede
Votez cet article :   Très bien    Bien    A revoir





tests gratuits
Vous avez un peu de temps ? Amusez-vous avec nos jeux et tests gratuits!


cvs gratuits
Vous recherchez un emploi ? Inspirez vous de nos exemples et modèles de cv gratuit








Il y a aucun commentaire pour cet article :



Nom ou pseudo :

Commentaire : (les commentaires abrégés en SMS seront supprimés)
Vos commentaires sont soumis à modération. Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

:-) ;-) :-/ :-| LOL :-D :( :-C 8-) :-o ;-( 8-O



Recopiez le code de l'image dans la case :

confirmation de votre commentaire




Navigation:
Maillot de foot porté par Ronaldinho, Eto’o, Beckham, Kaka, en vente sur ebay Djibril Cissé, ennuis avec la Police, en Angleterre


A voir dans notre annuaire :
  Rubrique > Sport (3783 sites)
  Rubrique > Tennis (53 sites)
  Rubrique > Blog sport (47 sites)
  Rubrique > Actualité sportive (43 sites)


[Retour au guide Aquadesign]