envoyer la page à un ami Ajouter aux favoris Version imprimable dico de la beauté dico des célébrités dico des marques dico de la musique dico des finances annuaire Astrologie


La Bête du Gévaudan : loup ? Hyène ? Ou pervers organisés ?



Entre le 30 juin 1764 et le 19 juin 1767, on dénombre plus de 157 attaques sanglantes, dont 100 meurtrières, sur des femmes et des enfants dans le Gévaudan (Lozère) et les régions alentours. Aucun homme de plus de 18 ans n'est attaqué. La plupart des agressions ont lieu dans une faille naturelle, vallée inaccessible, pourvue d'un massif truffé de galeries et de cavités issues d'exploitations
minières. Les survivants décrivent au début un loup de grande taille. Une chasse au monstre est lancée, avec de très grands moyens en hommes et en chiens, sans pouvoir arrêter le carnage. Le 19 juin 1765, Jean Chastel, personnage bizarre, à la fois respecté et craint comme ayant des pouvoirs maléfiques, tue une bête qui n'a rien à voir avec un loup. Son frère Pierre vit en ermite dans la forêt en compagnie de loups qu'il domestique. Jean a deux fils aussi bizarres que lui. Les deux frères Chastel sont emprisonnés le 21 août pour avoir menacé deux garde-chasse assermentés par Louis XV, et sont libérés le 2 septembre. 12 jours de cachot pour tentative de meurtre est d'une rare clémence pour l'époque ! Il est vrai que tous deux sont au service personnel de Madame d'Apcher de Chateauneuf, noble qui a des appuis à la cour. Coïncidence étrange, durant leur incarcération, les attaques cessent... puis reprennent le jour de leur mise en liberté. Les descriptions de la bête prennent un aspect terrifiant et ressemblent à la hyène d'Afrique dont les cris ressemblent à ceux décrits par les victimes. La hyène peut être facilement apprivoisée (le jardin des Plantes existait à l'époque avec une ménagerie). Les caractéristiques des tueries sont répétitives : des femmes et des enfants, les victimes sont dévorées et lacérées ou soigneusement dévêtues, découpées avec des ustensiles tranchants, sexuellement mutilées... On ne peut donc exclure l'hypothèse d'une sorte de bande organisée humaine et sadique, se déguisant parfois (certains rescapés décrivent des boutons sur le ventre). N'oublions pas qu'un certain Sade existait à l'époque. La dernière victime fut égorgée le 17 juin 1767. Jean Chastel (peut-être sur ordre de supérieurs pour en finir avec cette affaire) tue un animal énorme le lendemain matin à l'aide d'une balle en argent bénite. Buffon examinera une patte de la bête et non son corps entier et dira : « Bof, ce n'était qu'un loup. ». L'histoire est terminée, mais les questions se posent encore. À consulter si vous avez envie d'en savoir plus : http :www.tao-yin.com/bete-gevaudan

Date de création : 13/05/2006 14:23
Contributions de Catherine
Votez cet article :   Très bien    Bien    A revoir


Bête du Gévaudan
Bête du Gévaudan


Il y a environ 6 mois, Aquadesign publiait cet article :

Les nouveaux numéros des renseignements : La fin du 12



tests gratuits
Vous avez un peu de temps ? Amusez-vous avec nos jeux et tests gratuits!


cvs gratuits
Vous recherchez un emploi ? Inspirez vous de nos exemples et modèles de cv gratuit








Il y a un commentaire pour cet article :
Le 12/09/2007 à 18:28:19, kill a écrit :

donc en fait elle existait même pas la bête du gévaudan si je comprends bien.



Nom ou pseudo :

Commentaire : (les commentaires abrégés en SMS seront supprimés)
Vos commentaires sont soumis à modération. Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

:-) ;-) :-/ :-| LOL :-D :( :-C 8-) :-o ;-( 8-O



Recopiez le code de l'image dans la case :

confirmation de votre commentaire




Navigation:
Le Connemara : un cheval très facile à manœuvrer! Nostradamus, visionnaire ou superbe dialecticien ?


A voir dans notre annuaire :
  Rubrique > Esoterisme (211 sites)
  Rubrique > Paranormal (49 sites)


[Retour au guide Aquadesign]