envoyer la page à un ami Ajouter aux favoris Version imprimable dico de la beauté dico des célébrités dico des marques dico de la musique dico des finances annuaire Santé


L’anesthésie, son histoire, ses méthodes, ses risques



L'anesthésie est une technique relativement récente eu égard à l'histoire de la médecine. Cette discipline a connu son essor après la seconde guerre mondiale. Mais comment faisaient-ils avant ? Les techniques d'anesthésie utilisées étaient partielles et rudimentaires. Les premières tentatives pour diminuer la douleur ont été
utilisées dès l'Antiquité en employant des produits comme l'opium, le chanvre indien (en Chine par Hua T'o en 240), la ciguë ou la feuille de coca. Au XIIIe siècle, on utilisait aussi le vitriol doux. Parfois, en comprimant fortement les vaisseaux et les nerfs, le patient tombait en syncope, et le « médecin » en profitait alors pour exercer des actes chirurgicaux (Valverdi et James) 5 ou 6 siècles plus tard. Les saignées abondantes étaient aussi prescrites. Ces méthodes étaient on ne peut plus dangereuses et furent progressivement abandonnées. On s'aperçut que le froid réduisait la douleur lors des amputations notamment. L'hypnose fut également tentée au XVIIIe siècle par le Suisse Messmer. D'autres techniques furent testées comme l'acupuncture, le magnétisme, l'électricité au début du XIXe siècle, sans résultats probants. L'histoire des anesthésiques proprement dits débute en 1799 par l'expérimentation de l'éther et du gaz hilarant grâce à Humphrey Davy. Ces produits étaient utilisés auparavant uniquement pour leurs effets stupéfiants car le protoxyde d'azote ou gaz hilarant avait été découvert en 1772 par Joseph Priestley (accusé de sorcellerie). Humphrey Davy expérimente le produit sur des animaux puis sur l'homme. Quant à l'éther, c'est le médecin américain Crawford Long qui s'est aperçu de l'efficacité de ce produit après avoir constaté que les coups reçus au cours d' « éther-parties » étaient indolores. Il pratique donc des tentatives d'anesthésie sur ses amis. La découverte de l'anesthésie fut une véritable révolution. Ether, protoxyde d'azote puis chloroforme furent de plus en plus utilisés. Pour exemple, le chloroforme devint célèbre pour avoir été utilisé pour la reine Victoria lors de son accouchement du prince Albert en 1857. La première anesthésie dans le monde a été pratiquée par un chirurgien-dentiste américain, William Green Norton à Boston le 16 octobre 1846. Il a administré de l'éther sulfurique à un patient, permettant ainsi l'ablation d'une tuméfaction du cou sans douleur. Les anesthésies se généralisèrent : elles étaient pratiquées par le chirurgien qui opérait souvent au domicile du patient. Autant dire qu'aucune surveillance n'était exercée ce qui avait souvent des conséquences dramatiques. On découvrit également la procaïne en 1905 (toujours utilisées aujourd'hui en anesthésie locale). Enfin, le curare et ses dérivés (connus depuis des siècles par les Indiens d'Amérique du Sud) furent utilisés en 1906 par Arthur Laewen, un chirurgien allemand. L'anesthésie moderne débute vraiment après la seconde guerre mondiale avec le Penthotal, anesthésiant intraveineux. Aujourd'hui, les produits anesthésiants sont tellement nombreux qu'il n'existe pratiquement plus de contre-indication à l'anesthésie. Peu importe l'âge et le type de chirurgie, les progrès pharmacologiques et d'appareillage permettent d'opérer tout à chacun. Aujourd'hui l'anesthésie est scrupuleusement surveillée par des médecins et infirmiers spécialisés dans ce domaine. Il est loin de temps des opérations torturantes, des patients qui hurlaient de douleur, des amputations à vif... Aujourd'hui, l'anesthésie est utilisée dans tous les domaines médicaux : obstétrique, stomatologie, ophtalmologie, ORL, gynécologie, dermatologie, esthétique... Les types d'anesthésie sont différents selon les opérations à effectuer : l'anesthésie générale, la rachianesthésie, l'anesthésie péridurale, l'anesthésie péribulbaire, la sédation, l'anesthésie ambulatoire, l'anesthésie des enfants... L'anesthésie générale vous endort grâce à des médicaments par voie intraveineuse, soit par respiration de vapeurs anesthésiques. A part quelques petites gênes au réveil, les complications sérieuses sont imprévisibles, comme une allergie grave, un arrêt cardiaque, une asphyxie, mais rassurez-vous, elles sont extrêmement rares (une complication sérieuse ne survient que sur des centaines de milliers d'anesthésie). La rachianesthésie est une anesthésie loco régionale qui endort la partie inférieure du corps grâce à une injection entre deux vertèbres lombaires. L'anesthésie péribulbaire est également une anesthésie loco régionale pour les chirurgies de la rétine ou de l'oeil : elle est peu douloureuse et rapide. La sédation complète l'anesthésie locale pour des petits gestes chirurgicaux par des anxiolytiques ou des antalgiques. L'anesthésie ambulatoire vous permet d'entrer en clinique le matin et de sortir quelques heures après. Enfin, la douleur des enfants, longtemps ignorée et mal cernée, est maintenant vraiment prise en compte. Des méthodes psychologiques ont été mises au point pour aider l'enfant à exprimer sa douleur (une échelle graduée par exemple). Donc, il est faux de penser que l'anesthésie d'un enfant présente plus de risques ou soit plus délicate à réaliser. Bien sûr, avant toute anesthésie, un bilan préopératoire est réalisé pour éviter tout risque (allergie notamment). Vous êtes constamment surveillé lors de l'opération et aussi en phase de réveil. Et si quelques très rares accidents ont lieu de manière tout à fait exceptionnelle et font la Une des médias, on peut légitimement penser que nos ancêtres auraient sans doute bien aimé vivre à notre époque pour pouvoir être soignés sans douleurs !

Date de création : 05/09/2006 14:03
Contributions de Chris
Votez cet article :   Très bien    Bien    A revoir


anesthésie
anesthésie


Il y a environ 6 mois, Aquadesign publiait cet article :

La SCI : création et gestion SCI pour défiscaliser...



tests gratuits
Vous avez un peu de temps ? Amusez-vous avec nos jeux et tests gratuits!


cvs gratuits
Vous recherchez un emploi ? Inspirez vous de nos exemples et modèles de cv gratuit








Il y a 2 commentaires pour cet article :
Le 01/12/2007 à 06:53:00, mimi a écrit :

bonjour j'ai eu une anesthésie locale il y a deux ans pour enlever grain de beauté dans le cou. j'ai ressenti dans les jambes une sensation et j ai failli m'évanouir actuellement j'ai des douleurs un peu partout et on n'arrive pas à savoir d'où cela vient pourrait-il y avoir une relation avec cette anesthésie locale
Le 20/12/2007 à 16:46:23, Eli a écrit :

Bonjour ! Avez-vous entendu parler de dégats occasionnés par une anesthésie à l'éther, comme par exemple des malaises et des troubles de la conscience, dépersonnalisation, sensation de décorporalisation, de ne plus faire un... ? Merci pour vos réponses



Nom ou pseudo :

Commentaire : (les commentaires abrégés en SMS seront supprimés)
Vos commentaires sont soumis à modération. Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

:-) ;-) :-/ :-| LOL :-D :( :-C 8-) :-o ;-( 8-O



Recopiez le code de l'image dans la case :

confirmation de votre commentaire




Navigation:
Cheveux ternes et cassants : des astuces pour avoir une «chevelure de sirène» ! La course automobile et la création de l'Automobile Club de France


A voir dans notre annuaire :
  Rubrique > Santé (3240 sites)
  Rubrique > Maladies (120 sites)
  Rubrique > Hôpitaux et Cliniques (67 sites)
  Rubrique > Transplantation (6 sites)


[Retour au guide Aquadesign]