envoyer la page à un ami Ajouter aux favoris Version imprimable dico de la beauté dico des célébrités dico des marques dico de la musique dico des finances annuaire Film


Les dieux brésiliens



A l'occasion de l'année du Brésil en France, La Cité de Dieu, véritable chef d'oeuvre de Fernando Meirelles, a connu son véritable envol. Le cinéma est toujours prêt à livrer de superbes suprises. En adaptant le roman du même nom de Paulo Lins, Fernando Meirelles a réalisé en 2002 un
film d'une époustouflante authenticité. Et pour cause : les effrayants mais attachants pensionnaires de la plus célèbre favela de Rio de Janeiro ne sont pas des acteurs. Le réalisateur tenait à un réalisme optimal (Paulo Lins a vécu sa jeunesse dans la Cité de Dieu) et a donc effectué un drôle de casting avec les jeunes des banlieues brésiliennes. Un recrutement sur mesure pour une fresque dantesque, retraçant l'existence des gangs détalant et tuant à tout va, devant des policiers peu procéduriers. Sorte de Tony Montana brésilien, Zé Pequeno (auparavant Daddinho) est l'un des héros cinématographiques les plus infâmes de l'histoire. Inhumain au possible (il explose le nombre record de "fils de p..." dans un film et y viole la seule femme qui lui plaît...), il stigmatise la crudité d'un carnage à l'indéniable lyrisme. Car tous les personnages multiplient les facettes. Son bras droit Béné serait, malgré sa fonction de gangster dealer, le plus adorable des gendres. Son hilarante danse sur James Brown et son éternel sourire en font le parfait opposé de "Zé". L'autre personnage clé, Booskapé, narrateur et photographe en herbe, est un gentil looser ne collant pas toujours avec le sanguinaire environnement de la favela. Ajoutez-y Selura, la belle Angela, Manu le Coq, Steak frites. Autant de personnages qu'on a le temps (2h15) de découvrir en profondeur. Une psychologie louable sur fond de violence parfois à la limite du supportable mais glissés dans des délires incomparables. Une merveille de sincérité type Scarface des temps modernes. A bien y réfléchir, le scénario ne prend jamais d'ampleur scorsenienne mais ne bat jamais de l'aile non plus. Les effets de flashback (une scène revient à quatre reprises), de flou, et les couleurs toujours vives de l'image sont autant de prouesses techniques. L'effrayante guerre de gangs -surtout lorsque l'on connaît le faible degré de fiction du film- n'y fait que s'empirer, autant que le plaisir des yeux se confirme. Sans nul doute le meilleur moyen de fêter l'année du Brésil...

Date de création : 09/12/2005 12:26
Contributions de Jeremy
Votez cet article :   Très bien    Bien    A revoir


Les dieux brésiliens
Les dieux brésiliens



tests gratuits
Vous avez un peu de temps ? Amusez-vous avec nos jeux et tests gratuits!


cvs gratuits
Vous recherchez un emploi ? Inspirez vous de nos exemples et modèles de cv gratuit








Il y a 2 commentaires pour cet article :
Le 16/02/2006 à 15:49:45, nono a écrit :

précision ce film se déroule sur les année 60, 70 et 80. Par ailleurs le film est un conte de fée par rapport au livre, sachez que zé pequeno a vraiment existé et d'aprés le bouquin il pouvait etre aussi mauvais que bon
Le 16/01/2007 à 17:09:20, florette02 a écrit :

La cité de Dieu j'ai adoré ce film et je le connais par coeur! je le recommande à tous les cinéphyles! c'est une bonne approche des dieux brésiliens



Nom ou pseudo :

Commentaire : (les commentaires abrégés en SMS seront supprimés)
Vos commentaires sont soumis à modération. Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

:-) ;-) :-/ :-| LOL :-D :( :-C 8-) :-o ;-( 8-O



Recopiez le code de l'image dans la case :

confirmation de votre commentaire




Navigation:
Une psy sauve les Minguettes Lyon est la ville où l'on vit le mieux ?


A voir dans notre annuaire :
  Rubrique > Actualités cinéma (74 sites)


[Retour au guide Aquadesign]