envoyer la page à un ami Ajouter aux favoris Version imprimable dico de la beauté dico des célébrités dico des marques dico de la musique dico des finances annuaire Arts, culture


Joseph Vacher ou l'Eventreur français



Lors du printemps 1897, la population du sud-est de la France est terrorisée. Dix ans plus tôt, Jacques l'éventreur sévissait à Londres, à Whitechapel. La vie de Joseph Vacher débute le 16 novembre 1869 en Isère, à Beaufort, dans une famille de paysans qui compte 16 enfants ! Il en
est le 14me, son frère jumeau meurt étouffé à l'âge d'un mois. Sa mère est un peu bizarre : très mystique, elle est sujette à des visions. Très tôt, Joseph Vacher se montre cruel et sournois, torturant les animaux, étant violent avec ses frères et soeurs, ayant des crises de folie furieuse incontrôlables. Il doit commencer à travailler à 14 ans, à la mort de sa mère. En 1884, un premier meurtre est découvert (un jeune garçon de 10 ans trouvé étranglé) dont on ne sait s'il est imputable à Joseph Vacher qui est âgé de 15 ans à l'époque. Il entre chez les Frères maristes, des religieux qui le renvoient en 1887, pour attouchements sexuels sur ses camarades. Ses déviances sexuelles se poursuivent : il tente de violer un jeune valet de ferme en 1888 et finalement, c'est le corps d'une femme de 35 ans qui est découvert près de Beaufort : la tête est sectionnée... En automne, Joseph Vacher est employé dans une brasserie de Grenoble. Fréquentant les prostituées, il attrape une maladie vénérienne : on doit lui enlever un testicule alors qu'il n'a pas encore 20 ans. Sans doute à cause de toutes ces épreuves, le tempérament violent de Joseph Vacher est loin de se calmer. Il avoue avoir des envies de meurtre et être possédé par le mal. Il part à Lyon et rencontre des anarchistes : il est séduit par leur langage passionné et révolté. Il change sans cesse d'emploi, finissant toujours par être renvoyé tant son comportement est irritable, irrespectueux et menaçant. Il finit par errer de villes en villes. D'autres corps sont trouvés qui parsèment ses routes, tel celui d'une petite fille égorgée, éventrée et mutilée. Il est ensuite incorporé dans l'Armée à besançon où il subit des vexations de la part des anciens. Son esprit s'évade alors dans une sorte de paranoïa systématique : tout le monde complote contre lui ou le jalouse... Il y répond une nouvelle fois par la violence et les menaces. Etant jugé inapte au commandement, Joseph Vacher tente de se suicider en se tranchant la gorge : il obtient ainsi le grade de caporal. Commander lui plaît et il prend du galon en devenant sergent. L'armée le nomme dans une autre compagnie, son délire de persécution le reprend. Une déception sentimentale ne l'arrange pas et il reprend de plus belle ses crises, ses tentatives de suicide, ses menaces, ses cris... Bref, l'Armée le renvoie. Ses obsessions de meurtre le reprennent et il tente de tuer son ex-fiancée puis de se tuer une nouvelle fois avec un pistolet. Il survit cependant mais gardera une paralysie du côté droit de la face, son oeil droit rouge de sang et sa bouche se tordant, ce qui lui donnera un air assez terrible. Il est finalement interné à Dôle en 1893 où l'on diagnostique des crises de délire, des hallucinations et finalement Joseph Vacher est reconnu aliéné mental. Six mois après, il est transféré à l'asile Saint-Robert dans l'Isère. On le déclare guéri au bout de 3 mois. Il sort le 1er avril 1894 et commet un meurtre (qu'il avouera) le 19 mai. Une jeune fille de 21 ans est étranglée, mutilée et violée à Beaurepaire dans l'Isère. Il reprend son errance dans le centre et le sud-est, vivant de la charité des paysans dans des granges ou des cabanes, en mendiant. Il finit par parcourir toute la France en vagabond, le plus souvent solitaire. En trois ans et demi, on compte une vingtaine de victimes étranglées, poignardées, égorgées, éventrées. Plus horrible encore, elles sont violées après leur mort et mutilées sexuellement. Toutes ces victimes sont des veuves, des jeunes femmes et des adolescents des deux sexes. Finalement, on commence par lier tous ces meurtres entre eux. Le procureur qui s'occupe de ces dossiers est persuadé qu'il a affaire à plusieurs tueurs. Finalement c'est le juge Fourquet dans l'Ain qui a la conviction d'être en présence d'un « Jack L'Eventreur du Sud-Est ». Il obtient un portrait-type de l'assassin qu'il fait distribuer dans toute la région. En août 1897, Joseph Vacher est arrêté en Ardèche lors d'une tentative de viol avec arme (un couteau). Après 3 mois de prison, il est amené devant le juge Fourquet qui n'a de cesse de lui extorquer des aveux. Malgré un médecin qui veut faire passer Joseph Vacher pour un aliéné, le juge s'applique à démontrer le contraire. L'Etrangleur finit par avouer, donnant force détails à la presse pour qu'on parle de lui. Il avoue tous ses meurtres mais persiste à nier ceux qui concernent des fillettes. La polémique enfle : faut-il considérer Vacher comme un fou ou comme un simulateur bien conscient de ses actes ? Quoi qu'il en soit, le procès de Joseph Vacher s'ouvre le 26 octobre 1898 à Bourg-en-Bresse en présence de la presse mondiale. L'accusé se comporte comme un dément, parfois émouvant, parfois terrifiant. Il est reconnu coupable à l'unanimité de meurtres avec préméditation, sans circonstance atténuante. Il est guillotiné le 31 décembre 1898 à l'âge de 29 ans, avec une trentaine de meurtres et une dizaine de tentatives de meurtres à son actif.

Date de création : 31/10/2006 15:28
Contributions de Chris
Votez cet article :   Très bien    Bien    A revoir


Joseph Vacher
Joseph Vacher


Il y a environ 6 mois, Aquadesign publiait cet article :

Magasin Babou, comme le dit la pub, tout à prix fous



tests gratuits
Vous avez un peu de temps ? Amusez-vous avec nos jeux et tests gratuits!


cvs gratuits
Vous recherchez un emploi ? Inspirez vous de nos exemples et modèles de cv gratuit








Il y a aucun commentaire pour cet article :



Nom ou pseudo :

Commentaire : (les commentaires abrégés en SMS seront supprimés)
Vos commentaires sont soumis à modération. Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

:-) ;-) :-/ :-| LOL :-D :( :-C 8-) :-o ;-( 8-O



Recopiez le code de l'image dans la case :

confirmation de votre commentaire




Navigation:
Chaussure «Arche» : la mode, différente mais au féminin ! «Chaussure Arcus»:de l’hiver en été, de la ville à la campagne, faites un pas !


A voir dans notre annuaire :
  Rubrique > Tueurs en serie (un site)


[Retour au guide Aquadesign]