envoyer la page à un ami Ajouter aux favoris Version imprimable dico de la beauté dico des célébrités dico des marques dico de la musique dico des finances annuaire Livres


Ahmed Sefrioui, l'amoureux de Fès - un pionnier de la littérature marocaine d'expression française



Ahmed Sefrioui était un écrivain marocain d'origine berbère, qui a beaucoup écrit sur sa ville natale ainsi que sur l'art. Il est né à Fès en 1915 et est décédé en février 2004 : il aura vécu 89 ans. Ahmed Sefrioui est réputé pour passer comme le premier écrivain marocain d'importance à lancer l'expression livresque marocaine en langue française. En effet, l'écrivain
fut un grand passionné des livres tant marocains que français. Le romancier a passé les premières années de sa vie à parcourir la médina de Fès-el-Jedid et Fès-el-Bali, qui forment la médina de Fès, autrement dit la vieille ville du grand bazar, le magnifique quartier historique attirant des foules de touristes subjugués par les charmes de cette ville plusieurs fois centenaire. Cette médina est la plus grande du Maroc et a été classée au patrimoine mondial de l'UNESCO en 1976. On y a compté 9500 rues et encore plus de ruelles ! Ahmed Sefrioui jouit lui aussi de la Beauté et de la vie des lieux, de la richesse humaine et matérielle des marchands et des habitants, et cela se retrouve fortement dans son oeuvre. De fait, Fès la ravissante est au centre de l'Oeuvre d'Ahmed Sefrioui. Mais les ruelles et les places de Fès ne font pas tout, et Ahmed Sefrioui est envoyé à l'école coranique faire ses études religieuses. Sefrioui étudie ainsi le Coran dans la tradition et entretient un amour fort pour l'écriture et la littérature de langue arabe. Il y apprend à réciter par coeur le Coran, à le lire, à l'écrire. Ahmed Sefrioui devient un élève doué. Le futur prodige des mots est ensuite confié à la scolarité ordinaire : il y perfectionne sa maîtrise de l'écrit et de la lecture en faisant le tour des écoles de Fès... Le Français et les livres le passionnent ensuite plus que jamais. Il devient rapidement, à peine jeune homme, journaliste en 1933, pour le quotidien nationaliste «L'Action du Peuple », après avoir travaillé dans un cabinet d'avocat. Mais Ahmed Sefrioui s'en échappe et devient conservateur du musée d'Addoha à Fès en 1938 : il y restera jusqu'en 1954. Cette expérience lui permet de se lier d'amitié avec nombre d'intellectuels et écrivains d'expression arabe et française et cela l'enrichit. La suite est logique. En 1948, Ahmed Sefrioui, premier lettré marocain de langue française, reçoit la consécration : il remporte le prix du Maroc, un prix littéraire que la France ne décerne en principe qu'aux écrivains... français. Son premier roman, « Le Chapelet d'ambre », livre contant la ville de Fès, évidemment, le fait gagner. Il devient une fierté nationale ! Ahmed Sefrioui produit ensuite en 1954 un roman fondateur pour la littérature marocaine d'expression française. Cet ouvrage quasi autobiographique est de portée ethnographique : c'est la fabuleuse « Boîte à merveille ». Viennent ensuite « La Maison de la servitude » en 1973 et en 1989 « Le Jardin des sortilèges ou le parfum des légendes ». Après l'expérience d'Addoha, Ahmed Sefrioui vogue du Ministère de la Culture vers celui de l'Education avant de rejoindre celui du Tourisme où il prendra sa retraite en 1980. Ahmed Sefrioui est également connu pour avoir participé à la création du musée Al Batha de Fès, à l'origine un palais construit fin XIXème siècle que l'écrivain contribuera à transformer en « Musée des Arts et Traditions Populaires » qui mettra en exergue la culture populaire et les habitants, les Traditions, les us et coutumes de Fès ainsi que, bien entendu, l'architecture et l'artisanat de cette splendide ville marocaine. Mais Ahmed Sefrioui a également aidé activement à la restauration des monuments et des murailles de la capitale du Maroc ainsi qu'à la création du Musée des Beaux-arts de Rabat. Rabat le passionnant tout autant que fès, il a également soutenu la fondation de la superbe Kasba des Oudaïa de Rabat (la Kasba est une citadelle) et celle de la monumentale Porte des Vents de Rabat, Bab Al-Rouah, dont le bâtiment principal a été depuis reconvertie en une galerie d'art contemporain. Ahmed Sefrioui est un incontournable de la littérature et de la culture marocaine.

Date de création : 10/11/2006 15:07
Contributions de Jonathan
Votez cet article :   Très bien    Bien    A revoir


Ahmed Sefrioui
Ahmed Sefrioui


Il y a environ 6 mois, Aquadesign publiait cet article :

Une plante capricieuse : l'hibiscus



tests gratuits
Vous avez un peu de temps ? Amusez-vous avec nos jeux et tests gratuits!


cvs gratuits
Vous recherchez un emploi ? Inspirez vous de nos exemples et modèles de cv gratuit








Il y a 4 commentaires pour cet article :
Le 18/07/2007 à 20:59:03, imane salima a écrit :

cool, moi j'aime bien Ahmed Sefrioui
Le 09/08/2007 à 18:12:49, assam a écrit :

je cherche un roman d' Ahmed Sefrioui qui s'appelle: la boite à merveille je crois :-)
Le 26/09/2007 à 22:04:33, boubker a écrit :

:-) j'aime Ahmed Sefrioui c'est de la littérature maghrébine d'expression française très bien car il à des caractères très rares
Le 11/01/2008 à 13:32:07, ihssane a écrit :

j'aime bien ce roman (la boite à merveilles) de Ahmed Sefrioui vraiment au maroc il y a des écrivains magnifiques j'adore ça ;-)



Nom ou pseudo :

Commentaire : (les commentaires abrégés en SMS seront supprimés)
Vos commentaires sont soumis à modération. Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

:-) ;-) :-/ :-| LOL :-D :( :-C 8-) :-o ;-( 8-O



Recopiez le code de l'image dans la case :

confirmation de votre commentaire




Navigation:
Wentworth Miller, l’étoile montante de Prison Break Giuseppe Verdi, un compositeur italien d'opéras admirés de tous


A voir dans notre annuaire :
  Rubrique > Littérature (90 sites)
  Rubrique > Écrivain (15 sites)


[Retour au guide Aquadesign]