envoyer la page à un ami Ajouter aux favoris Version imprimable dico de la beauté dico des célébrités dico des marques dico de la musique dico des finances annuaire Web pratique


Jacques Chirac : biographie



Jacques René Chirac est né à Paris le 29 novembre 1932. Ses parents sont issus de familles d'agriculteurs de Corrèze (Sainte-Féréole, ses grands-parents étant instituteurs). Il suit ses études à Paris (lycée Carnot et lycée Louis-le-Grand où il obtient son
Bac). Il sort diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris en 1954. Il milite au Parti communiste et vend l'Humanité. Entretemps il se fiance à Bernadette Chodron de Courcel le 17 octobre 1953 (famille du général Koenig). Il épouse Bernadette le 16 mars 1956 et auront deux filles Laurence (68) et Claude (62). Il part au service militaire en 1956 et 1957 et se trouve affecté au 2me chasseur d'Afrique lors de la guerre d'Algérie. Il rentre le 3 juin 1957 et intègre la même année l'ENA (Ecole Nationale d'Administration, classé 10me en 1959). Sa promotion est affectée en Algérie, auprès du directeur général de l'Agriculture, Jacques Pélissier. Il est ensuite auditeur à la Cour des comptes puis chargé de mission en 1962 au cabinet de Georges Pompidou, alors Premier Ministre. Il devient conseiller référendaire à la Cour des comptes. Elu conseiller municipal de Sainte-Féréole, il est chargé ensuite de soutirer une circonscription aux communistes à Ussel, ce qu'il fait. Jacques Chirac devient secrétaire d'Etat à l'Emploi en 1967. Il sera dans tous les gouvernements jusqu'en 1974. C'est à lui qu'on doit la création de l'ANPE. En mai 68, il participe aux Accords de Grenelle puis entre dans le gouvernement de Valéry Giscard d'Estaing en tant que Secrétaire d'Etat à l'Economie et aux Finances. En 1972, il est Ministre de l'Agriculture et est très populaire parmi les agriculteurs. En 1974, il est Ministre de l'Intérieur. A la mort de Pompidou, il soutient Valéry Giscard d'Estaing contre Jacques Chaban-Delmas. VGE va le nommer Premier Ministre mais lui impose certains Ministres que Jacques Chirac n'apprécie guère comme étant des anti-gaullistes. De plus, le parti gaulliste (l'UDR) n'apprécie guère les initiatives de Giscard (vote à 18 ans, loi sur l'avortement, etc...). La tension est de plus en plus vive entre Giscard et Chirac, ce dernier démissionne le 25 août 1976. Il crée ensuite le RPR (Rassemblement pour la République) et se présente à la Mairie de Paris qu'il remporte le 20 mars 1977. Il renforce le RPR qui domine désormais l'UDF (Union pour la démocratie française) et critique volontiers le gouvernement. Un peu plus tard, les élections européennes sont un échec pour Chirac en 1979. Lors des présidentielles de 1981, il prône déjà la réduction des impôts mais le duel sera finalement Giscard d'Estaing et Mitterrand. On se demande à l'époque si Chirac ne souhaitant plus voir Giscard d'Estaing à la tête de l'Etat, n'aurait pas influencé le vote de ses partisans en faveur de Mitterrand... Les législatives suivantes voient l'affaiblissement du RPR. Chirac vote pour l'abrogation de la peine de mort. Sa popularité s'accroît, notamment en tant que Maire de Paris pour ses actions (personnes âgées, handicapés, destruction de quartiers populaires...). En 1983, il est à nouveau Maire de Paris et les législatives de 1986 amènent une Première dans la République Française : la cohabitation. Les ministres chiraquiens lui créent bien des problèmes (Alain Devantier mais aussi Pasqua détesté à gauche). En 1988, il se présente à nouveau aux Présidentielles, sa défaite est cuisante. En 1989, il est toujours à la mairie de Paris et se déclare contre une monnaie unique en Europe. Les élections législatives de 1993 apportent une immense victoire à la droite. Balladur devient Premier Ministre : c'est la seconde cohabitation. Balladur devient très populaire et se présente aux élections présidentielles de 1995. Celui-ci est soutenu par Charles Pasqua et Nicolas Sarkozy. Jacques Chirac, lui, est soutenu par Philippe Seguin, Alain Juppé et Alain Madelin. Chirac finit par devancer Balladur et face au candidat socialiste Jospin, remporte finalement l'Elysée. Il nomme Alain Juppé Premier Ministre. Dès son arrivée au pouvoir suprême, sa première décision est de reprendre les essais nucléaires au beau milieu des Commémorations d'Hiroshima et de Nagasaki. Le tollé est général contre la France. Il mène une politique de rapprochement vis-à-vis des Pays arabes et la France réintègre l'OTAN. Juppé est très impopulaire, ce qui provoque d'immenses grèves. Il provoque une dissolution de l'Assemblée Nationale le 21 avril 1997, personne ne comprend ce geste et c'est une catastrophe pour son camp. Il doit nommé Lionel Jospin le socialiste, Premier Ministre. C'est donc la troisième cohabitation. C'est durant cette période qu'apparaissent les affaires du RPR (commissions versées contre accords d'appels d'offres) et de la Mairie de Paris (faux électeurs du Vme arrondissement, l'affaire des frais de bouche : 2,13 millions d'euros entre 1787 et 1995...). Jacques Chirac se voit menacé d'être traduit devant la Haute Cour mais la motion est rejetée : le Président a un statut d'immunité. Le septennat est transformé en quinquennat. De nouvelles élections présidentielles arrivent alors que le Premier Ministre socialiste est très haut dans les sondages. La campagne de Chirac est basée sur le thème de la baisse des impôts et de l'insécurité. Le 21 avril 2002, c'est un coup de tonnerre chez tous les Français. Chirac est opposé à Jean-Marie Le Pen pour le second tour. Il remporte l'élection grâce notamment aux voix socialistes puisque son score sera de 82,21 % alors qu'au premier tour il atteignait tout juste les 19 %. A nouveau Président de La République, il nomme son nouveau Premier Ministre : Jean-Pierre Raffarin. L'UMP est à nouveau majoritaire à l'Assemblée. Son deuxième mandat sera au plan de la Politique étrangère, connu pour son action contre la guerre en Irak. En 2004, son Premier Ministre est au plus bas dans les sondages. Lors du référendum pour la Constitution Européenne, le non l'emporte largement. Raffarin démissionne et à sa place est nommé Dominique de Villepin en mai 2005. Le 2 septembre, Jacques Chirac est victime d'un accident vasculaire cérébral. Fin 2005, les sondages pour le Président sont catastrophiques. La révolte des banlieues et les mobilisations étudiantes contre le CNE mettent Jacques Chirac et son gouvernement en difficulté. En tout état de cause, on ne sait pas encore si Jacques Chirac va ou pas se présenter à nouveau aux élections présidentielles de 2007. La question se pose encore !

Date de création : 13/11/2006 16:49
Contributions de Chris
Votez cet article :   Très bien    Bien    A revoir


Jacques Chirac
Jacques Chirac


Il y a environ 6 mois, Aquadesign publiait cet article :

La Grèce Classique : l’invention de la démocratie



tests gratuits
Vous avez un peu de temps ? Amusez-vous avec nos jeux et tests gratuits!


cvs gratuits
Vous recherchez un emploi ? Inspirez vous de nos exemples et modèles de cv gratuit








Il y a aucun commentaire pour cet article :



Nom ou pseudo :

Commentaire : (les commentaires abrégés en SMS seront supprimés)
Vos commentaires sont soumis à modération. Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

:-) ;-) :-/ :-| LOL :-D :( :-C 8-) :-o ;-( 8-O



Recopiez le code de l'image dans la case :

confirmation de votre commentaire




Navigation:
Idée cadeau pour un homme Dominique de Villepin : biographie


A voir dans notre annuaire :
  Rubrique > Blog politique (54 sites)
  Rubrique > Politique (26 sites)
  Rubrique > Biographies (13 sites)
  Rubrique > Géographie, Histoire, Actualité, Politique (5 sites)


[Retour au guide Aquadesign]