envoyer la page à un ami Ajouter aux favoris Version imprimable dico de la beauté dico des célébrités dico des marques dico de la musique dico des finances annuaire Film


Buster Keaton ou l'homme qui ne rit jamais



Joseph Francis Keaton, alias Buster, est né le 4 octobre 1895 à Pickway, au Kansas, aux Etats-Unis. Fils aîné d'une famille de comédiens ambulant, il est très tôt disposé au métier de comédien. Une jeunesse passée sur la scène où il
commença dans le spectacle de ses parents à l'âge de cinq ans, spectacle basé sur la résistance incroyable du garçon. En effet, l'enfant Keaton est un casse-cou, et entre s'ouvrir le crâne avec une brique et se faire emporter par une tornade, le gamin expérimente beaucoup de chose. Son nom de scène « Buster » lui viendra d'ailleurs de ce coté espiègle : en dégringolant des escaliers, le célèbre magicien Houdini, ami de la famille, va s'exclamer : « What a buster ! » Ainsi le spectacle des trois Keaton sera en partie reconnue pour une scène où le père réprimande le garçon d'une façon très violente. Le premier surnom de Buster Keaton sera ainsi la serpillière ! De par son rôle de victime, Buster Keaton va s'immiscer dans un registre où l'humour sera basé sur son expression : le comique ne rira jamais, incarnant un individu qui sera toujours dépassé par les événements. Il quitte la troupe familiale en 1917 pour Broadway. Il tourne son premier film avec le maître du « Slapstick » et de l'humour d'alors Flatty Arbuckle, dans« Fatty garçon Boucher », d'où naîtra sa passion pour l'art cinématographique. Mobilisé pour la Première Guerre Mondiale en 1918, il revient sur le devant de la scène en 1919 dans son premier grand rôle dans « La maison démontable ». En 1920, suite au succès de « The Saphead », Joseph Schenck, un producteur indépendant, lui propose de réaliser lui-même ses films. Buster Keaton accepte et ce sera pour lui l'apogée de sa carrière : une série d'une vingtaine de courts métrages comiques qui mettent en scène le même personnage : Malec, un petit homme rêveur auquel il arrive plein de mésaventure. Suivant une recette précise qui selon ces propres mots est : « la surprise est l'élément principal, l'insolite notre but, et l'originalité notre idéal » Buster Keaton va montrer un incroyable talent, étant à la source du scénario, et un humour, certes burlesque, mais non moins subtil. « Cops », « Neighbors », « Hard Luck » sont autant de chefs d'oeuvres de cette période. A partir de 1925 pourtant, le long métrage va imposer ses conditions et les comiques redoutent cette épreuve qui pourrait amener à délasser le public d'un trop plein de gags. Pourtant, Buster Keaton va réussir à produire deux films par ans, enchaînant de cette façon de nombreux chefs d'oeuvres du cinéma comique : « Our Hospitality », « La croisière du Navigator », « Sportif par amour » (qui sera rediffusé en 2006 à Cannes) « Le Cameraman » ou « Le mécano de la General » en sont de très bons exemples. Pourtant, son succès va à partir de 1928 ne faire que décroître. En effet, son producteur ne peut plus assumer cette responsabilité, et Buster Keaton, malgré l'avis contraire de son ami Charlie Chaplin, s'engage à la MGM. Là, comme prévu par Chaplin, il perdra toute sa liberté, et la qualité de ses films diminue autant qu'augmente sa frustration. Puis vinrent les années 1932-1934. Cette période va être un véritable calvaire pour Buster Keaton : entre un divorce, l'alcoolisme naissant, la mort de son ami Flatty Arbuckle, un second mariage qui fait scandale, et son licenciement de MGM, il endure des coups durs qui lui seront fatals. Jusqu'en 1945, l'alcoolisme va ruiner sa vie, et l'avénement du cinéma parlant ne va pas l'aider à se remettre dans la course. Pourtant, il va se redresser à partir de 1950, après un troisième mariage heureux, en apparaissant dans « Boulevard du crépuscule » puis dans « Les feux de la rampe » de Chaplin en 1952. Sa biographie en 1960 est un succès et les années 60 vont faire de lui une vértiable icône : oscarisé pour l'ensemble de sa carrière, sujet de nombreux courts métrages, et tournera même un dernier film en 1965 « Le Railrodder » où il fera encore preuve d'un grand talent pour les cascades malgré son âge avancé. Il meurt en 1966 à Hollywood à l'âge de 71ans. Ce pionnier du cinéma comique, qui réalisa toujours lui-même ses cascades, a souvent été cité comme modèle par de nombreux grands comiques comme Charlie Chaplin ou Jerry Lewis. Il reste aujourd'hui comme l'une des références du cinéma muet, dont les films aujourd'hui sont redécouverts.

Date de création : 14/12/2006 11:45
Contributions de Sylvain
Votez cet article :   Très bien    Bien    A revoir


Buster Keaton
Buster Keaton


Il y a environ 6 mois, Aquadesign publiait cet article :

Ville de Lille : entre Histoire et Modernité



tests gratuits
Vous avez un peu de temps ? Amusez-vous avec nos jeux et tests gratuits!


cvs gratuits
Vous recherchez un emploi ? Inspirez vous de nos exemples et modèles de cv gratuit








Il y a un commentaire pour cet article :
Le 11/12/2007 à 15:49:55, Dualopedia a écrit :

Pourrais-je avoie l'information suivante : Buster keaton a-t-il joué (et peut-être réalisé) un cours métrage dont le titre américain est Trump, trump, trump ou Tramp, tramp tramp. Merci pour l'information si elle existe



Nom ou pseudo :

Commentaire : (les commentaires abrégés en SMS seront supprimés)
Vos commentaires sont soumis à modération. Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

:-) ;-) :-/ :-| LOL :-D :( :-C 8-) :-o ;-( 8-O



Recopiez le code de l'image dans la case :

confirmation de votre commentaire




Navigation:
Prêt-à-porter H&M : à la pointe de la mode Maison de Valérie : toute la maison en un clic


A voir dans notre annuaire :
  Rubrique > Actualités cinéma (74 sites)
  Rubrique > Acteurs (30 sites)
  Rubrique > Films américains (7 sites)
  Rubrique > Aventure (3 sites)


[Retour au guide Aquadesign]