envoyer la page à un ami Ajouter aux favoris Version imprimable dico de la beauté dico des célébrités dico des marques dico de la musique dico des finances annuaire Film


Daniel Prévost, un sacré grand comique français !



Daniel Prévost est un grand nom de la comédie et du cinéma français, réputé pour ses loufoqueries et ses piques grinçantes, son cynisme, ses amuseries décalées, son sens de l'absurde... Daniel Prévost est né le 20 octobre 1939 à Garches, dans les Hauts-de-Seine. Il ne connaîtra pas son père, mais apprendra plus âgé qu'il était d'origine kabyle. Venant d'un milieu modeste et
ouvrier, Daniel Prévost aura toutefois l'opportunité de faire des études d'art dramatique à l'Ecole d'Art Dramatique de la rue Blanche, d'où il ressort avec un premier prix de comédie ! Avec cette distinction en poche, Daniel Prévost débute rapidement au théâtre, en 1964 dans la pièce « Un certain M. Blot », avec Michel Serrault. Le comique en rencontre un autre, le fantasque chanteur Bobby Lapointe, avec qui il joue de cabarets et cabarets. Daniel Prévost est très actif, on le voit déjà partout et notamment à la télévision : ce poète de l'absurde est visible dans quelques émissions cultes, comme « Les Raisins verts », « La douche écossaise », « La caméra invisible »... Par ailleurs, Daniel Prévost n'attend pas et joue au cinéma : en 1966 sous la direction du cinéaste Philippe de Broca dans « Le Roi de Coeur », dans « Erotissimo » (1968) et « Elle court, elle court la banlieue » (1970) de Gérard Pirès puis dans « Elle cause plus... elle flingue » du grand Michel Audiard. C'est également pendant ces riches premières années de métier que Daniel Prévost rencontre un autre ami (décédé), Jean Yanne, avec qui le comédien tournera dans ses films : « Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil » (1972) et « Moi y en a vouloir des sous » (1973). On le verra encore dans une deuxième réalisation de Michel Audiard, « Comment réussir quand on est con et pleurnichard » en 1974, avec Jean Carmet, Jane Birkin et Jean Rochefort. Puis commence une autre époque pour le comique. En effet, Daniel Prévost réapparait à la Télévision dans « Le Petit Rapporteur », parodie de journal télévisé créée par Jacques Martin, où plusieurs grands comiques français vont se révéler : avec lui, on compte son ami Pierre Desproges, Stéphane Collaro, Piem, Pierre Bonte... Cette émission a énormément de succès, mais TF1 n'aimant pas le ton sarcastique et parfois acide de l'équipe de « journalistes », elle cesse au bout de six mois pour se retrouver sur Antenne 2 l'année suivante, avec pour nouveau nom « La Lorgnette »... Il remonte ensuite un temps sur scène, puis on le retrouve en 1980 dans l'émission loufoque « Merci Bernard » de Jean-Michel Ribès, qui fera rire toute une génération ! La même année on le voit sur grand écran dans « Voulez-vous un bébé Nobel ? » de Robert Pouret. Cette décennie sera un peu la traversée du désert pour Daniel Prévost. On ne le verra qu'au théâtre, dans des one-man shows détonnants. On le retrouve ainsi en 1990 dans « Uranus », avec Gérard Depardieu, une réalisation de Claude Berri, où Daniel Prévost est la tête de turc et pleutre de Depardieu. Ce rôle secondaire de cheminot communiste lui vaut la reconnaissance du jury des Césars qui le nomine : le milieu cinématographique français prend conscience de son potentiel dramatique. Daniel Prévost apparaît donc dans le drame « Le Colonel Chabert » d'Yves Angelo en 1994 et « Le plus beau métier du monde » de Gérard Lauzier (1996; deux autres films avec Gérard Depardieu). Puis Daniel Prévost explose l'écran dans le formidable carton de 1998, « Le Dîner de cons », avec Jacques Villeret et Thierry Lhermite, réalisé par Francis Veber, où son rôle d'inspecteur des impôts le voit récompensé d'un César du meilleur second rôle, Jacques Villeret obtenant celui du meilleur acteur. Cette consécration le voit relancé de nouveau et Daniel Prévost tourne l'année suivante dans l'énorme comédie « Astérix et Obélix contre César » de Claude Zidi. Ces dernières années, le comique est apparu dans le sublime « Un crime au paradis » de Jean Becker (2001), dans « Pas sur la bouche » d'Alain Resnais (2003, avec son complice Darry Cowl) et « La maison du bonheur » de Danny Boon (2006). En outre, Daniel Prévost a présenté en 1999 « La Grosse Emission » sur la chaîne Comedie ! Aujourd'hui, il sort avec son fils Sören le DVD de sa tournée française : « Daniel Prévost : Paris World Tour 2006 ».

Date de création : 17/12/2006 18:01
Contributions de Jonathan
Votez cet article :   Très bien    Bien    A revoir


Daniel Prévost
Daniel Prévost


Il y a environ 6 mois, Aquadesign publiait cet article :

Recettes tagliatelles aux langoustines



tests gratuits
Vous avez un peu de temps ? Amusez-vous avec nos jeux et tests gratuits!


cvs gratuits
Vous recherchez un emploi ? Inspirez vous de nos exemples et modèles de cv gratuit








Il y a un commentaire pour cet article :
Le 04/01/2008 à 14:49:53, ced a écrit :

c'est un grand comique certes mais aussi un grand acteur doté d'un talent remarquable, j'aime beaucoup daniel prévost



Nom ou pseudo :

Commentaire : (les commentaires abrégés en SMS seront supprimés)
Vos commentaires sont soumis à modération. Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

:-) ;-) :-/ :-| LOL :-D :( :-C 8-) :-o ;-( 8-O



Recopiez le code de l'image dans la case :

confirmation de votre commentaire




Navigation:
Bandes dessinées, l'histoire de la BD L'espéranto, c'est quoi ?


A voir dans notre annuaire :
  Rubrique > Actualités cinéma (74 sites)
  Rubrique > Acteurs (30 sites)
  Rubrique > Films français (18 sites)
  Rubrique > Comiques français (13 sites)
  Rubrique > Comédie (5 sites)


[Retour au guide Aquadesign]