envoyer la page à un ami Ajouter aux favoris Version imprimable dico de la beauté dico des célébrités dico des marques dico de la musique dico des finances annuaire Mode


La cravate : une belle histoire et tout un art !



La cravate, on la voit tous les jours, mais y prête-t-on attention ? Savez-vous qu'il existe des clubs prestigieux de mordus de la cravate, comme il en existe de fans du chocolat ou de la pipe ? La cravate pourtant, n'est qu'une bande de tissu se terminant en pointe, que l'on
se passe autour du cou, sous le col de l'indispensable chemise et que l'on noue au cou, justement ! Mais certains passionnés de la cravate savent dépenser des sommes considérables pour cet accessoire pour lequel on peut tout aussi bien ne dépenser que quelques euros... voire quelques centimes ! Certains ont carrément élever la cravate, son choix et son nouage au rang d'art – comme nous le verrons il existe bien des manières de nouer une cravate ! La cravate tiendrait peut-être son nom des Croates qui portaient à la Renaissance un foulard autour du cou, mais rien n'est moins sûr. La mode du port de la cravate débute pourtant bien au dix-septième siècle. Elle vient supplanter le jabot de dentelle, qui lui-même supplantait les fraises. A l'époque, elle était décorée de dentelles, nouée au cou, les deux bandes pendants sur le poitrail. Le Roi Soleil va populariser la mode de la cravate, allant même jusqu'à créer le métier – comme avec la perruque et son perruqiuer – de cravatier. Cet écuyer d'un nouveau genre tenait à l'époque du « Grand Maître de la Garde Robe », le plus haut conseiller vestimentaire du roi. Le cravatier du Roi Soleil était également en charge des boutons de manchette et des pendentifs. Puis la cravate et les modes évoluent et au tournant de la Révolution, on rajoute un foulard autour du cou en plus de la cravate : c'est le « stock ». Dès lors, pour des raisons politiques, la cravate devient un signe extérieur de contestation ou d'acceptation : elle est blanche ou noire, selon que l'on est d'accord ou pas avec le régime en place ! C'est également le moment où apparaissent les premiers clubs d'amoureux de la cravate, dénotant un certain goût pour le dandysme. Le début du dix-huitième siècle est dominé par le style britannique, qui crée le costume « trois-pièces » (veste ou redingote, pantalon, gilet) tel qu'il ressemble à peu de choses près à ce qu'il est aujourd'hui. Son créateur, George Bryan Brummel, était fanatique quant à son apparence et notamment en ce qui concernait sa cravate. Il y attachait un soin méticuleux à la nouer. Il en changeait même trois fois par jour ! Et à chaque tentative ratée, il en changeait de nouveau, car aucun pli ne devait se voir ! La mode inonda ensuite rapidement toute l'Europe. La cravate était le signe de l'élégance. Des traités sont même écrits sur le choix et le nouage de la cravate ! Honoré de Balzac a écrit à son propos : « La cravate n'est pas seulement un utile préservatif contre les rhumes, torticolis, fluxions, maux de dents et autres gentillesses du même genre ; elle est encore une partie essentielle et obligée du vêtement qui, dans ses formes variées, apprend à connaître celui qui la porte ». Vous ne le saviez peut-être pas, mais il existe même une science psychologique appliquée au port de la cravate : la « psychocravatologie » ! La cravate prend sa forme presque définitive dans la deuxième moitié du dix-neuvième siècle, jusqu'à ce que le New Yorkais Jesse Langdorf brevète la cravate que nous connaissons, composée de trois parties. Elle est même nouée originalement en « papillon ». Après-guerre, on en réalise en cuir et on imprime même dessus : la cravate est aussi devenue un accessoire humoristique et d'originalité. Deux mathématiciens, le Dr Thomas Fink et le Dr Yong Mao, ont réalisé la performance de créer gràce à leur discipline quatre-vingt-cinq noeuds différents, comprenant les dix classiques : le noeud classique, le double noeud, le demi-noeud Windsor, le petit noeud, le noeud croisé, le double simple, l'ascot, le prat, le Fink et finalement, le noeud papillon !

Date de création : 27/12/2006 19:34
Contributions de Jonathan
Votez cet article :   Très bien    Bien    A revoir


La cravate
La cravate


Il y a environ 6 mois, Aquadesign publiait cet article :

Le surpoids, il n’y a pas que l’alimentation !



tests gratuits
Vous avez un peu de temps ? Amusez-vous avec nos jeux et tests gratuits!


cvs gratuits
Vous recherchez un emploi ? Inspirez vous de nos exemples et modèles de cv gratuit








Il y a aucun commentaire pour cet article :



Nom ou pseudo :

Commentaire : (les commentaires abrégés en SMS seront supprimés)
Vos commentaires sont soumis à modération. Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

:-) ;-) :-/ :-| LOL :-D :( :-C 8-) :-o ;-( 8-O



Recopiez le code de l'image dans la case :

confirmation de votre commentaire




Navigation:
La tradition des étrennes du nouvel an nous vient des Romains Obésité, un nouveau médicament pour les personnes obèses, "Acomplia"


A voir dans notre annuaire :
  Rubrique > Boutique en ligne mode (370 sites)
  Rubrique > Accessoires mode (202 sites)
  Rubrique > Fabricants de vêtements (33 sites)
  Rubrique > Histoire de la mode (5 sites)


[Retour au guide Aquadesign]