envoyer la page à un ami Ajouter aux favoris Version imprimable dico de la beauté dico des célébrités dico des marques dico de la musique dico des finances annuaire Voyages


La Nouvelle-Orléans, la perle de la Louisiane sur le Mississippi



La fête permanente de La Nouvelle-Orléans a bien perdu de ses couleurs depuis le désastre de l'ouragan Katrina qui s'est abattu sur la ville le 29 août 2005. Elle comptait près de 500 000 habitants et 1,5 million avec son agglomération. La plupart des habitants ont fui la ville pour se réfugier à Baton Rouge ou dans des communes
plus éloignées du Texas ou dans d'autres états américains. Actuellement, la ville est en pleine reconstruction. Seulement, on ne peut parler de la Louisiane sans évoquer, malgré ce désastre récent, La Nouvelle-Orléans. Fondée par les Français en 1718, elle fut nommée en l'honneur de Philippe, duc d'Orléans par des Créoles. Elle fut ainsi la capitale de la Louisiane Française en 1722 qui, rappelons-le s'étendait bien au-delà de la Louisiane actuelle. Situés sur un méandre du grand fleuve Mississippi, ses plans furent dessinés par Adrien de Pauger avec une architecture très symétrique. En son centre se trouvait une église qui sera la cathédrale Saint-Louis. Les rues étaient à angle droit, les quais occupés par des magasins, un hôpital, un couvent. Une grande digue le long du grand fleuve fut achevée en 1724. De toute cette époque demeure un sentiment de liberté unique aux Etats-Unis, les organisations sociales, politiques et même religieuses n'étaient tout simplement « pas importantes ». Ce sentiment de nonchalance conférait à la ville un caractère rebelle et sympathique... Il faisait bon vivre à La Nouvelle-Orléans. Les Indiens, les Blancs, les Noirs... Tous ces peuples vivaient en réelle harmonie et sans tabous. La réputation de la ville n'était que fêtes, danses, musiques et bonne cuisine. Très longtemps, la Langue officielle fut le Français mais on y parlait aussi le créole ou les dialectes indiens. Cédée ensuite à l'Espagne à partir de 1763, la ville n'attira pourtant pas les Espagnols. D'ailleurs, les colons voulaient rester massivement Français surtout les Créoles. À partir de ces années, la physionomie de la ville se transforma et l'on va utiliser la brique et les tuiles pour sa construction. Le grand port fut autorisé d'accès aux Etats-Unis en 1795, la ville revint encore sous le joug français avant que la grande Louisiane ne soit vendue par Napoléon en 1803 aux Etats-Unis. Les Anglais tentèrent de l'annexer mais ce fut en vain. Durant toute la période qui suivit, la ville se développa considérablement et finalement, de capitale, elle ne devint que la première ville de l'état (Baton Rouge devenant la capitale). Lors de la guerre de Sécession, la ville fut curieusement épargnée et le vieux carré français (centre historique de la ville) en sortit indemne. La ville ensuite se modernisa dans les années 1920 et 1960. L'on pouvait y visiter nombre de petites ruelles parcourues par les streetcars (tramways) ou faire un tour sur le « Natchez », un bateau à aube qui organisait des balades quotidiennes sur le Mississippi. Ce qui attire aussi les visiteurs, ce sont les curieux cimetières extérieurs appelés « Cité des morts », chaque tombeau est unique et les monuments sont d'inspiration XVIIIe, XIXe siècles. La Nouvelle-Orléans, surnommée aussi « ville croissant » (The crescent city) à cause de sa forme est aussi connue pour ses spécialités culinaires : beignets, haricots rouges, riz, huîtres, cuisine créole et surtout les écrevisses d'eau douce. Cela dit, La Nouvelle-Orléans est l'une des villes les plus pauvres des Etats-Unis et la criminalité, paraît-il, y atteint des sommets bien plus qu'à New York ou à Chicago. Pendant un temps, grande ville industrielle avec son activité portuaire et son industrie liée au pétrole, La Nouvelle-Orléans s'était ensuite tournée vers le tourisme, les arts et la culture. Cette activité rapportait surtout aux Blancs... Tandis qu'on y trouvait près de 120 clubs de jazz et de blues en 2006. La ville commence à remonter la pente et à redevenir une fête permanente, une ville à l'ambiance grisante et exubérante, pleine de musiques et de gaîté. D'ailleurs, la grande fête du mardi gras a rassemblé près de 700 000 personnes en février 2007. La Nouvelle-Orléans, ses festivals et manifestations diverses (il s'agit de la ville qui organise le plus de festivals au monde) sort enfin la tête de l'eau.

Date de création : 16/03/2007 13:37
Contributions de Catherine
Votez cet article :   Très bien    Bien    A revoir


Nouvelle-Orléans
Nouvelle-Orléans


Il y a environ 6 mois, Aquadesign publiait cet article :

Le Château de Chantilly, un joyau dans un écrin de verdure



tests gratuits
Vous avez un peu de temps ? Amusez-vous avec nos jeux et tests gratuits!


cvs gratuits
Vous recherchez un emploi ? Inspirez vous de nos exemples et modèles de cv gratuit








Il y a aucun commentaire pour cet article :



Nom ou pseudo :

Commentaire : (les commentaires abrégés en SMS seront supprimés)
Vos commentaires sont soumis à modération. Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

:-) ;-) :-/ :-| LOL :-D :( :-C 8-) :-o ;-( 8-O



Recopiez le code de l'image dans la case :

confirmation de votre commentaire




Navigation:
Economie de Londres: un secteur qui se porte bien Hambourg, la deuxième grande ville d'Allemagne


A voir dans notre annuaire :
  Rubrique > Voyage étranger (1076 sites)
  Rubrique > Recit et photo de voyage (144 sites)
  Rubrique > Voyage Amérique du nord (31 sites)
  Rubrique > Grandes villes du monde (23 sites)
  Rubrique > Voyage USA - Etats Unis (12 sites)


[Retour au guide Aquadesign]