envoyer la page à un ami Ajouter aux favoris Version imprimable dico de la beauté dico des célébrités dico des marques dico de la musique dico des finances annuaire Arts, culture


Art français du XVIII° siècle



Le XVIII° siècle, se distingue par sa hardiesse intellectuelle et sa confiance en la raison. L'art affranchi des contraintes académiques, suit plus librement sa fantaisie. L'art reflète les moeurs raffinées et libres de la société mondaine. Louis XIV avait fait respecter de tous, l'autorité monarchique, régenté la société, les arts et les lettres. A la fin de son long règne,
tous était las de ce joug. Une réaction fut inévitable. Elle se produisit notamment dans l'art. Notamment avec les salons, il se créa en dehors de la Cour de nouveaux foyers de vie intellectuelle, les salons parisiens. Là, à jour fixe, se rencontraient les grands seigneurs, les gens d'Eglise, les écrivains, les artistes, les financiers. Selon l'esprit du siècle, la conversation prenait généralement un ton libre et frondeur. Plusieurs salons acquirent vers le milieu du siècle une grande réputation. Celui de Madame Geoffrin, une riche et spirituelle bourgeoise, devint très vite le quartier général de ceux qu'on appelait les "philosophes", celui de la Marquise du Defland était plus aristocratique, c'est dans ce dernier que l'on pouvait recontrer Montesquieu, Marivaux, etc... Le salon de Mademoiselle de Lespinasse, fut lui surtout littéraire et passait à l'époque, pour l'antichambre de l'Académie. Les salons eurent en fait une grande influence sur la vie littéraire, ils contribuèrent à répandre au-dehors des idées françaises. Tous les étrangers de marque qui venaient à Paris essayaient de se faire admettre dans ces réunions choisies. Paris était devenu la "capitale intellectuelle de l'Europe". Les caractères de l'Art, le goût et les moeurs du temps trouvèrent dans les arts leur fidèle reflet. Sous l'influence de Louis XIV, l'art du XVII° siècle avait produit des oeuvres majestueuses mais un peu froides. Echappant aux influences officielles, l'art au XVIII° siècle s'orienta vers des voies nouvelles où triomphèrent la grâce souple et la libre fantaisie. Jamais, sauf pendant la période ogivale, l'art français n'a témoigné de plus de liberté, de variété, d'originalité. Cet art est comparable aussi à celui du Moyen Age, par sa fécondité et son expansion. Français et étrangers rivalisèrent à qui posséderait l'hôtel le plus élégant, la plus belle collection d'art. Sauf en Angleterre, l'art français fut alors imité partout en Europe. D'Allemagne, de Russie et jusqu'en Inde, on fit appel à des architectes français. L'architecture, à ne juger que par le dehors, resta fidèle à la tradition classique. Les principaux architectes du Temps, Soufflot, Gabriel, furent les continuateurs de Perrault, de Mansart. Mais, les châteaux de l'époque, comme le Petit Trianon, les "folies" aussi appelaient maisons de campagne, trahissent le goût nouveau de l'intimité et du confort, le souci de se loger, commodément et pour soi. Les grands appartements du XVII° siècle furent remplacés par de petits appartements, aux pièces plus petites, plus claires, plus gaies, décorées de capricieuses sculptures, où tous les angles furent arrondis, ou triompha la ligne sinueuse. Ce qui fut appelé le style rocaille ou le rococo. La même fantaisie se retrouva dans le mobilier, (guéridons, tables à ouvrage, tables de jeu, chaises longues, bergères, etc...) pour lequel à l'imitation des anglais, on commença à employer des bois exotiques. L'art des jardins, lui aussi obéit aux modes nouvelles. Sous l'influence de Jean-Jacques Rousseau prévalut le jardin ou parc anglais, d'allure libre et pittoresque avec des allées sinueuses, ses pelouses, ses lacs, ses ponts rustiques, ses points de vue ménagés à travers les bosquets. La peinture, au lieu de la noblesse et de la grandeur, on rechercha la fantaisie piquante, la grâce, l'élégance, souvent associées d'ailleurs au naturel et à la vérité. Pour les petits appartements, on peignit non des sujets à l'antique traités en de vastes toiles, mais de petits tableaux, des paysages légers, les fêtes galantes, les divertissements champêtres, bergères et pastorales. Le maître du genre fut, sous la Régence, un très grand artiste, Watteau, dont les principaux disciples furent Fragonard, Boucher. Tout autre fut Chardin, observateur pénétrant de la société bourgeoise. Greuze émut la sensibilité de ses contemporains par des oeuvres à prétentions morales, Quentin de la Tour, fut le maître du portrait au pastel. La sculpture est caractérisé par le don de la vie et c'est pourquoi elle excelle dans le portrait ainsi que dans les gracieuses sculptures du genre, terres cuites et petits marbre. Les plus grands sculpteurs furent Coustou et Le Lorrain qui continuèrent la tradition du Grand Siècle, mais avec plus de mouvement et d'élégance. Bouchardon, l'auteur des groupes du Bassin de Neptune à Versailles, Pigalle et Falconet qui sculptèrent, le premier tombeau du Maréchal de Saxe à Strasbourg, le deuxième, une statue de Pierre le Grand à Saint-Pétersbourg et une Baigneuse, devenue classique. Supérieur à tous, fut Houdon, son Voltaire de la Comédie Française est peut-être le plus saisissant portrait qu'on ait jamais tiré du marbre.

Date de création : 16/03/2007 16:59
Contributions de Olive2
Votez cet article :   Très bien    Bien    A revoir


Art français du XVIII° siècle
Art français du XVIII° siècle


Il y a environ 6 mois, Aquadesign publiait cet article :

Proteines pour la musculation



tests gratuits
Vous avez un peu de temps ? Amusez-vous avec nos jeux et tests gratuits!


cvs gratuits
Vous recherchez un emploi ? Inspirez vous de nos exemples et modèles de cv gratuit








Il y a aucun commentaire pour cet article :



Nom ou pseudo :

Commentaire : (les commentaires abrégés en SMS seront supprimés)
Vos commentaires sont soumis à modération. Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

:-) ;-) :-/ :-| LOL :-D :( :-C 8-) :-o ;-( 8-O



Recopiez le code de l'image dans la case :

confirmation de votre commentaire




Navigation:
Acadania ou le pays cajun près de Lafayette en Louisiane Saint Francisville, une halte de repos si vous visitez la Louisiane


A voir dans notre annuaire :
  Rubrique > Arts, culture (4549 sites)
  Rubrique > Peinture (1464 sites)
  Rubrique > Histoire (207 sites)
  Rubrique > Architecture (87 sites)
  Rubrique > Histoire de France (17 sites)


[Retour au guide Aquadesign]