envoyer la page à un ami Ajouter aux favoris Version imprimable dico de la beauté dico des célébrités dico des marques dico de la musique dico des finances annuaire Astrologie


Le procès des sorcières de Salem, hystérie collective annonçant le déclin du puritanisme américain



À cette époque très puritaine qu'était le XVIIe siècle se sont déroulés des faits très bizarres à Salem Village dans le Massachusetts (aujourd'hui Danvers à proximité de Salem). Tout commence durant l'hiver 1691-1692. La fille et la nièce du révérend Samuel Parris (Betty Parris et Abigail Williams) agissent de curieuse manière. Elles parlent un dialecte inconnu, traînent des pieds,
se cachent pour un oui pour un non. Six autres jeunes filles commencent à agir de la même manière dont Ann Putnam. Les médecins ne trouvent rien et finissent par suspecter une Entreprise satanique. Les jeunes « possédées » livrent d'abord trois noms de femmes vivant en marge de la société bien-pensante. Sarah Good est une mendiante, déshéritée, dont la mère s'était suicidée. Sarah Osborne est âgée et reste alitée mais a été accusée d'avoir volé l'héritage de son premier mari à ses enfants. Tituba est une esclave issue de La Barbade et au service du révérend Parris. Accusées de sorcellerie, les trois malheureuses sont emprisonnées le 1er mars 1692. Les huit écervelées continuent leur manège et livrent d'autres noms : 7 autres personnes sont emprisonnées dont une fillette de 4 ans, la fille de Sarah Good, et Elizabeth et John Proctor ainsi qu'une vieille dame malade, Rebecca Nurse. Oui mais voilà : aucun procès ne peut avoir lieu car il n'y a vraiment aucun gouvernement légitime. En attendant, les prisons se remplissent et quand le gouverneur royal du Massachusetts William Phips arrive fin mai 1692 pour instaurer à la hâte une cour de justice, on compte environ 80 prisonniers. Sarah Osborn est déjà décédée en prison et Sarah Good a mis au monde une petite fille en cellule. La plupart des accusés sont malades. La cour n'est pas très rapide, elle ne siège qu'une fois par mois. À part une seule accusée libérée d'après les rétractations des accusatrices, tous les autres sont condamnés à mort pour sorcellerie. Ceux qui avouent leurs crimes imaginaires ou dénoncent des « coupables » ont la vie sauve. Deux femmes évitent l'exécution car elles sont enceintes (dont Elizabeth Proctor). Elles ne seront exécutées qu'après leur accouchement. 19 personnes sont pendues au cours de l'été. Toutes les catégories de population sont représentées : ministre du culte, policier, personnes fortunées ou non, hommes ou femmes. Toutes les petites villes environnantes sont concernées. La peine de mort pour sorcellerie est la pendaison mais un seul accusé aura une autre sentence : Giles Corey a en effet refusé de se défendre au procès. On lui applique donc la torture jusqu'à ce que mort s'ensuive (un empilement progressif de pierres sur la poitrine jusqu'à l'écrasement et l'étouffement). Giles Corey, entêté et se sachant condamné d'avance, met trois jours avant de s'éteindre... Évidemment, toute cette agitation a des répercussions sur la ville : animaux non soignés, récoltes en friches, scieries vides de leurs ouvriers, baisse du commerce, etc... Finalement, le clergé de Boston intervient et demande l'arrêt des procédures en octobre 1692. Alors, pourquoi une telle folie hystérique ? On peut penser à la dérive puritanisme et à une sorte d'hystérie collective. D'autres pensent à l'utilisation d'un dérivé de LSD trouvé dans l'ergot de seigle utilisé lors de divinations occultes. D'autres encore penchent pour la thèse d'un complot des Putnam contre la famille Porter mais finalement, la plupart des personnes exécutées seront des femmes... De là à penser à un écrasement social des femmes, il n'y a qu'un pas. À moins que ce ne soit une manière d'attirer l'attention sur les difficultés à vivre avec les Amérindiens qui à l'époque, défendent leur territoire provoquant l'angoisse de la population dont, il faut le rappeler, le révérend était Samuel Parris, père et oncle des deux premières accusatrices. Quoi qu'il en soit, 21 personnes furent pendues (dont 15 femmes), cinq périrent en prison dont le petit bébé de Sarah Good et trois femmes. Les autres prisonniers furent libérés. Après cette sombre affaire qui fit énormément de bruit, la foi puritaine recula énormément en Nouvelle-Angleterre.

Date de création : 22/03/2007 15:22
Contributions de Catherine
Votez cet article :   Très bien    Bien    A revoir


sorcières de Salem
Sorcières de Salem


Il y a environ 6 mois, Aquadesign publiait cet article :

Don du sang et transfusion sanguine



tests gratuits
Vous avez un peu de temps ? Amusez-vous avec nos jeux et tests gratuits!


cvs gratuits
Vous recherchez un emploi ? Inspirez vous de nos exemples et modèles de cv gratuit








Il y a aucun commentaire pour cet article :



Nom ou pseudo :

Commentaire : (les commentaires abrégés en SMS seront supprimés)
Vos commentaires sont soumis à modération. Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

:-) ;-) :-/ :-| LOL :-D :( :-C 8-) :-o ;-( 8-O



Recopiez le code de l'image dans la case :

confirmation de votre commentaire




Navigation:
Palais de la Bahia, une bâtisse à voir à Marrakech Département Seine-et-Marne (77) : agriculture, histoire et Disneyland Paris


A voir dans notre annuaire :
  Rubrique > Esoterisme (211 sites)
  Rubrique > Voyage Amérique du nord (31 sites)
  Rubrique > Voyage USA - Etats Unis (12 sites)


[Retour au guide Aquadesign]