envoyer la page à un ami Ajouter aux favoris Version imprimable dico de la beauté dico des célébrités dico des marques dico de la musique dico des finances annuaire Histoire


La féodalité, le régime féodal, c'est quoi ?



Les origines de la féodalité, elles se sont préparées très lentement au cours des siècles précédent, c'est du IX° au XI° siècle, par suite de l'insécurité due, particulièrement aux invasions normandes, que le régime féodal s'est instauré. Le régime féodal, eut des origines variées, 1° - La recommandation dans le régime féodal - Craignant les ravages et les massacres, les
petits propriétaires libre, en échange de la protection, pour leurs personnes et leurs terres, d'un homme riche et puissant qui devient leur seigneur ou suzerain et dont ils sont les hommes ou les vassaux, promettent de le servir et lui abandonnent la propriété théorique de leurs terres. La féodalité était facultative sous Charlemagne, la recommandation devint par contre obligatoire sous Charles le Chauve. 2° - Le système des bénéfices sous la féodalité - Dès les Mérovingiens, les rois et même les grands propriétaires paient leurs fonctionnaires et les services rendus ou promis (en particulier, le service militaire à cheval depuis Charles Martel) avec des terres ou bénéfices, temporaires à l'origine, puis peu à peu héréditaires (les fiefs). 3° - Les immunités sous le régime féodal - Soustrayant certaines terres à l'action des fonctionnaires royaux. 4° - la féodalité et l'hérédité de charges de comtes et de ducs (à partir de Charles le Chauve) qui se rendent indépendant du pouvoir royal A la faveur de l'anarchie du X° siècle, tous les seigneurs s'arrogent l'immunité, les plus faibles se recommandent aux plus puissants, les comtes et les ducs s'imposent comme suzerains à tous les seigneurs de leur circonscription, eux-mêmes sont simplement des vassaux des rois devenus électifs, enfin les guerres et héritages multiplièrent le morcellement des fiefs et l'enchevêtrement des obligations féodales. Le caractère du régime féodal, Ainsi formée, la féodalité se caractérise, 1°) - par la distinction de trois classes ayant chacune leur activité propre, les nobles qui combattent, les clercs qui prient, le peuple qui travaille. 2°) - par la disparition de l'idée d'Etat et l'émiettement de ses fonctions entre des gens liés seulement par des obligations personnelles, en échange de sa protection et de l'investiture de son fife, le vassal doit au suzerain l'hommage ou le serment de fidélité, l'aide militaire, le service de la cour et une aide financière dans certains cas déterminés. La vie du seigneur pendant la féodalité, le jeune noble recevait une éducation presque uniquement militaire (en particulier comme valet, puis écuyer chez le suzerain de son père). Vers 20 ans, il était armé Chevalier (adoublement) et recevait solennellement ses armes. Le seigneur résidait dans un château fort, élevé sur une butte et comprenant une enceinte, une cour, une tour d'habitation peu confortable et de défense (donjon). A partir du XII° siècle, les enceintes et le donjon de pierre remplacèrent ceux de bois et se perfectionnèrent sans cesse dans les détails défensifs. En dehors des repas, longues fêtes et auditions de jongleurs ou de ménestrels, les instincts violents du seigneur se donnaient libre cours à la chasse, dont il possédait le monopole, dans les guerres privées entreprises sous le moindre prétexte, les tournois et même parfois dans le brigandage. Les paysans sous la féodalité, Divisés en vilains, qui étaient des paysans libres et en serfs qui eux étaient attachés à la terre, les paysans étaient soumis à de nombreuses obligations envers leurs seigneurs, soit en argent (cens, pour la possession de la terre, la taille ou contribution personnelle, banalités, pour utiliser les installations d'utilité commune, telles que les fours, les moulins etc..., soit en nature, le champart, ou part des récoltes, soit en jours de Travail, les corvées. Les serfs étaient, en outre, soumis à des droits spéciaux, le formariage, pour se marier hors de la seigneurie, ils payaient la mainmorte pour hériter, les corvées et la taille étaient pour eux illimités. Non seulement la vie des paysans étaient à un niveau très bas, mais elle était rendue précaire par les guerres privées, car les paysans étaient maltraités, leurs récoltes détruites, par les disettes et les famines qui s'ensuivaient, ce qui arrivait deux ans sur trois au XI° siècle. Cela fini par causer le retour rapide à la barbarie et arriva aussi de nombreuses épidémies, la lèpre, la peste etc... Les progrès sociaux durant la féodalité, furent accomplis par l'Eglise qui réussit à adoucir certains abus du régime féodal, transformation de la chevalerie en une cérémonie religieuse humanitaire, limitation des guerres privées par la paix de Dieu en faveur des nombreux combattants et par la trêve de Dieu qui était une interdiction des guerres pendant certains jours. La condition des paysans s'améliora aussi par les nombreux affranchissements de serfs, la fréquente fixation des droits seigneuriaux par des chartes de villages, la diminution des guerres privées, le paysan du XIII° siècle est aussi heureux que celui du paysans du XI° siècle était malheureux. Les villes et la conquête des libertés communales sous la féodalité, les villes étaient dépeuplées pendant les invasions, elle se reconstituèrent à partir du XI° siècle, grâce au commerce, aux marchés et aux foires, aux progrès des métiers, leur population s'accrut. Il s'en fonda de nouvelles autour d'un château fort, d'une abbaye, parfois de toutes pièces sur l'initiative d'un seigneur. Soumis d'abord aux mêmes droits que les paysans, les habitants des villes ou bourgeois s'associèrent et obtinrent soit en les achetant, soit en se révoltant, des chartes de franchises précisant leur obligations. Dans les villes franches les plus nombreuses, le seigneur conservait le contrôle de l'administration, les communes au contraire, s'administraient elles-mêmes. L'Eglise dans la société féodale, joua un rôle non seulement religieux, mais social considérable, elle assurait seule l'état-civil, l'enseignement, l'assistance, l'Eglise avait ses tribunaux appelés les officialités. Mais le régime féodal corrompit le clergé, les évêques étaient souvent des seigneurs ayant des fiefs, vassaux et suzerains. Les curés, très souvent nommés par les seigneurs, n'étaient pas toujours prêtres et souvent se mariaient. On vendait les charges ecclésiastiques, c'était la simonie. Le clergé régulier, celui des monastères, soumis à une règle, chercha à réformer ces abus, en particulier l'ordre de Cluny et celui de Citeaux, qui aient des centaines de couvents. Mais comme la richesse, provenant des dons qu'ils recevaient, corrompait les couvent les uns après les autres, au début du XIII° siècle, Saint-François d'Assise et Saint Dominique fondèrent les ordres mendiants, franciscains et dominicains devaient parcourir le monde en vivant de la charité publique.

Date de création : 27/03/2007 16:11
Contributions de Olive2
Votez cet article :   Très bien    Bien    A revoir


La féodalité
La féodalité


Il y a environ 6 mois, Aquadesign publiait cet article :

Du pays de Canaan à la Grèce : l'évolution de l'alphabet



tests gratuits
Vous avez un peu de temps ? Amusez-vous avec nos jeux et tests gratuits!


cvs gratuits
Vous recherchez un emploi ? Inspirez vous de nos exemples et modèles de cv gratuit








Il y a aucun commentaire pour cet article :



Nom ou pseudo :

Commentaire : (les commentaires abrégés en SMS seront supprimés)
Vos commentaires sont soumis à modération. Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

:-) ;-) :-/ :-| LOL :-D :( :-C 8-) :-o ;-( 8-O



Recopiez le code de l'image dans la case :

confirmation de votre commentaire




Navigation:
Palais céleste Bangkok, une résidence royale au sein du Palais Vimanmek Canton de Bâle-Ville, un demi canton suisse


A voir dans notre annuaire :
  Rubrique > Histoire (207 sites)
  Rubrique > Histoire médiévale (25 sites)
  Rubrique > Histoire de France (17 sites)
  Rubrique > Livre Scolaire, Universitaire (8 sites)
  Rubrique > Géographie, Histoire, Actualité, Politique (5 sites)


[Retour au guide Aquadesign]