envoyer la page à un ami Ajouter aux favoris Version imprimable dico de la beauté dico des célébrités dico des marques dico de la musique dico des finances annuaire Voyages


Harlem, un quartier à part entière qui n’est plus le ghetto noir dangereux de New York



Si les agences de voyage nous vantent souvent Manhattan, elles parlent bien moins du quartier de Harlem. Et pour cause ! Harlem a très longtemps eu une réputation sulfureuse de ghetto afro-américain dans lequel la violence était régulière. Le quartier de Harlem, dans Manhattan, est situé au nord de la 96me rue et rejoint le nord
de Manhattan. Ce village, car il s'agissait bien d'un village à l'origine, a été fondé en 1658 par le gouverneur hollandais Peter Stuyvesant. Il s'appelait à l'origine « Nieuw Haarlem » d'après le nom de la petite ville Haarlem aux Pays-Bas. Ce sont les Britanniques qui le renommèrent « Harlem » lors de l'annexion de New York en 1664. Les premiers afro-américains à s'approprier le territoire furent encouragés par un agent immobilier africain, Philip Payton, en 1904. D'autres, de plus en plus nombreux, vinrent les rejoindre. Ainsi, dès 1920, Harlem était déjà LE quartier noir de New York. Ces années seront bénéfiques pour le développement artistique de la communauté, surtout au plan musical. On nomma cette période « la Renaissance de Harlem ». Le jazz était dans toutes les rues, de toutes les fêtes. Qui n'a jamais entendu parler du « Cotton Club » ou encore de « l'Appolo Theater » ? Pourtant, dès les années 1920, certains clubs étaient réservés aux Blancs et ces bars et night-clubs étaient dirigés par ce que l'on a appelé « la mafia blanche ». Durant la prohibition, de nombreux bars clandestins accueillaient des clients blancs pour leur servir de l'alcool. La communauté Noire, quant à elle, se focalisa sur l'organisation de jeux clandestins. Ainsi une loterie illégale, le bolito, était organisée dans toutes les rues de Harlem. Devenus ainsi riches, ils se transformèrent en prêteurs sur gages. Ce fut ensuite une guerre des gangs entre Blancs et Noirs qui se poursuivit jusqu'à l'apparition de la loterie nationale. Après la seconde guerre mondiale, les classes moyennes afro-américaines quittèrent peu à peu les lieux pour d'autres quartiers. Quant à la population blanche, cela faisait longtemps qu'elle avait déserté les lieux. N'y demeurèrent que les Noirs Américains les plus pauvres dans les années 1950-60. Durant ces années, une grève des loyers fut organisée, les locataires refusant de payer les Blancs. Évidemment, la criminalité s'y est développée et a ainsi longtemps marginalisé Harlem. La pauvreté et la toxicomanie isolaient complètement le quartier du reste de New York. En 1964, de violentes émeutes eurent lieu ainsi qu'en 1968. Il faut dire que l'on trouvait dix fois plus de toxicomanes à Harlem qu'à New York même et le taux de criminalité y était 6 fois plus élevé. Entra alors en scène le maire de New York, Rudolph Giuliani en 1993 qui prit les choses en main jusqu'en 1998 en réhabilitant les quartiers et en intégrant beaucoup plus d'Afro-américains dans les forces de l'ordre (malgré une émeute en 1995). Il prôna également la tolérance-zéro ainsi qu'une concertation avec les écoles, les associations et les institutions municipales. Aujourd'hui, Harlem n'est plus un ghetto où aucun Blanc n'ose entrer. La 125me rue est désormais accessible à tout le monde et la nuit, il est possible de se balader sur les grands axes en toute sécurité. Actuellement, la 125e rue a retrouvé ses couleurs (elle est aussi appelée Martin Luther King Jr Boulevard). C'est un axe très fréquenté où l'on trouve de nombreuses boutiques et où se dresse encore le célèbre Apollo Theater. En fait, Harlem est une sorte de mosaïque de quartiers où l'on trouve par exemple « Sugar Hill ». Il s'agissait d'un quartier aisé dans les années 1920 qui abritait l'élite noire américaine jusqu'aux années 1950 mais aussi Striver's Row, ses 130 jolies maisons et ses appartements luxueux. On peut également admirer sur Astor Row, des maisons de brique rouge avec des porches en bois datant de 1880. Cependant, les préjugés ont la vie dure et Harlem a longtemps eu cette image de quartier déshérité, de ghetto noir de Manhattan, pauvre, mal entretenu, « non-fréquentable » par les touristes et les Blancs. La situation a bien changé aujourd'hui... Qu'on se le dise !

Date de création : 12/04/2007 13:51
Contributions de Catherine
Votez cet article :   Très bien    Bien    A revoir


Harlem
Harlem


Il y a environ 6 mois, Aquadesign publiait cet article :

Dacia : la marque automobile Roumaine



tests gratuits
Vous avez un peu de temps ? Amusez-vous avec nos jeux et tests gratuits!


cvs gratuits
Vous recherchez un emploi ? Inspirez vous de nos exemples et modèles de cv gratuit








Il y a un commentaire pour cet article :
Le 24/07/2007 à 10:46:44, belly a écrit :

merci pour votre article, j'ai souvent voulu visiter new york et en particulier harlem , sans jamais vraiment oser y mettre les pieds. maintenant j'ai un peu moins de craintes.



Nom ou pseudo :

Commentaire : (les commentaires abrégés en SMS seront supprimés)
Vos commentaires sont soumis à modération. Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

:-) ;-) :-/ :-| LOL :-D :( :-C 8-) :-o ;-( 8-O



Recopiez le code de l'image dans la case :

confirmation de votre commentaire




Navigation:
Climatologie, une étude nécessaire et relativement complexe BTS Diététique formation : pour devenir un spécialiste de la nutrition


A voir dans notre annuaire :
  Rubrique > Voyage étranger (1076 sites)
  Rubrique > Carnets de voyage (62 sites)
  Rubrique > Voyage Amérique du nord (31 sites)
  Rubrique > Voyage USA - Etats Unis (12 sites)


[Retour au guide Aquadesign]