envoyer la page à un ami Ajouter aux favoris Version imprimable dico de la beauté dico des célébrités dico des marques dico de la musique dico des finances annuaire Voyages


Castroville et Paris au Texas, un petit bout de France au pays des cow-boys



Au Texas, Castroville n'a rien à voir avec Cuba et Paris n'est pas la France. La première a été peuplée par des Alsaciens, toujours fiers de leur histoire. Après l'Indépendance du Mexique en 1821, ce pays est inquiet de la nature expansionniste des
Etats-Unis. À l'époque, le Texas est très peu peuplé. Le gouvernement mexicain fait alors appel à des « empresarios » pour peupler le Texas. Ceux-ci doivent faire appel à des « promoteurs » à qui l'on confie la concession de vastes territoires. La seule condition ? Les peupler surtout par des familles. L'idée n'est pas sotte mais voilà que le Texas devient indépendant en 1836. Il faut pourtant bien peupler ce vaste territoire plus grand que la France ! Les contrats demeurent et un Français, Henri Castro, Consul de France à Rhode Island, signe un contrat en 1842 qui stipule que 600 personnes, couples ou mâles célibataires doivent venir s'installer au Texas dans les trois ans qui suivent. Chaque célibataire pourra recevoir 128 hectares, le double pour un couple. La condition est d'y construire un foyer et de cultiver au minimum 6 hectares : c'est à ce prix qu'un immigrant pourra devenir propriétaire. Davy Crockett encourage cette initiative et Castro revient en France pour y trouver des familles intéressées à venir vivre dans sa concession de 400 000 hectares située à l'Ouest de San Antonio. 2 100 colons partent pour l'aventure et parmi eux de nombreux Alsaciens de la région de Mulhouse malgré leurs craintes d'arriver dans cet endroit du bout du monde, déserté et encore peuplé d'Amérindiens que l'on qualifie aisément de « sauvages ». Les premiers Alsaciens débarquent donc à Galveston mais Castro, resté en France, n'a rien préparé pour leur arrivée. Délaissés pendant 18 mois, ils commencent à être très en colère. Henri Castro revient donc et rachète des terres, au bord de la rivière Medina, à une quarantaine de kilomètres de San Antonio aujourd'hui (qui se nommait Bexar). La petite colonie alsacienne s'installe, reproduisant ses moeurs, sa langue, sa religion et son savoir-faire. De ce passé, les Alsaciens-Texans ont gardé l'église Saint Louis et une architecture spécifique que l'on ne trouve nulle part ailleurs dans l'état, un ancien moulin devenu auberge, sa « rue de Paris », ses maisons aux toits en pentes. Endroit le moins américain du Texas, Castroville a su garder sa langue et ses traditions un peu moins prisées par les jeunes aujourd'hui. Les Alsaciens du Texas font toujours la fête avec leurs danses traditionnelles et les Français sont toujours chaleureusement accueillis par les quelque 2000 habitants qui peuplent le village qui ont toujours gardé un petit goût de France. Quant à Paris, située au Nord-Est de l'état du Texas, elle compte environ 26 000 habitants et prétend être « la 2me Paris du monde ». Étant donné sa proximité d'avec la Louisiane, c'est un Français, Thomas Petit (son nom a été transformé en Poteet), qui a désiré nommé cette petite ville ainsi en 1839. Malheureusement la ville fut détruite par un incendie en 1916 détruisant des centaines d'immeubles. Une fontaine fut reconstituée imitant les styles européens sur la grand-place : c'est désormais une grande attraction. Les quartiers sud de Paris Texas comportent quelques vieilles maisons de l'époque de la guerre de Sécession comme celle du général Sam Bell Maxey construite en 1868. La ville abrite aussi la tombe de John Chisum qui fut un très grand éleveur et qui était propriétaire d'un ranch énorme qui ne faisait rien de moins que 160 kilomètres de long et qui entretenait quelque 60 000 têtes de bétail. Impliqué dans la guerre de Sécession et en butte aux voleurs parmi lesquels s'illustrait Billy the Kid, il fut ruiné, partit au Nouveau-Mexique et mourut dans l'Arkansas. Sa dépouille fut ramenée à Paris. Mais évidemment, Paris ne serait pas Paris sans la Tour Eiffel, c'est pourquoi, une dernière attraction locale attire les curieux : une fausse Tour Eiffel d'une vingtaine de mètres de haut est érigée à Paris Texas, avec cette particularité qu'on l'a coiffée d'un chapeau texan !

Date de création : 23/04/2007 15:03
Contributions de Catherine
Votez cet article :   Très bien    Bien    A revoir


Castroville
Castroville


Il y a environ 6 mois, Aquadesign publiait cet article :

Koh Lanta, émission de télé mais aussi une île de Thaïlande



tests gratuits
Vous avez un peu de temps ? Amusez-vous avec nos jeux et tests gratuits!


cvs gratuits
Vous recherchez un emploi ? Inspirez vous de nos exemples et modèles de cv gratuit








Il y a aucun commentaire pour cet article :



Nom ou pseudo :

Commentaire : (les commentaires abrégés en SMS seront supprimés)
Vos commentaires sont soumis à modération. Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

:-) ;-) :-/ :-| LOL :-D :( :-C 8-) :-o ;-( 8-O



Recopiez le code de l'image dans la case :

confirmation de votre commentaire




Navigation:
Willemstad, deux noms pour deux villes hollandaises différentes. Galveston et son île, l’ancienne grande ville du Texas au large de Houston


A voir dans notre annuaire :
  Rubrique > Voyages (5565 sites)
  Rubrique > Voyage étranger (1076 sites)
  Rubrique > Voyage Amérique du nord (31 sites)
  Rubrique > Voyage USA - Etats Unis (12 sites)


[Retour au guide Aquadesign]