envoyer la page à un ami Ajouter aux favoris Version imprimable dico de la beauté dico des célébrités dico des marques dico de la musique dico des finances annuaire Histoire


Le massacre de Wounded Knee, une illustration du génocide des Indiens par les Américains



Quatorze ans après la bataille de Little Big Horn, cuisant échec pour les armées américaines face à la coalition indienne, les Américains ne voulaient pas en rester là. La défaite était dans toutes les mémoires et il fallait en finir avec les Amérindiens et les parquer dans des réserves. Ainsi, en février 1890, le gouvernement américain
rompit un traité passé avec la tribu indienne Lakota. Il désirait diviser la grande réserve Sioux dans l'état du Dakota du Sud en cinq petites parties, la totalité des territoires ainsi octroyés était bien plus petite que la grande réserve des Sioux. La revendication officielle était de soutenir les propriétaires agricoles américains et d'« obliger les Indiens à se conformer au mode de vie de l'homme blanc, pacifiquement si possible ou sinon par la force ». Un des buts inavoués était de venger la défaite, plus que vexante, de Little Big Horn. Chose dite, chose faite : les tribus indiennes furent séparées devant se partager des parcelles de terres de 320 acres... Ce qui était vraiment très peu pour les autochtones vivant sur ces terres depuis des siècles bien avant l'arrivée des colonisateurs. En 1890, le peu de terres et la sécheresse du climat ne pouvaient plus satisfaire la population Sioux qui commençait à être affamée. Les rations alimentaires « généreusement » allouées par le gouvernement américain ne suffisaient plus (elles étaient réduites de moitié car les Américains trouvaient les Indiens paresseux) et ce, d'autant plus que les bisons avaient complètement été chassés ou détruits dans la région. Ne pouvant circuler, chasser, pêcher, les Sioux se mourraient. C'est alors qu'un gourou prit la peine de se manifester en la personne de Jack Wilson. Il prétendit être un messie et fonda le mouvement spirituel de « la danse des esprits » (Ghost Dance). Il fit une sorte de mélange de Christianisme, de spiritualisme en prétendant que les Blancs allaient mourir, mais, qu'en attendant le jugement dernier, il fallait que les Indiens travaillent pour les Blancs.... (Tiens donc, bizarre !)... Certains adhérèrent à cette nouvelle religion sans croire pour autant que Jack Wilson était le messie. Parmi les Sioux, affamés, démoralisés, la doctrine fut cependant entendue. Ayant peur du jugement dernier, quelques Sioux firent appel à l'armée américaine. Le seul qui veillait était Sitting Bull, le vainqueur de Little Big Horn. Ayant cependant admis la liberté religieuse dans la réserve, des fonctionnaires américains pensèrent avoir l'appui du grand chef et pénétrèrent dans les lieux. Face à la résistance de Sitting Bull, des policiers indiens enrôlés par l'armée tentèrent de l'arrêter le 15 décembre 1890. Une fusillade éclata et le grand chef fut tué. 400 Indiens Lakota s'enfuirent alors pour trouver refuge dans le campement des Lakota Minniconjou de Big Foot dans la réserve de cheyenne River dans le Dakota du Sud. Réputé pacifiste, Big Foot fut cependant menacé mais réussit à s'enfuir avec femmes et enfants à l'arrivée de l'armée américaine. 300 Minniconjous décidèrent de quitter le village et de rejoindre « Red Cloud » (Nuage rouge) qui ne faisait pas pourtant partie du mouvement de la Danse des Esprits. Leur périple sur 250 kilomètres dans des conditions de froid extrême car l'hiver était rude, fut bien vite achevé car l'armée du général Miles les rattrapa le 28 décembre. Son peuple exténué et lui-même très affaibli, Big Foot décida alors de s'arrêter à Wounded Knee et finalement de se rendre. Mais au petit matin, le 29 décembre, alors que la tribu était désarmée, un incident dégénéra et les soldats américains assassinèrent à coups de canon et de fusils près de 200 membres de la tribu des Sioux Minicoujous, comprenant femmes, enfants, vieillards complètement exténués, dont Big Foot lui-même. Les corps furent, pour la plupart, jetés à la hâte dans une fosse commune. Les blessés, (7), moururent des suites de leurs blessures. Le général Miles accusa le colonel Forsyth, responsable du massacre, d'acte délibéré mais ne fut pas suivi dans l'opinion publique. Paradoxalement, 20 médailles d'honneur furent attribuées à des soldats ayant participé au massacre. Les Amérindiens demandent toujours à ce qu'elles leur soient retirées, mais en vain... La tuerie de Wounded Knee est considérée comme l'événement qui a mis fin aux guerres indiennes.

Date de création : 12/05/2007 19:50
Contributions de Catherine
Votez cet article :   Très bien    Bien    A revoir


Le massacre de Wounded Knee
Le massacre de Wounded Knee


Il y a environ 6 mois, Aquadesign publiait cet article :

La Vidéo "Fous ta cagoule" le single de Fatal Bazooka,Trankillement,avec T'as vu arrive



tests gratuits
Vous avez un peu de temps ? Amusez-vous avec nos jeux et tests gratuits!


cvs gratuits
Vous recherchez un emploi ? Inspirez vous de nos exemples et modèles de cv gratuit








Il y a aucun commentaire pour cet article :



Nom ou pseudo :

Commentaire : (les commentaires abrégés en SMS seront supprimés)
Vos commentaires sont soumis à modération. Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

:-) ;-) :-/ :-| LOL :-D :( :-C 8-) :-o ;-( 8-O



Recopiez le code de l'image dans la case :

confirmation de votre commentaire




Navigation:
François Fillon : biographie Amour et haine, quels sont ces deux sentiments ?


A voir dans notre annuaire :
  Rubrique > Histoire (207 sites)
  Rubrique > Histoire mondiale (8 sites)


[Retour au guide Aquadesign]