envoyer la page à un ami Ajouter aux favoris Version imprimable dico de la beauté dico des célébrités dico des marques dico de la musique dico des finances annuaire Histoire


Andrew Johnson, 17e Président des Etats-Unis, le successeur de Lincoln qui a fait ralentir les lois



Vice-président lors du second mandat d'Abraham Lincoln, Andrew Johnson aura la lourde tâche de lui succéder après l'assassinat du grand homme, alors que le pays est en pleine restructuration et reconstruction. Né le 29 décembre 1808 à Raleigh en Caroline du Nord, Andrew Johnson est issu de parents simples et pauvres. Il est envoyé
directement en apprentissage sans passer par l'école. Il s'enfuit de chez son employeur, un tailleur, et ouvre sa propre échoppe à Greeneville dans le Tennessee. Il entre au conseil municipal, se marie et devient maire de la petite ville de 1834 à 1837. À force de ténacité, il devient député de son état puis gouverneur du Tennessee de 1853 à 1857 avant d'être sénateur jusqu'en 1862. Il fait alors partie des démocrates sudistes, donc il soutient l'esclavage mais il est à tout prix pour le maintien de l'Union. Ainsi, quand les démocrates sudistes fondent la Confédération, il est le seul Sudiste à rester au Sénat. Après la guerre, Andrew Johnson devient un héros pour les Nordistes, un traître pour les Sudistes. Lincoln le nomme alors gouverneur militaire du Tennessee pour la reconstruction de son Etat. Il est choisi comme co-listier de Lincoln lors de son deuxième mandat en 1864, malgré son étiquette de démocrate et d'homme du Sud. Devenu vice-président, il doit succéder à Abraham Lincoln assassiné et Andrew Johnson est investi le 15 avril 1865 en tant que Président Républicain. Son premier acte est d'offrir une récompense de 100 000 dollars pour l'arrestation de Jefferson Davis, Président de la Confédération et le 20 août, il déclare la fin des hostilités au Texas. Johnson déclare pardonner à tous ceux qui feront serment d'allégeance. Alors que le Congrès se réunit en décembre 1865, les états du Sud sont pratiquement tous reconstruits. L'esclavage est aboli mais peu à peu, des sortes de codes contre les Noirs apparaissent réglementant la nouvelle liberté des esclaves. Ainsi, en 1866, Johnson oppose son veto à la loi qui garantit les droits civiques des anciens esclaves. Bien que la fin des hostilités soit proclamée dans tous les états du sud le 2 avril 1866, il oppose une nouvelle fois son veto sur la loi autorisant les autorités fédérales à intervenir pour faire respecter les droits civiques des Noirs. La guerre de Sécession est officiellement terminée le 20 août 1866 mais une nouvelle fois, Johnson oppose son veto à une loi accordant un terrain et une mule aux anciens esclaves. De même, il regroupe par décret, les Indiens Shoalwater dans une réserve pour ne plus les voir errer à Washington. Evidemment, les Nordistes sont furieux des oppositions à répétition du nouveau Président mais aussi de voir que les Sudistes ont pratiquement gardé tous leurs chefs d'avant-guerre. Les Noirs connaissent toujours autant de restrictions. Le 8 janvier 1867, Andrew Johnson s'oppose au droit de vote aux Noirs de Washington mais la loi passe contre son veto. Les Radicaux Républicains sont désormais assez forts pour faire passer une loi majeure contre l'avis du Président. Un peu auparavant, l'acte des droits civils de 1866 interdisant toute discrimination avait également été ratifié malgré le veto de Johnson. Alors que le 14e amendement à la Constitution est présenté, tous les anciens états confédérés sauf le Tennessee refusent de le ratifier : « aucun état ne doit priver une personne de sa vie, de sa liberté, ou de ses biens sans procédure légale régulière ». L'ambiance est de plus en plus hostile à l'égard d'Andrew Johnson et une procédure de destitution est lancée le 12 août 1867 par le Congrès contre le Président sous prétexte qu'il bloque les lois civiques. Mais le Sénat acquitte le Président... À une voix près ! En 1868, Johnson accorde la grâce présidentielle à tous les Confédérés. L'élément important de son mandat qui sera moqué et passé sous silence sera l'achat de l'Alaska le 20 juin 1867. Mais sa politique de soutien aux lois ségrégationnistes fait se développer une sourde opposition et Andrew Johnson termine son mandat en ayant pratiquement perdu tout pouvoir. Considéré comme traître par les deux camps, Andrew Johnson se retire au Tennessee mais tente toujours de se représenter au Sénat. Il y sera réélu à la troisième reprise en mars 1875. Il décède quelques mois plus tard, le 31 juillet 1875.

Date de création : 18/05/2007 18:46
Contributions de Catherine
Votez cet article :   Très bien    Bien    A revoir


Andrew Johnson
Andrew Johnson


Il y a environ 6 mois, Aquadesign publiait cet article :

Magasin Picwic : Magasin de jeux et jouets pour toute occasion !



tests gratuits
Vous avez un peu de temps ? Amusez-vous avec nos jeux et tests gratuits!


cvs gratuits
Vous recherchez un emploi ? Inspirez vous de nos exemples et modèles de cv gratuit








Il y a aucun commentaire pour cet article :



Nom ou pseudo :

Commentaire : (les commentaires abrégés en SMS seront supprimés)
Vos commentaires sont soumis à modération. Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

:-) ;-) :-/ :-| LOL :-D :( :-C 8-) :-o ;-( 8-O



Recopiez le code de l'image dans la case :

confirmation de votre commentaire




Navigation:
James Buchanan, 15e Président des Etats-Unis, responsable de la guerre de Sécession La cirrhose du foie, d'abord la cirrhose compensée, ensuite la cirrhose décompensée


A voir dans notre annuaire :
  Rubrique > Histoire (207 sites)
  Rubrique > Apprendre (25 sites)
  Rubrique > Personnalités (13 sites)
  Rubrique > Biographies (13 sites)
  Rubrique > Histoire mondiale (8 sites)


[Retour au guide Aquadesign]