envoyer la page à un ami Ajouter aux favoris Version imprimable dico de la beauté dico des célébrités dico des marques dico de la musique dico des finances annuaire Histoire


La révolution et l’indépendance de l’Argentine



Après les invasions britanniques restées infructueuses, les Argentins se sentirent solidaires et prêts pour l'indépendance. De plus, les échos de la Révolution française résonnaient encore dans toutes les têtes faisant naître des idées libérales en Amérique du sud. La révolution éclata
le 25 mai 1810 contre les Espagnols et les Royalistes de Buenos Aires et en 1811, le Paraguay déclara son indépendance. En Argentine, des batailles victorieuses furent menées par Manuel Belgrano notamment à Tucuman et à Salta. Un premier Congrès fut réuni en mars et avril 1815 tandis que des campagnes militaires étaient conduites par José de San Martin et Simon Bolivar. Finalement, l'indépendance de l'Argentine fut déclarée le 9 juillet 1816 à Tucumán dans le nord-ouest de l'Argentine. Un congrès fut organisé le 24 mars 1816 réunissant presque toutes les provinces. Un directeur suprême fut élu en la personne de Juan Martin de Pueyrredón, un homme très apprécié. En ces périodes troubles, le désordre régnait un peu partout et l'armée fut envoyée aux quatre coins du pays pour raffermir l'unité nationale contre les mouvements locaux. Deux positions s'affrontaient : le camp des américanistes et celui des localistes. Les premiers prônaient l'union de tous les peuples de l'Amérique hispanique afin d'achever les guerres d'indépendance. Les seconds préféraient l'autonomie des régions pour accélérer le retour à la prospérité. De même, la forme de gouvernement posait quelques problèmes. Certains conseillaient une monarchie constitutionnelle avec comme roi, pourquoi pas un descendant Inca ? Si ce projet était soutenu par les représentants du Haut Pérou, de Belgrano et de José de San Martin, il n'en était pas de même à Buenos Aires où l'on préférait nommer roi, un prince européen. En face du projet de monarchie constitutionnelle se dressaient les défenseurs d'une République fédérale. Finalement le congrès déménagea à Buenos Aires, remettant le problème à plus tard. Durant le Directoire de Pueyrredón, la priorité fut d'étendre l'indépendance au Chili et au Pérou. Une armée des Andes fut mise en place avec à sa tête San Martin en tant que général en chef. Cela dit, pour financer les guerres, il fallut augmenter les impôts douaniers ce qui fut mal perçu par les fédéralistes qui soupçonnaient Pueyrredón de collusion avec les Portugais qui venaient d'envahir l'actuel Uruguay. Pour revenir au calme, Pueyrredón exila les chefs fédéralistes et exigea des Portugais qu'ils ne dépassent pas le fleuve Uruguay. Finalement, les expéditions au Chili et au Pérou se révélèrent de grands succès et en 1822, les forces armées de San Martin et de Simon Bolivar se retrouvèrent à Guayaquil (actuellement un grand port de l'Equateur). Pendant une quarantaine d'années, ce fut la guerre civile en Argentine, les caudillos provinciaux prenant de plus en plus d'importance dans leur région : il s'agissait le plus souvent de petits chefs de guerre ayant leur propre armée qui se battaient férocement les uns contre les autres. Militaires et le plus souvent civils, certains étaient propriétaires d'immenses haciendas. Ces personnages influents étaient le plus souvent fédéralistes et s'opposaient à Buenos Aires, unioniste et plus moderne. Il faut dire aussi que la capitale et ses habitants profitaient du rôle important du port qui apportait des bénéfices douaniers qui n'étaient guère distribués aux provinces... (on peut citer comme grands caudillos José Artigas et Juan Manuel de Rosas). Finalement le congrès se réunit en 1826 et Berdardino Rivadavia fut nommé premier président d'Argentine. Il commit l'erreur de céder l'Uruguay au Brésil et dut démissionner. Manuel Dorrego prit la relève. Favorable à l'autonomie des provinces, Dorrego fut assassiné et la guerre civile reprit de plus belle. La Bolivie déclara son indépendance en 1825 et l'Uruguay trois ans plus tard. Le personnage le plus influent de l'époque, le caudillo Juan Manuel de Rosas devint gouverneur de Buenos Aires en représentant l'Argentine à l'étranger de 1829 à 1852. Ce fut le premier dictateur d'Argentine...

Date de création : 01/06/2007 09:57
Contributions de Catherine
Votez cet article :   Très bien    Bien    A revoir


Manuel Belgrano
Manuel Belgrano


Il y a environ 6 mois, Aquadesign publiait cet article :

Taux d’intérêt de référence à court terme : qu’est-ce que c’est ?



tests gratuits
Vous avez un peu de temps ? Amusez-vous avec nos jeux et tests gratuits!


cvs gratuits
Vous recherchez un emploi ? Inspirez vous de nos exemples et modèles de cv gratuit








Il y a aucun commentaire pour cet article :



Nom ou pseudo :

Commentaire : (les commentaires abrégés en SMS seront supprimés)
Vos commentaires sont soumis à modération. Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

:-) ;-) :-/ :-| LOL :-D :( :-C 8-) :-o ;-( 8-O



Recopiez le code de l'image dans la case :

confirmation de votre commentaire




Navigation:
Pol Hôtel au Touquet: confort et charme à la flamande sur la Côte d'Opale Cabinet : définition, une multitude de sens


A voir dans notre annuaire :
  Rubrique > Histoire (207 sites)
  Rubrique > Voyage Amérique du sud (92 sites)
  Rubrique > Voyage Argentine (11 sites)
  Rubrique > Histoire mondiale (8 sites)


[Retour au guide Aquadesign]