envoyer la page à un ami Ajouter aux favoris Version imprimable dico de la beauté dico des célébrités dico des marques dico de la musique dico des finances annuaire Voyages


José Gervasio Artigas : un indépendantiste qui mourut pour la cause argentine



Caudillo, caudillo... Ça signifie Franco, Pinochet dans nos esprits occidentaux. Voici donc l'histoire du caudillo Artigas, compagnon de Rosas qui sera, lui, un dictateur en Argentine. Né dans une famille riche de Montevideo le 19 juin
1764, le petit José Artigas s'occupe dès l'âge de 12 ans des travaux de la propriété familiale. Il observe le travail des gauchos, l'équivalent des cow-boys aux Etats-Unis. Artigas s'entraîne au maniement des armes à feu et trempe dans des affaires de contrebande à la frontière brésilienne. Agé de 33 ans, il intègre finalement la garde d'honneur pour protéger la frontière argentine du Brésil quelque peu envahissant. Lors de la révolution de mai 1810, le vice-roi d'Espagne se retire à Montevideo. Artigas quitte les troupes royales espagnoles pour se mettre au service des indépendantistes de Buenos Aires. Artigas participe ainsi à la guerre d'indépendance dans l'actuel Uruguay, nommé à l'époque « Banda Oriental ». Il rejoint alors son pays natal avec 180 soldats sous la gouverne de Buenos Aires. Il commence ainsi, à la tête des armées, le siège de Montevideo contre les Espagnols. Il va plus loin ensuite en organisant la ligue des peuples libres en 1814. Montevideo est finalement libérée du joug des forces unitaires qui prônaient le centralisme argentin et refusaient le fédéralisme. José Gervasio Artigas met ensuite en place le pré-congrès indépendantiste, revendiquant l'indépendance de l'Amérique du Sud vis-à-vis de l'Espagne et d'autres pays. Fédéraliste, Artigas encourage les autres provinces à le rejoindre. Lors de ce congrès, il approuve le drapeau argentin créé par Manuel Belgrano. Cependant, la ligue fédérale inquiète le gouvernement de Buenos Aires mais aussi le Portugal, gouverneur des terres brésiliennes. Les Portugais envahissent la région orientale de l'Argentine, craignant une révolution sur leurs terres. Ils n'ont pas de mal à battre l'armée d'Artigas et à reconquérir Montevideo le 20 janvier 1817. Les guerres continuent cependant et Artigas se sentant abandonné par le gouvernement de Buenos Aires, lui déclare la guerre. Le pouvoir central est mis à mal mais les puissants qui rallient Artigas, font volte face et font preuve d'allégeance à Buenos Aires. Des hommes sont envoyés pour combattre Artigas qui, pris entre deux feux (les Argentins et les Portugais) doit baisser les armes. Abandonné de tous, sans hommes et sans argent, José Gervasio Artigas s'exile au Paraguay et meurt le 23 septembre 1850 seul, ayant toujours sur lui une copie de la Constitution des Etats-Unis d'Amérique. Sa statue trône à Washington et à Montevideo.

Date de création : 05/06/2007 15:50
Contributions de Catherine
Votez cet article :   Très bien    Bien    A revoir


José Gervasio Artigas
José Gervasio Artigas


Il y a environ 6 mois, Aquadesign publiait cet article :

Actualité : Des cheveux de Ramsès II mis en vente sur le net



tests gratuits
Vous avez un peu de temps ? Amusez-vous avec nos jeux et tests gratuits!


cvs gratuits
Vous recherchez un emploi ? Inspirez vous de nos exemples et modèles de cv gratuit








Il y a aucun commentaire pour cet article :



Nom ou pseudo :

Commentaire : (les commentaires abrégés en SMS seront supprimés)
Vos commentaires sont soumis à modération. Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

:-) ;-) :-/ :-| LOL :-D :( :-C 8-) :-o ;-( 8-O



Recopiez le code de l'image dans la case :

confirmation de votre commentaire




Navigation:
Ville de Concarneau : Lieu d’histoire pittoresque et de tourisme Biographie de Roger Karoutchi : secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement


A voir dans notre annuaire :
  Rubrique > Voyage Amérique du sud (92 sites)
  Rubrique > Biographies (13 sites)
  Rubrique > Voyage Argentine (11 sites)


[Retour au guide Aquadesign]