inscription newsletter Inscription newsletter
envoyer la page à un ami | Ajouter aux favoris | Version imprimable | annuaire  

8 décembre 1554 : Ambroise Paré est nommé docteur en chirurgie

Petit coup de tonnerre chez les médecins très académiques en 1554 : Henri II ordonne qu'Ambroise Paré soit nommé docteur en chirurgie par la Faculté de Paris... Or, cet homme de 45 ans n'est qu'un autodidacte qui ne connaît ni le grec, ni le latin, et pire encore... Qui n'a jamais lu Galien !... Né aux alentours de 1510 près de Laval en Mayenne, à Bourg-Hersent, Ambroise Paré est fils de barbier mais devient marmiton chez la comtesse de Laval puis apprenti chez le barbier du comte de Laval. Il poursuit son apprentissage à Angers, à Vitré puis à Paris. Le barbier à l'époque était aussi un peu dentiste et médecin, voire chirurgien. À l'âge de 19 ans, il entre à l'Hôtel-dieu en tant que compagnon
chirurgien et y reste durant trois ans pendant lesquels il fait quantité d'observations et d'expériences anatomiques. Ambroise Paré devient ainsi maître barbier-chirurgien en 1536 au service du duc René de Montjean, un colonel général d'infanterie. Il accompagne ce dernier dans ses batailles durant lesquelles il pratique des actes de chirurgie mais tente aussi d'employer des méthodes moins brutales. De retour à Paris à la mort du duc, Ambroise Paré se marie et est employé chez le comte de Rohan. Il l'accompagne aussi sur les champs de bataille où il met au point de nouvelles techniques chirurgicales. En 1545, il publie ses premières expérimentations : « Méthode de traiter les plaies faites par les arquebuts et autres bastons à feu, et celles qui sont faites par la poudre à canon » ainsi qu'un traité sur l'accouchement et un autre sur l'anatomie. Lors de ces guerres, il expérimente aussi la ligature des artères plutôt que la cautérisation au fer rouge pour éviter les hémorragies. Rohan décède et Ambroise Paré est alors employé par Antoine de Bourbon, le roi de Navarre puis entre au service d'Henri II. Ce dernier l'admet au nombre de ses chirurgiens. Il guérit François de Lorraine, duc de Guise en 1551 d'une vilaine blessure à l'oeil (on le qualifiera de « Balafré ») mais un peu plus tard Ambroise Paré est fait prisonnier en 1553 lors de la bataille d'Hesdin. Libéré, il reçoit enfin le titre de docteur en chirurgie le 8 décembre 1554 malgré l'opposition de ses confrères et ce, sans avoir eu à passer les épreuves de latin traditionnelles. Il publie alors de nombreux traités en français en recommandant d'apprendre la chirurgie par la pratique. Précurseur de la Croix-Rouge, il soigne les hommes de tous les camps, qu'ils soient Français, Allemands, catholiques, protestants... Bien que protestant au service de Charles IX, il est protégé par les Guise lors de la Saint-Barthélemy. En 1573, il est veuf avec un enfant et se remarie. Il aura six autres enfants. Ambroise Paré décède le 20 décembre 1590 à Paris après une longue vie consacrée au service des autres et à l'amélioration des techniques médicinales et chirurgicales.

Contributions de Catherine
Votez cet article :  photo - Très bien  photo - Bien  photo - A revoir

>> Voir tous les articles classiques
>> Envoyer cet article à un ami
>> Ajouter cet article dans vos favoris

 


<< décembre 2007 >>
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

l'Immaculée conception

« La conception de la sainte Mère de Dieu » était fêtée le 9 décembre depuis toujours par les Eglises d’Orient. A partir du 10ème siècle, les latins l’acceptèrent également. Quelques saints pourtant étaient contre idée, comme saint Bernard, ou saint Thomas d’Aquin. Les papes essayèrent toujours de mettre tout le monde d’accord mais c’est seulement Pie IX y arriva, au 19èmem siècle, en définissant l’immaculée conception comme un de foi.



 

[ Retour à l'Annuaire ]




Qui sommes nous ? - Contact - Protection des données personnelles

Copyright 2002 / 2019 Aquadesign.be® Tous droits réservés, propriété exclusive de la SPRL Webbies