inscription newsletter Inscription newsletter
envoyer la page à un ami | Ajouter aux favoris | Version imprimable | annuaire  

4 décembre 1977 : Bokassa se proclame Empereur de Centrafrique

Jean-Bedel Bokassa naît le 22 février 1921 dans un petit village de la Lobaye en Centrafrique de parents immigrés ivoiriens. Alors que Jean-Bedel a six ans, son père qui s'opposait aux brutalités coloniales, est arrêté et exécuté par les Français et sa mère se suicide peu après. Orphelin de père et de mère, il est élevé par sa famille. À 18 ans, alors que la Seconde Guerre mondiale éclate, Bokassa s'engage dans l'armée française et participe aux combats en Provence et sur le Rhin. Une fois la guerre achevée, Bokassa est élève à l'école militaire Saint-Louis au Sénégal puis à Châlons-sur-Marne. Il combat par la suite en Indochine et en Algérie et reçoit la Légion d'honneur et la Croix de guerre. Il quitte finalement l'armée française en tant que capitaine. Revenu en Centrafrique, Bokassa est approché par son cousin, David Dacko qui est devenu Président du Centrafrique, état indépendant en 1960, pour réorganiser l'armée. Bokassa est donc nommé chef d'état-major en 1964. L'année suivante, une tentative de
coup d'Etat a lieu par la gendarmerie pour renverser Dacko et Bokassa manque de peu d'être arrêté mais il retourne la situation à son profit et renverse son cousin. Il accède ainsi au pouvoir le 31 décembre 1965. Durant les premières années, il est plutôt populaire malgré un régime très violent qui pratique allègrement la torture et les exécutions sommaires (De Gaulle le surnommait « le soudard »). Bokassa participe à la fondation de l'Union des Etats d'Afrique Centrale en 1968 avec le Tchad et le Congo-Kinshasa (actuelle République Démocratique du Congo). Il met aussi en place une réforme agraire en Centrafrique en luttant contre la corruption et la bourgeoisie en 1970. Son régime est alors soutenu par la France qui défendait surtout ses propres intérêts dans la région... Devenu de plus en plus mégalomane, Bokassa s'autoproclame Président à vie le 2 mars 1972 et se nomme Maréchal en 1974. S'étant converti à l'Islam deux ans plus tard, il se fait appeler « Salah Eddine Ahmed Bokassa » pour se rapprocher de Kadhafi et obtenir des aides financières de la Libye. Bokassa dissout ensuite son gouvernement et prend comme conseiller son cousin qu'il avait fait enfermer, David Dacko. Finalement, il se couronne lui-même Empereur le 4 décembre 1977, soit il y a trente ans. 5 000 personnes sont invitées pour assister à son sacre mais aucun chef d'état ne fait le déplacement (la France sera représentée par le Ministre de la Coopération, Robert Galley). Pour l'occasion, il revêt le costume que le Maréchal Ney portait lors du sacre de Napoléon Ier ! Mégalomane, Bokassa se fait appeler « Empereur de Centrafrique par la volonté du peuple Centrafricain, uni au sein du parti politique national : le MESAN » (Mouvement pour l'Evolution Sociale de l'Afrique Noire). Il prétendait mettre en place une monarchie constitutionnelle alors qu'il ne s'agissait que d'un régime dictatorial. Pourtant, son but en se nommant Empereur était d'attirer le respect des autres pays du monde... Pourtant, son régime violent fait baisser sa popularité et en 1979, une manifestation de lycées a lieu et il la réprime de manière sanguinaire. On l'accuse alors d'avoir participé lui-même au massacre de 100 enfants dans la prison de Bangui et même de s'adonner au cannibalisme ce que Bokassa a toujours nié. Son surnom était trouvé : « l'ogre de Berengo » mais ces accusations ne furent pas retenues lors de son procès. Le 20 septembre 1979, un commando de la DGSE lança l'opération Barracuda. Alors que Bokassa était en Libye, des hélicoptères décollèrent du Tchad ainsi que des renforts et des troupes envahirent l'aéroport de Bangui pour permettre le débarquement des Français qui prirent la ville. L'empire de Bokassa Ier fut renversé et une nouvelle République fut proclamée. Un peu moins d'un mois plus tard, le journal satirique « le Canard enchaîné » révéla le scandale de l'affaire des diamants (il est avéré que ce scandale participa à la défaite de Valéry Giscard d'Estaing en 1981). Réfugié en Côte d'Ivoire, Bokassa, se sentant trahi par Giscard et la France qui l'avait fait destituer, confirma l'affaire qui est toujours sujette à débat aujourd'hui. Quoi qu'il en soit, Bokassa après quatre ans passés à Abidjan, revint en France, à Hardricourt dans les Yvelines du fait qu'il avait servi dans l'armée française et notamment dans la légion étrangère. Il revint à Bangui en 1986 (alors qu'il était condamné à mort par contumace), et fut jugé pour trahison, meurtre, cannibalisme, détournement de fonds. Si les charges de cannibalisme ne furent pas retenues, il fut quand même condamné à mort mais sa peine fut commuée en prison à vie en février 1988. Il fut amnistié en 1993 et mourut en 1996 d'un arrêt cardiaque. Inhumé dans son palais de Berengo, Bokassa avait 17 femmes et 36 enfants reconnus.

Contributions de Catherine
Votez cet article :  photo - Très bien  photo - Bien  photo - A revoir

>> Voir tous les articles classiques
>> Envoyer cet article à un ami
>> Ajouter cet article dans vos favoris

 


<< décembre 2007 >>
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Sainte Barbara

Sainte Barbara naquit à Bithynie (appelée actuellement Izmit). Elle vécut sous le règne de l’empereur romain Maximin, de 235 à 238. Elle était la patronne des ouvriers du bâtiment, tel que charpentiers, artilleurs, couvreurs. Pour la protéger de ses prétendants, son père la fit enfermer dans une tour à laquelle il tenta de mettre le feu, mais il n’y arriva pas et la décapita à la hache avant d’être lui-même foudroyé. Un seigneur de Toulboudou fit construire la chapelle Sainte-Barbe en son honneur.



 

[ Retour à l'Annuaire ]




Qui sommes nous ? - Contact - Protection des données personnelles

Copyright 2002 / 2019 Aquadesign.be® Tous droits réservés, propriété exclusive de la SPRL Webbies