inscription newsletter Inscription newsletter
envoyer la page à un ami | Ajouter aux favoris | Version imprimable | annuaire  

5 août 1392 : Charles VI « le Bien Aimé » perd la tête et devient Charles VI « le Fol »

Voilà une drôle d'histoire ! Sacré roi à l'âge de 11 ans après la mort de son père Charles V, Charles VI prend réellement le pouvoir à l'âge de 20 ans en congédiant ses oncles qui avaient assuré la régence mais qui avaient pillé le trésor royal et assommé d'impôts le bon peuple. Autant dire que, pour les Ducs de Bourgogne, de Berry, d'Anjou et de Bourbon, la pilule est amère ! Depuis lors, Charles VI est surnommé « le Bien Aimé » par son peuple. Au début de son règne, il confie le gouvernement aux Marmousets, des anciens conseillers de son père. La France est écartelée et de nombreuses révoltes ont lieu dans les provinces (Rouen, les Flandres) ou à Paris (révoltes des Maillotins contre les financiers). En 1392, il marche contre Jean IV, le duc de Bretagne allié aux Anglais, afin d'appréhender Pierre de Craon qui avait tenté de tuer le connétable Olivier V de Clisson. Alors qu'il a 24 ans, Charles VI traverse la forêt du Mans avec ses troupes. Soudain, un excité sort du bois, empoigne la bride de son cheval et crie « Arrête, noble roi, tu es trahi ! ». Assoupi sous l'effet de la chaleur, Charles VI se réveille en sursaut, hurlant à la trahison, et attaque sa troupe. Il tue ainsi 6 de ses
chevaliers avant que les soldats osent intervenir sur la personne royale. Il reprend ses esprits quelques heures plus tard, demande pardon à sa troupe et continue sa route. Désormais, ses crises de folie furieuse vont se multiplier. Seul, son entourage proche est au courant et ses retours à la raison empêchent une nouvelle régence. Au vu des symptômes, il est probable que le roi souffrait d'un trouble bipolaire... Avec l'aide de l'épouse de Charles VI, Isabeau de Bavière, les oncles reprennent la régence. Un an plus tard, le 28 janvier 1393, un bal est organisé à l'Hôtel Saint-Pol à Paris en l'honneur du mariage d'une demoiselle d'honneur de la reine. La coutume est alors d'organiser un « charivari ». Tout se passe bien jusqu'à ce que quatre amis du roi et Charles lui-même, lors de cette fête baptisée « Bal des Sauvages » ou « Bal des Ardents », se déguisent avec des masques et des costumes de « barbares ». Ils s'enduisent alors de poix recouverte de plumes et de chanvre. Ils s'attachent les uns aux autres avec des chaînes. Le frère cadet du roi, Louis d'Orléans, est irrité de ce comportement juvénile et s'inquiète pour son frère aîné. Il appelle le duc de Bourgogne pour faire cesser ce spectacle navrant. Louis tente alors de reconnaître quelqu'un sous cet accoutrement, un valet arrive pour l'éclairer, Louis prend la torche tendue et c'est la catastrophe... Le costume de sauvage prend feu. Enchaînés les uns aux autres, plusieurs jeunes princes sont brûlés vifs dans d'atroces douleurs. Charles VI échappe de peu au même sort grâce à la présence d'esprit de sa tante Jeanne de Boulogne qui l'enveloppe de ses jupons pour arrêter les flammes. Ogier de Nantouillet réussit à rompre ses chaînes et à se jeter dans un cuvier. Yvain de Foix tente d'atteindre la porte mais transformé en torche vivante, il n'y parvient pas. Les autres brûlent durent une demi-heure sous les yeux du roi, complètement impuissant et terriblement choqué. Ils vivront une terrible agonie durant trois jours avant de s'éteindre à jamais. Les Parisiens, informés du drame, se réunissent près de l'hôtel pour soutenir leur roi bien-aimé. Charles VI tente de les rassurer dans un accès de lucidité mais sa folie est de notoriété publique désormais. Les crises de folie du roi vont se multiplier tout en restant passagères. Ainsi, comme il peut gouverner avec discernement durant de longs laps de temps, personne ne songe à le placer sous tutelle. Cependant, le pouvoir sera partagé avec les ducs de Berry et Philippe le Hardi. Cette situation va se poursuivre jusqu'à la mort de Charles VI en 1422, après un règne de 42 ans, complètement dramatique. Après le drame, l'Hôtel est démoli et sera reconstruit à la fin du XVe siècle en étant occupé par la famille Gobelin. La guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons reprend, le duc d'Orléans, frère du roi, et gendre du duc d'Armagnac, ayant été assassiné. Sous le règne de Charles VI, la guerre de Cent Ans continue. Henri V d'Angleterre remporte la bataille d'Azincourt, s'empare de la Normandie et en épousant Catherine, la fille de Charles VI, il se fait nommer Roi de France après le traité de Troyes, une alliance avec le duc de Bourgogne et Isabeau de Bavière (ce traité prévoyait que le successeur de Charles VI devait être Henri V). Cependant, Charles VI garde quand même son titre tandis que son fils, le futur Charles VII, gouverne les Etats qui restent. Le traité de Troyes va être invalidé sous prétexte de la folie de Charles VI, par de nombreuses personnes dont Jeanne d'Arc, qui rendra la couronne à Charles VII. Le roi fou est inhumé dans la basilique Saint-Denis.

Contributions de Catherine
Votez cet article :  photo - Très bien  photo - Bien  photo - A revoir

>> Voir tous les articles classiques
>> Envoyer cet article à un ami
>> Ajouter cet article dans vos favoris

 


<< août 2007 >>
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
             

Saint Abel

Au 8ème siècle, Charles Martel aimait récupérer les biens d'Eglise grâce à des trafics avec d'autres abbés. Son fils, Pépin le Bref, confia à Abel la tâche d'arrêter cette manière de faire. Il fut donc nommé évêque de Reims à la place de Milon. Celui-ci sûrement vexé d'avoir perdu sa place lui rendit la vie impossible. Abel ne supporta pas et abandonna son poste. Il décida de consacrer sa vie à la prière.



 

[ Retour à l'Annuaire ]




Qui sommes nous ? - Contact - Protection des données personnelles

Copyright 2002 / 2019 Aquadesign.be® Tous droits réservés, propriété exclusive de la SPRL Webbies