inscription newsletter Inscription newsletter
envoyer la page à un ami | Ajouter aux favoris | Version imprimable | annuaire  

16 mars 1244 : la fin des Cathares avec la prise de la forteresse de Montségur

Les Cathares évoluèrent dans le midi toulousain. Chrétiens, les Cathares s'opposaient au dogme de l'Eglise et aux vies dissolues des prêtres de l'époque. La croisade contre les Albigeois (hérétiques cathares) avait été organisée quelques années auparavant sur l'ordre du Pape et de Saint-Louis pour arriver à un statu quo en 1229 avec la soumission du comte de Toulouse. Durant cette guerre, de nombreux méfaits avaient été commis par les Croisés (viols, meurtres, pillages) et de fait, les chevaliers du Midi nommés « faidits », dépossédés de leurs biens, se rallièrent aux Cathares surnommés « Bonshommes ». Ils se réfugièrent dans de nombreuses forteresses, la plus connue étant celle de Montségur, réputée imprenable. Cette forteresse, édifiée à 1207 m d'altitude en Ariège, avait été renforcée par son Seigneur Raymond de Péreille. L'intérieur de la citadelle était occupé par une
centaine de faidits et leur famille, à l'extérieur se trouvait un village cathare comptant environ 600 âmes. Après la reddition du comte de Toulouse, Louis IX laissa les Cathares en paix. Mais, en mai 1242, onze inquisiteurs menés par Guillaume Arnaud, voyageaient dans un village voisin. Il faut savoir que ces derniers n'avaient guère été tendres, c'est le moins que l'on puisse dire, avec les « hérétiques » dans les années précédentes mais aussi avec les chevaliers du midi. Ces derniers arrivèrent à Avignonet et massacrèrent les inquisiteurs. Le pape s'insurgea et exigea d'abattre Montségur et d'éradiquer complètement les Cathares. Saint-Louis envoya 4000 hommes conduits par Hugues des Arcis. Le siège de Montségur va durer dix mois. En effet, la forteresse n'était accessible que par un seul petit chemin et elle était trop haute pour être atteinte par les catapultes. Finalement, le sénéchal de Louis IX, tenta de prendre la citadelle par un endroit pratiquement impossible d'accès la nuit de Noël 1243, pour prendre les chevaliers par surprise. Une dizaine de soldats parvinrent à escalader le « Roc de la Tour » avec leurs armes et arrivèrent à un poste avancé à environ 150 m de la citadelle. Ils tuèrent les sentinelles et furent rejoints par des menuisiers qui assemblèrent des catapultes. Les jets de pierres furent lancés et près des hautes murailles, les combats furent terribles. Le Seigneur Raymond de Péreille dut se rendre le 1er mars à Hugues des Arcis qui promit la vie sauve à tous les Cathares qui voudraient se convertir au Catholicisme et de ne procéder à aucun pillage. Un délai de quinze jours fut en outre accordé (peut-être le temps de déménager le fameux trésor des Cathares ?). La réédition de la Citadelle eut lieu le 16 mars 1244. Près de 200 Cathares préférèrent monter sur le bûcher plutôt que de renier leur foi (l'endroit est connu sous le nom de « Prats dels Crémats » : champ des brûlés). Malgré les bonnes promesses, l'Inquisition se débarrassera plus tard des fidèles Cathares restants dans quelques villages des Pyrénées. C'est la fin définitive de la croisade des Albigeois et le ralliement de la France d'oc aux Capétiens et à Louis IX qui les enrôlera dans ses croisades.

Contributions de Catherine
Votez cet article :  photo - Très bien  photo - Bien  photo - A revoir

>> Voir tous les articles classiques
>> Envoyer cet article à un ami
>> Ajouter cet article dans vos favoris

 


<< mars 2007 >>
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
             

Sainte Bénédicte

Nous ne possédons que très peu d'informations sur Bénédicte. On sait qu'elle consacra sa vie à Dieu et à aider les pauvres après avoir rejoins le même couvent que Sainte Claire à Assise.



 

[ Retour à l'Annuaire ]




Qui sommes nous ? - Contact - Protection des données personnelles

Copyright 2002 / 2019 Aquadesign.be® Tous droits réservés, propriété exclusive de la SPRL Webbies