inscription newsletter Inscription newsletter
envoyer la page à un ami | Ajouter aux favoris | Version imprimable | annuaire  

21 décembre 1991 : la fin de l’URSS

69 ans plus tôt, l'URSS (Union des Républiques Socialistes Soviétiques) était née après des années de tourmente et de révolution le 30 décembre 1922. Ce sera l'éphémère Communauté des Etats Indépendants (CEI) qui va lui succéder pour tout à fait péricliter, les républiques prenant tour à tour leur indépendance. Et dire que dix ans plus tôt, l'URSS semblait encore une menace pour le monde ! Brejnev continuait le terrorisme en menaçant l'Europe de ses missiles nucléaires et l'URSS tentait d'envahir l'Afghanistan. Cependant, le Pape d'origine polonaise Jean-Paul II avait provoqué des mouvements d'enthousiasme en Pologne, pays rattaché à l'URSS et les ouvriers s'étaient regroupés autour de Lech Walesa, très catholique, et de son mouvement « Solidarnosc » pour ébranler la toute-puissante URSS. De l'autre côté, le président américain Ronald Reagan essuyait encore les plaies de la guerre du Vietnam et entrait dans la course aux armements afin de se protéger du grand ennemi soviétique bien en peine de rivaliser tant son
économie était exsangue. Reculant mois après mois sur le terrain de l'Afghanistan, en Pologne mais aussi dans la course aux armements, le gouvernement soviétique s'essoufflait à l'image de ses vieux dirigeants. Arriva ainsi au pouvoir en 1985 un certain Mikhaïl Gorbatchev, un « jeune » (54 ans) réformateur. Il tenta ainsi de réformer et de moderniser l'économie et les institutions. Ce fut l'époque de la « perestroïka » (réforme) et de la « glasnost » (transparence). Mais il était sans doute trop tard pour une telle transformation. L'URSS craqua, peu à peu, et de toutes parts. S'ensuivit la catastrophe de Tchernobyl le 26 avril 1986 qui fit planer le doute sur les capacités réelles de l'URSS à savoir se gouverner et à gouverner ses Républiques. Puis la « catastrophe » pour l'URSS se produisit avec la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989. Ce symbole de la puissance soviétique venait de tomber et l'Occident exultait. Après la Pologne, c'était au tour de la RDA (République démocratique allemande) de fuir loin de la puissance soviétique. La contagion gagna la Lituanie, à deux pas de la Pologne qui commença à évoquer l'indépendance et la démocratie. Finalement, son Parlement proclama l'indépendance de la Lituanie le 11 mars 1990. Durant ce temps, alors que personne n'osait intervenir, Gorbatchev poursuivait ses réformes, inlassablement, pour sortir l'URSS de la crise. Il fit preuve de calme et tenta de contenir les troubles qui éclataient un peu partout dans l'Union. C'est à ce titre qu'il recevra le prix Nobel de la paix le 6 juin 1990. Quelques jours plus tard, la Russie s'offrait une déclaration sur la souveraineté étatique de la République de Russie. L'actuelle Russie était née. Pourtant, début janvier 1991, les troupes soviétiques tentèrent de s'emparer de Vilnius en Lituanie en paralysant les moyens de communication mais les Lituaniens résistèrent. En août de la même année, Gorbatchev évita un coup d'état grâce à Boris Eltsine, le Président de la Fédération de Russie. C'en était cependant fini de Gorbatchev et de sa volonté réformatrice... Eltsine prit les commandes. Ainsi, le 21 décembre 1991, les représentants de 11 républiques soviétiques sur les 17 composant l'URSS, ne purent faire qu'un seul constat à Alma Ata au Kazakhstan : la mort de l'URSS. En Russie, Leningrad redeviendra Saint-Pétersbourg, l'ancienne capitale des tsars. L'effondrement si rapide de l'URSS n'aura été prévu par aucun politologue occidental... Aujourd'hui, qu'en est-il de la Russie ? La question demeure avec les récentes élections « plébiscitant » le parti de Vladimir Poutine...

Contributions de Catherine
Votez cet article :  photo - Très bien  photo - Bien  photo - A revoir

>> Voir tous les articles classiques
>> Envoyer cet article à un ami
>> Ajouter cet article dans vos favoris

 


<< décembre 2007 >>
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Saint Pierre

Saint Pierre Canisius, naquit aux Pays Bas sous le nom de Pierre Kanijs. Il fit ses études de médecine à Cologne et devint prêtre après avoir fait la connaissance de saint Ignace de Loyola , qui renforça sa foi en Dieu. Il lutta toute sa vie contre le courant protestant de Luther. Il évangélisa plusieurs pays : les Pays bas, la Suisse et l’Allemagne. Les Pères du Concile de Trente furent appel à ses compétences. Il mourut en Suisse, à l’époque où l’imprimerie naquit, au 16ème siècle ; il était considéré comme le « médecin de l’Eglise ».


> voir les astuces du jour
 

[ Retour à l'Annuaire ]




Qui sommes nous ? - Contact - Protection des données personnelles

Copyright 2002 / 2019 Aquadesign.be® Tous droits réservés, propriété exclusive de la SPRL Webbies