inscription newsletter Inscription newsletter
envoyer la page à un ami | Ajouter aux favoris | Version imprimable | annuaire  

28 mars 1939 : Franco est reconnu chef d’état à Madrid

Né le 4 décembre 1892 en Galice à El Ferrol dans une famille de militaires, Francisco Franco embrasse tout naturellement la même carrière. Il se destine à la marine selon la tradition familiale mais doit changer d'orientation, l'Ecole navale de Ferrol fermant ses portes. Il choisit donc l'infanterie à Tolède dans une école très médiocre où l'on apprend tout juste que 2+2=4. Franco en sort 251e sur 312 c'est donc peu dire que le jeune homme n'était pas très doué ! Il obtient pourtant le grade de sous-lieutenant. Affecté à Ferrol, il part pour le Maroc en 1912 pour y défendre les intérêts espagnols. Il se fait remarquer par sa bravoure et devient capitaine en 1915 après avoir obtenu la croix du mérite militaire. Blessé, il est promu commandant à la demande du roi d'Espagne, Alphonse XIII, un descendant des Capétiens qui prétendait également au trône de France. Affecté à Oviedo dans la province des Asturies au nord de l'Espagne près de l'Atlantique, il découvre les conditions de vie misérables des ouvriers, ce qui provoque chez lui une prise de conscience sociale. En 1920, Franco prend le commandement du premier bataillon de la légion étrangère (calquée sur les Français) à Ceuta (actuellement ville espagnole enclavée au Maroc). Il se montre très sévère et cruel envers les Marocains en autorisant ses soldats à pratiquer les viols, les pillages, les mutilations et les tueries après la défaite d'Anual. Franco est finalement rapatrié à Oviedo où il est nommé lieutenant-colonel. Sur recommandation du roi, il obtient le commandement de la légion. Parallèlement, il se marie avec Carmen Valdés, jeune fille de bonne famille, en octobre 1923. On le surnomme alors le « caudillo », titre de chef de
guerre au Moyen Âge. Ce surnom ne le quittera plus. En 1923, l'Espagne est dirigée par Miguel Primo de Rivera, un général ayant fait un coup d'état et à qui Alphonse XIII a donné les pleins pouvoirs. Le dictateur nomme Franco colonel. Au Maroc, les choses se gâtent et les insurgés s'en prennent également aux Français. La France s'allie donc à l'Espagne et les deux armées débarquent à Alhucemas avec succès. Franco devient alors général de brigade en 1926 et prend la tête deux ans plus tard de l'Académie générale de Saragosse destinée aux futurs officiers desquels il sait se faire apprécier, ce qui lui sera très utile lors de la guerre civile. En 1931, les choses vont très mal en Espagne et le général Primo de Rivera doit donner sa démission. La seconde République est proclamée et Alphonse XIII s'enfuit en exil. L'Ecole militaire est dissoute. Franco le prend très mal ce qui lui vaut un avertissement de Manuel Azaña, chef du gouvernement. Ce dernier se méfie mais ne veut pas se mettre à dos les militaires. Il éloigne donc Franco en le nommant en Corogne en tant que commandant d'une brigade d'infanterie en 1932. Un putsch militaire (sanjurjada) est organisé auquel Franco ne participe pas. Néanmoins, il est envoyé aux îles Canaries en tant que gouverneur pour l'éloigner du continent. Le gouvernement de gauche subit un nouveau coup d'état en 1936 mené par Emilio Mola. Franco prend la tête de l'armée du Maroc avec succès. Le coup d'état est en passe d'échouer quand les ouvriers, révoltés, organisent des milices, provoquant la terreur chez les bourgeois et les intellectuels de Barcelone et de Madrid. C'est la guerre civile. Franco entre alors en jeu et débarque du Maroc avec plus de 23 000 hommes. Il met en place une junte de défense nationale et montre toute sa cruauté quand il confie trois colonnes de soldats à son ami Juan Yagüe. Ce dernier s'empare de Badajoz près du Portugal et fait fusiller 2000 prisonniers. C'est un scandale international qui ne fait pas reculer Franco. Il prend ensuite la défense de l'Alcazar de Tolède, une école militaire, contre les forces républicaines. Le 21 septembre, il est nommé général en chef de la Junte de défense puis devient, par décret Chef de l'état le 28 pour être investi des pleins pouvoirs le 1er octobre. La guerre civile devient internationale avec l'intervention de l'URSS aux côtés du Front Populaire Espagnol. À l'inverse, les nazis allemands et les fascistes italiens prennent fait et cause pour l'insurrection militaire. Le 26 avril 1937, c'est le bombardement de la ville de Guernica au pays basque, sans aucune raison, par la Luftwaffe. Ce raid aérien fait 1645 morts et 889 blessés soit plus du tiers de la population. À la mort du général Mola le 3 juin, Franco est désormais seul aux commandes. Celui que l'on nomme généralissime prend peu à peu le contrôle de toute l'Espagne en recrutant de nouveaux militaires inexpérimentés. C'est la fin de la guerre civile qui aura fait plus de 150 000 morts chez les soldats, même chose chez les civils. 440 000 Républicains sont réfugiés en France. Le nouveau chef de l'état Franco, âgé de 46 ans, voit défiler le 28 mars 1939 les nationalistes victorieux à Madrid. Pour gouverner, le caudillo va s'entourer de membres de la Phalange, de l'église catholique et de monarchistes. Paris et le maréchal Pétain vont reconnaître officiellement le nouveau régime. Franco va alors entreprendre une terrible répression et multiplier les exécutions sommaires et les internements dans les prisons et le camp de concentration de Miranda. Ces exactions seront au nombre approximatif de 200 000 morts par exécutions ou mauvais traitements. Invoquant l'épuisement de son pays, Franco n'entrera pas dans la seconde guerre mondiale malgré la demande d'Hitler que Franco enverra purement et simplement promener ce qui lui vaudra le dédain du Führer ! Franco enverra juste quelques troupes ici ou là sans prendre part activement au conflit. D'ailleurs, de nombreux Juifs passeront la frontière pour se réfugier en Espagne et pourront avoir des passeports espagnols. Ainsi près de 70 000 juifs auraient évité la déportation. C'est pourquoi, à la fin de la seconde guerre mondiale, la dictature franquiste continuera encore pendant de très nombreuses années malgré son isolement diplomatique, le meilleur allié de Franco étant le dictateur portugais Salazar... Le régime sera peu à peu accepté de tous puisque l'Espagne entrera à l'ONU en 1955 et que le président Eisenhower défilera aux côtés de Franco en 1959. Le Caudillo règnera sans partage jusque début 1970. Atteint de la maladie de Parkinson, il cèdera peu à peu le pouvoir à ses Premiers ministres et nommera Juan Carlos, petit-fils d'Alphonse XIII, comme successeur. Victime d'un refroidissement en 1975 et d'une hémorragie interne, il est maintenu en vie artificiellement depuis le 14 octobre et s'éteint, à la demande de sa fille, le 20 novembre 1975. Il aura fait promettre à Juan Carlos que nul militaire ne pourrait être poursuivi pour ses actions durant la période francisque.

Contributions de Catherine
Votez cet article :  photo - Très bien  photo - Bien  photo - A revoir

>> Voir tous les articles classiques
>> Envoyer cet article à un ami
>> Ajouter cet article dans vos favoris

 


<< mars 2007 >>
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
             

Saint Gontran

Gontran, petit fils de Clovis, était roi de Bourgogne. Il vécut à une époque très sombre où par exemple la reine Frédégonde fit assassiner l'évêque Prétextat, son beau-frère et même sa soeur. Gontran lui même avait commis des crimes, il avait trompé sa femme, puis divorcé. Il a tué son médecin... Par la suite, il se convertit au christianisme et à aider les pauvres jusqu'à la fin de ses jours. Il fut d'ailleurs surnommé par les pauvres "Le bon roi Gontran".



 

[ Retour à l'Annuaire ]




Qui sommes nous ? - Contact - Protection des données personnelles

Copyright 2002 / 2019 Aquadesign.be® Tous droits réservés, propriété exclusive de la SPRL Webbies