inscription newsletter Inscription newsletter
envoyer la page à un ami | Ajouter aux favoris | Version imprimable | annuaire  

3 novembre 1957 : la chienne Laïka est le premier être vivant dans l’espace

Le prénom de Laïka veut dire « aboyeur » en russe. Drôle de nom pour cette petite chienne si docile ! Et, comment pouvait-elle désormais aboyer et se faire entendre alors qu'elle embarquait pour un voyage dans l'espace en ce 3 novembre 1957 ! Un mois après le lancement du premier satellite Spoutnik (en russe : "compagnon de route"), par l'URSS, était lancé Spoutnik 2 avec à son bord Laïka. Il faut savoir que, sur ordre de Nikita
Khrouchtchev, le satellite Spoutnik 2 avait été construit en 4 semaines seulement et il n'était pas possible de pouvoir récupérer Laïka, la cabine dans laquelle elle était, ayant été soudée au dernier étage du lanceur. Le système de régulation de la température étant tombé en panne, le pauvre animal mourut environ 7 jours après le lancement. La version officielle fut longtemps une mort par empoisonnement, qui avait été prévu, pour éviter de faire souffrir la chienne lors du retour de Spoutnik 2 dans l'atmosphère. Mais Laïka ne mangea pas cette nourriture empoisonnée. Pendant une semaine, ses réactions furent suivies grâce à un système télémétrique. Cette expérience apporta aux soviétiques les renseignements nécessaires pour envisager des vols pilotés par des humains. Spoutnik 2 se désintégra le 14 avril 1958. Mais pourquoi avait-on choisi une chienne pour ce premier voyage emportant un être vivant dans l'espace ? La raison est on ne peut plus pratique : une chienne n'a pas besoin de lever la patte pour uriner, elle a donc besoin de moins de place. L'appareil qui enregistrait les battements du coeur de Laïka s'éteignit le 10 novembre à 22 h 43. On croit que la mort de la petite chienne est due à un manque d'oxygène.

Contributions de Catherine
Votez cet article :  photo - Très bien  photo - Bien  photo - A revoir

>> Voir tous les articles classiques
>> Envoyer cet article à un ami
>> Ajouter cet article dans vos favoris

 


<< novembre 2006 >>
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    
             

Saint Hubert

L’évêque Saint Hubert, parent de Charles Martel, épousa la fille du célèbre roi Dagobert à la cour de Pépin d’Héristal, où il était maire du palais. La légende raconte qu’il aurait rencontré, durant un jour de chasse, un cerf avec une croix entre les bois, qui lui aurait dit : « Chasser un jour pareil ? Pourquoi n’irais-tu pas prier plutôt ? ». C’est ainsi qu’il devint, à partir du XIe siècle, patron des chasseurs et laissa le duché d’Aquitaine à son frère pour se vouer complètement à Dieu en 688. Il deviendra évêque de Liège-Maestricht et de Tongres après une vie paisible en monastère. Saint Hubert était un homme au grand cœur, toujours prêt à aider et à accompagner les plus misérables partout dans le pays. Un jour, un ouvrier lui écrasa maladroitement la main gauche et il ne s’en remit malheureusement pas ; Saint Hubert mourut, mais tout le monde garda une bonne image de ce saint, toujours proche de ses fidèles.



 

[ Retour à l'Annuaire ]




Qui sommes nous ? - Contact - Protection des données personnelles

Copyright 2002 / 2019 Aquadesign.be® Tous droits réservés, propriété exclusive de la SPRL Webbies