inscription newsletter Inscription newsletter
envoyer la page à un ami | Ajouter aux favoris | Version imprimable | annuaire  

21 juin 1791 : Louis XVI et Marie-Antoinette fuient à Varennes

En pleine nuit du 20 au 21 juin 1791, une berline pleine de bagages sur le toit, avec comme passagers Louis XVI, Marie-Antoinette, leurs enfants, la soeur du roi et la gouvernante, fuit Paris en catimini... Quelques mois plus tôt pourtant, la monarchie constitutionnelle semblait sur le point d'aboutir mettant fin à la Révolution. Cependant, le Pape ne l'entend pas de cette oreille et il condamne la Constitution civile du clergé la nommant « hérétique et schismatique ». Louis XVI le Catholique est choqué. De plus, l'inflation dans les villes ne peut être résorbée, ce phénomène étant la conséquence de la multiplication des assignats. Le comte de Mirabeau, grand orateur et député du tiers état en 1789 qui soutient le roi mais joue un double jeu vis-à-vis de l'Assemblée, conseille à Louis XVI de se servir de ces éléments pour restaurer son pouvoir. Il envisage même la corruption de certains députés pour former un nouveau parti royaliste à l'Assemblée puis de demander sa dissolution pour une nouvelle élection. Il lui conseille même un coup d'état en quittant Paris pour réorganiser une armée et rentrer dans la capitale : dans ce cas, c'en serait fini de la Révolution. Imprudemment, il envoie des courriers au roi
l'assurant de sa fidélité. Mais Mirabeau décède le 2 avril 1791. Se souvenant de ses conseils, Louis XVI est poussé au coup de force par la reine. Il faut préciser aussi que le 18 juin, les Parisiens l'empêchent de se rendre à Saint-Cloud pour recevoir la communion d'un curé qui n'avait pas prêté serment à l'Assemblée. Se sentant prisonnier aux Tuileries, Louis XVI décide de fuir Paris pour mettre son plan à exécution et mettre sa famille à l'abri (rappelons que Marie-Antoinette est détestée par le peuple). Il choisit de se rendre à l'Est près de la frontière luxembourgeoise où le marquis de Bouillé a des troupes fidèles à la monarchie... Terrible erreur ! Il aurait plutôt dû se rendre vers le sud et l'ouest, régions encore attachées au roi. Le comte suédois Axel de Fersen (amant ou admirateur de Marie-Antoinette ?) se charge des préparatifs. La nuit du 20 au 21 juin 1791, la famille royale monte dans la berline conduite par Fersen. On ne tarde pas à s'apercevoir de la disparition des monarques et dès le 21 au matin, La Fayette envoie de nombreux courriers aux quatre coins de France avec pour ordre d'arrêter les fuyards. La lourde berline a pris du retard et n'arrive que le soir à Sainte-Ménehould en Champagne. Manque de chance, les hussards promis par le marquis de Bouillé pour assurer le convoiement de la berline, ne sont pas prêts. C'est un tel remue-ménage dans le village que les habitants, interloqués par un tel spectacle, laissent partir la berline en retenant les hussards. Pourtant, intrigué par cette berline suspecte, le fils Drouet prend un cheval et prenant un raccourci, va avertir les villageois de Varennes-en-Argonne. Le convoi ne tarde pas à arriver et l'on demande aux voyageurs de descendre. Ils sont désormais reclus, à la nuit tombée, dans la maison de l'épicier qui est aussi le Procureur du village (une sorte de maire). Découverte, la famille royale est sommée de rejoindre Paris. Elle y entre le 25 juin dans un silence impressionnant et menaçant : les Parisiens ont ordre de se taire. Revenu aux Tuileries, Louis XVI est suspendu de ses pouvoirs. On soupçonne alors le roi de collusion avec l'ennemi et de trahison. Les Républicains donnent de la voix affirmant que la monarchie n'est plus utile au pays, les premiers d'entre eux étant Danton et Marat qui demandent la déchéance du roi. Une pétition est déposée sur l'autel de la patrie du Champ-de-Mars. La loi martiale est proclamée et la garde nationale commandée par La Fayette tire sur les manifestants. L'assemblée est alors divisée : que faut-il faire du roi ? La plupart souhaitent une monarchie constitutionnelle comme Robespierre pour éviter une guerre avec les puissances d'Europe, Danton, en fuite vers l'Angleterre, souhaite la République...

Contributions de Catherine
Votez cet article :  photo - Très bien  photo - Bien  photo - A revoir

>> Voir tous les articles classiques
>> Envoyer cet article à un ami
>> Ajouter cet article dans vos favoris

 


<< juin 2007 >>
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             

Saint Rodolphe

Rodolphe vécut au 9ème siècle. Il était le fils du comte de Cahors. Il devint évêque pendant de nombreuses années. Sa diplomatie lui permit de régler de nombreux problèmes politiques. Rodolphe fondit également de nombreux monastères dans la région de Bourges. Il écrivit un guide pour aider les prêtres.



 

[ Retour à l'Annuaire ]




Qui sommes nous ? - Contact - Protection des données personnelles

Copyright 2002 / 2019 Aquadesign.be® Tous droits réservés, propriété exclusive de la SPRL Webbies