inscription newsletter Inscription newsletter
envoyer la page à un ami | Ajouter aux favoris | Version imprimable | annuaire  

22 février 1680, mort de Catherine Deshayes Montvoisin, surnommée « la Voisin »

Vous avez peut-être déjà entendu parler de ces histoires mystérieuses de poisons ou de messes noires qui avaient lieu en un temps à la cour de Louis XIV. En effet, de 1675 à 1680, la Cour était le lieu de toutes les rumeurs et de nombreux aristocrates utilisaient les services de La Voisin, un personnage assez diabolique qui utilisait la sorcellerie et la magie noire ainsi que les philtres de toutes sortes, toxiques pour la plupart d'entre eux. Outre les nobles, tous les milieux sont touchés à cette époque par une sorte de réminiscence des alchimistes et des mages italiens si courants à l'époque de Catherine de Médicis. La pratique de la magie noire, des médecines obscures, des avortements illégaux sont le fait de « sorcières » largement rétribuées à travers tout le pays... Les coutumes archaïques ont la vie dure ! C'est lors de cette époque troublée qu'arrive Catherine Deshayes, née à Paris en 1640. Elle se marie avec Sieur Montvoisin qui décède rapidement. Elle est donc surnommée d'abord « la veuve Montvoisin » puis « La Voisin
» tout court. L'affaire des Poisons commence par l'arrestation le 25 mars 1675 à Liège de la Marquise de Brinvilliers. En effet, un officier nommé Godin de Sainte-Croix, amant de la Marquise, trouve la mort dans des conditions suspectes en 1672 et la police met la main sur des lettres d'amour révélant certains actes sordides du couple : il s'avère que toute la famille de la Marquise a été empoisonnée pour que la jeune femme amoureuse puisse hériter des biens familiaux. Son mari, le Marquis de Brinvilliers, soupçonnant son épouse, prend soin de s'en écarter. Avec ces missives sont découvertes des fioles emplies d'arsenic ainsi qu'une concoction qui sera nommée « poudre de succession ». La police mène son enquête et découvre que tous les milieux, y compris la noblesse, usent et abusent de ces méthodes peu orthodoxes. La liste des empoisonneurs devient impressionnante comptant parmi eux des proches de Louis XIV comme les nièces de Mazarin, le maréchal de Luxembourg, la comtesse de Polignac, la comtesse de Gramont, et même jusqu'au célèbre Racine. La Marquise de Brinvilliers n'avoue rien mais est exécutée en 1676. Le scandale est immense et 34 condamnations à mort sont prononcées entre 1679 et 1682. Mais que vient faire là, Catherine Deshayes ? Il s'agit en fait de celle qui fournit les gens de la Cour en philtres. Cette aventurière joufflue s'est introduite, on ne sait comment auprès des nobles de la Cour. De forte ascendance, elle vend ses produits toxiques pour supprimer des parents encombrants et utilise la sorcellerie pour des « retours d'affection » ou des affirmations de haine (avec des poupées à aiguilles par exemple). Outre la « poudre de succession » fabriquée à base de bave de crapaud, l'ingénieuse La Voisin organise maintes messes noires comportant des sacrifices de nouveaux-nés et d'autres rituels « magiques ». La police trouve donc sa trace grâce aux témoignages des Nobles qui voulaient échapper à la sanction. Là où l'affaire se corse c'est que même Madame de Montespan, ancienne favorite de Louis XIV, délaissée au profit de la jeune Mademoiselle de Fontanges, est impliquée dans cette affaire. Elle faisait pratiquer des rites sur son corps nu afin de récupérer les faveurs du Roi. Louis XIV, qui était alors très ferme sur ces questions, n'hésitant pas à faire pratiquer la torture pour extorquer des aveux, comprend que son royaume est en danger puisque le scandale allait l'éclabousser directement. Il intervient donc pour étouffer l'affaire. Mais le mal était fait alors que le roi Soleil était à son apogée et le peuple se sera repu pendant 7 ans de tous les commérages et des procès faits aux Grands de ce monde. La Voisin est jugée et condamnée avec 36 complices. Même si Catherine Montvoisin est brûlée vive en place de grève le 22 février 1680, l'affaire s'n'est pas arrêtée pour autant car le Roi préféra laisser agir la police contre cette noblesse décidemment trop gênante. Quant à Madame de Montespan, bien trop proche de Louis XIV, elle ne fut pas inquiétée et continua de fréquenter la Cour, le Roi n'ayant plus aucun regard pour elle et ce, définitivement.

Contributions de Catherine
Votez cet article :  photo - Très bien  photo - Bien  photo - A revoir

>> Voir tous les articles classiques
>> Envoyer cet article à un ami
>> Ajouter cet article dans vos favoris

 


<< février 2007 >>
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28      
             

Sainte Isabelle

Sainte Isabelle était la soeur du roi Saint Louis. Bien que de sang royal, elle aidait souvent les pauvres, les malades et les lépreux. Après la mort de sa mère Blanche de Castille, elle construisit un monastère mais Isabelle continua une vie de simple laïque, menant une vie dans l'austérité et la prière.



 

[ Retour à l'Annuaire ]




Qui sommes nous ? - Contact - Protection des données personnelles

Copyright 2002 / 2019 Aquadesign.be® Tous droits réservés, propriété exclusive de la SPRL Webbies