inscription newsletter Inscription newsletter
envoyer la page à un ami | Ajouter aux favoris | Version imprimable | annuaire  

20 novembre 1975 : mort du général Francisco Franco

Franco fut un dictateur qui régna pendant plus de 35 ans sur l'Espagne. Ayant renversé le régime en place avec l'aide des nazis, il sut cependant se maintenir après leur défaite et ce, jusqu'en 1975, l'Espagne demeurant jusqu'à cette date, l'un des derniers pays totalitaires d'Europe de l'Ouest. Né à El Ferrol en Galice le 4 décembre 1892, Francisco Paulino Hermenegildo Teodulo Franco y Bahamonde Salgado, Pardo de Andrade (ouf !), grandit dans une famille bourgeoise et très catholique. Cependant il se sent le pied marin et veut suivre la tradition familiale et entre au collège militaire puis devient élève de l'Académie militaire de Tolède. La marine ne recrutant plus à Ferrol, il entre dans l'armée à l'âge de 18 ans en tant que sous-lieutenant. Franco est ensuite nommé Commandant lors de la guerre du Rif (1912-1915). En 1917, il participe à la répression de la grève générale des Asturies en découvrant pourtant les conditions de vie misérables des mineurs. Trois ans plus tard, un corps d'élite à l'image des légionnaires français est créé en Espagne et Franco part à Ceuta pour diriger un commando. Très autoritaire avec ses hommes et impitoyable avec les Indigènes, il va autoriser toutes sortes d'exactions (meurtres, pillages, viols, mutilations). Réputé pour son courage et pour sa sauvagerie, Franco participe ensuite à une nouvelle guerre dans le Rif de 1920 à 1927 contre Abd el-Krim. Nommé lieutenant-colonel, il épouse une riche jeune fille, Carmen Martinez-Valdés alors qu'il est nommé Commandant de la
Légion en 1923. C'est à cette époque qu'on le surnomme « Caudillo » (chef de guerre lors du Moyen Âge). Cette même année, Miguel Primo de Rivera après un coup d'état a pris le pouvoir. Au Maroc, les difficultés perdurent et la France finit par s'allier à l'Espagne pour contrer les révoltés. Franco devient alors le plus jeune général d'Europe à l'âge de 33 ans. Sa fille, Maria del Carmen naît et tout va bien pour Franco puisqu'il est couvert d'honneurs. Il devient même directeur de la toute nouvelle Académie militaire de Saragosse où il est très apprécié par les étudiants. Mais la Seconde République supprime l'école en 1931 et Franco est affecté à La Corogne en tant que Commandant d'infanterie un an plus tard, après une période de mise à l'écart. Rallié au régime républicain, on le nomme commandant général aux Baléares et la droite au pouvoir l'appelle à nouveau pour réprimer un nouveau soulèvement dans les Asturies. Puis il est nommé Chef d'état-major des armées en 1935. L'année suivante, il part aux îles Canaries durant le gouvernement populaire car il est soupçonné d'avoir fomenté un complot pour démettre le gouvernement. Finalement, il prend la direction de la rébellion et déclenche la guerre civile espagnole qui va durer jusqu'en 1939. Durant cette période, il est aidé par les fascistes italiens et les nazis allemands afin de prendre le pouvoir (il faut dire que l'Espagne prête son territoire pour le test des nouvelles armes allemandes). Durant tout ce temps, les Anglais et les Français n'interviennent pas pour soutenir le gouvernement légal espagnol. Franco prend Barcelone en janvier 1939 et deux mois plus tard, c'est au tour de Madrid. L'Espagne est exsangue après cette guerre civile c'est pourquoi Franco refuse d'entrer dans le conflit de la Seconde Guerre mondiale en dépit de l'aide accordée précédemment. Franco se contente d'envoyer une seule division sur le front russe pour combattre le bolchevisme. Francisco Franco se fait ensuite conférer à vie le titre de « protecteur-régent » ainsi que celui de chef de gouvernement. C'est lui qui désignera son successeur en 1969 en la personne du prince Juan Carlos, toujours à la tête de l'Espagne aujourd'hui. En attendant, il sera aussi le chef de l'armée et poursuivra la répression contre les communistes, les démocrates et les syndicats. A partir de 1952, le dictateur sent bien que son pays est isolé et affiche des gages de bonne volonté vis-à-vis des Etats-Unis qui auront des bases militaires en Espagne. L'Espagne entre ensuite à l'ONU en 1955. À l'intérieur pourtant, c'est toujours la même répression féroce (le secrétaire du parti communiste sera exécuté en 1964 ainsi que l'anarchiste Puig Antich). Sentant le danger, Franco va se rapprocher du marché commun et faire construire de magnifiques stations balnéaires pour attirer les touristes en ouvrant ses frontières. Pour empêcher les idées révolutionnaires, il emploie encore plus de répression contre l'opposition. En 1975, la situation fut telle que l'état d'urgence fut proclamé stoppant la libéralisation en voie du pays. Ainsi, cinq autonomistes basques furent exécutés le 27 septembre 1975. Affecté par la maladie de Parkinson depuis 1969, Franco subit un refroidissement puis une hémorragie interne, entrant dans le coma le 14 octobre 1975 après une opération. Maintenu en vie artificiellement, c'est sa fille qui va demander à ce qu'on le laisse mourir. Franco s'éteint le 20 novembre 1975. Son corps repose dans la vallée des morts de los Caidos près de Madrid. Conformément à ses volontés, c'est le petit-fils d'Alphonse XIII, Juan Carlos (dont Franco avait étroitement surveillé l'éducation) qui va accéder au trône le 27 novembre permettant à l'Espagne de renouer enfin avec la démocratie, l'Europe et le monde occidental grâce à une monarchie constitutionnelle.

Contributions de Catherine
Votez cet article :  photo - Très bien  photo - Bien  photo - A revoir

>> Voir tous les articles classiques
>> Envoyer cet article à un ami
>> Ajouter cet article dans vos favoris

 


<< novembre 2007 >>
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
             

Saint Edmond

Saint Edmond était le roi d’un territoire anglais. Les envahisseurs danois venaient souvent sur ses terres et le firent prisonnier pendant un combat. Mais Saint Edmond ne voulut pas céder aux danois, alors ces derniers le tuèrent, d’une mort souffrante : d’abord couvert de flèches, il fut ensuite décapité. Les anglais, pour rendre hommage à Saint Edmond, lui attribuèrent une couronne : celle du martyre. Une ville et une abbaye portent aujourd’hui son nom : Bury-saint-Edmond.



 

[ Retour à l'Annuaire ]




Qui sommes nous ? - Contact - Protection des données personnelles

Copyright 2002 / 2019 Aquadesign.be® Tous droits réservés, propriété exclusive de la SPRL Webbies