inscription newsletter Inscription newsletter
envoyer la page à un ami | Ajouter aux favoris | Version imprimable | annuaire  

24 novembre 1929 : mort de Georges Clemenceau surnommé « le Tigre »

Né à Mouilleron-en-Pareds en Vendée le 28 septembre 1841, Georges Clemenceau est très tôt fasciné par les idées républicaines de son père. Il suit de bonnes études et devient médecin à l'âge de 29 ans. Lors de la sanglante guerre de 1870 contre les Prussiens, il est nommé maire de Montmartre par le gouvernement de la Défense Nationale et se positionne officiellement contre l'armistice de 1871 qui consacre la défaite française. Il se montrera impuissant à contenir la foule en colère lors de la Commune, épisode durant lequel deux généraux (Lecomte et Clément Thomas) vont être tués par la population de Montmartre. Quelques années plus tard sous la troisième République, Clemenceau est élu député de Paris en 1876 grâce surtout à ses talents d'orateur et il prend la tête de la gauche radicale, adoptant ainsi une position d'opposant au régime. Eclate ensuite le scandale de Panama en 1893, une énorme affaire de corruption concoctée par Ferdinand de Lesseps qui voulait refaire le canal de Suez mais à Panama cette
fois. Clemenceau, comme beaucoup d'autres, a reçu de l'argent de Lesseps pour encourager les dons pour ce projet mal ficelé. En fait, Clemenceau a été aidé financièrement par Cornelius Herz, un homme d'affaires juif soutenant de Lesseps, pour son journal « La Justice ». C'est par ce journal et grâce à l'influence de Clemenceau dans les milieux politiques que ce projet fou a pu être monté en attirant la confiance des parlementaires et des ministres. Clemenceau est dès lors évincé de la politique et à 50 ans, entame une traversée du désert. C'est l'Affaire Dreyfus qui va le remettre en selle car Clemenceau va s'engager résolument aux côtés d'Emile Zola pour défendre Dreyfus. Revenu en grâce dans le milieu politique, il fonde alors le Parti Républicain Radical le 23 juin 1901. Il s'agit là du plus ancien parti politique français puisque auparavant, les élus se regroupaient par affinités mais sans aucune structure propre. Quatre ans plus tard, Jean Jaurès et Jules Guesde fondent la SFIO en 1905 (Section française de l'Internationale socialiste). L'année suivante, alors qu'il a 65 ans, Clemenceau surnommé « le tombeur de ministères » obtient un poste ministériel pour la première fois. Il est en effet Ministre de l'Intérieur et s'illustre de très mauvaise façon en réprimant les grèves de mineurs suite à la catastrophe de Courrières survenue le 10 mars 1906. Il est nommé Président du Conseil et ne se montrera jamais un homme de dialogue social malgré ses couleurs politiques. Outre le fait qu'il brisera de nombreux mouvements sociaux, il va mener à terme la séparation de l'Eglise et de l'Etat et Joseph Caillaux, son ministre des finances va introduire... l'impôt unique sur le revenu... Un nouveau gouvernement de droite va prendre le pouvoir et Clemenceau va de nouveau être dans l'opposition durant la « Belle Epoque ». Clemenceau n'a toujours pas digéré la défaite de 1870 et se positionne de plus en plus comme un revanchard désirant à nouveau la guerre contre l'Allemagne. Alors qu'il a 72 ans mais qu'il a toujours bon pied, bon oeil, il invective la jeunesse et la pousse à la revanche et à la guerre dans son journal « L'Homme libre ». C'est ainsi que lors de la déclaration de guerre en 1914, il multiplie les attaques contre le gouvernement et l'armée trop faibles à son goût. Trois ans plus tard, alors que les Autrichiens sont prêts à un compromis, il ne veut rien entendre et veut poursuivre le conflit jusqu'au bout, coûte que coûte. Il est alors nommé à la tête du gouvernement et fait tout pour galvaniser les troupes afin d'avoir la victoire totale. C'est lors de cette période qu'on va le surnommer « le Tigre » ou « Père la Victoire » tandis que les Poilus l'appelaient affectueusement « Le Vieux ». Nourrissant une haine viscérale envers l'Allemagne, Clemenceau va se montrer intraitable lors du traité de Versailles à la fin de la guerre. C'est à cause de lui que ce traité humiliant qui avait pour but d'anéantir l'Allemagne, va provoquer, quelques années plus tard, l'éclatement de l'Autriche-Hongrie et la réaction des Allemands dont profitera largement un certain Adolf Hitler... Pourtant, Georges Clemenceau va être élu à l'Académie française et restera au gouvernement jusque janvier 1920. Il sera battu lors de l'élection présidentielle et va se retirer dans son village natal de Vendée. Agé de 79 ans, il va visiter l'Egypte, le Soudan, l'Inde, l'Asie et les Etats-Unis. Il va ensuite écrire de nombreux ouvrages dans lesquels, visionnaire, il va prévoir le risque du réarmement allemand. Il décède le 24 novembre 1929 et est enterré, selon ses volontés, au colombier de Mouchamps, propriété familiale de Vendée, près de son père.

Contributions de Catherine
Votez cet article :  photo - Très bien  photo - Bien  photo - A revoir

>> Voir tous les articles classiques
>> Envoyer cet article à un ami
>> Ajouter cet article dans vos favoris

 


<< novembre 2007 >>
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
             

Sainte Flora

On sait peu de choses sur Sainte Flora, à part qu’elle aurait été martyrisée en Espagne (à Cordoue) après avoir été longuement prisonnière. Elle et Sainte Marie furent décapitées en 851, simplement parce qu’elles n’avaient pas accepté de se convertir à l’islam.



 

[ Retour à l'Annuaire ]




Qui sommes nous ? - Contact - Protection des données personnelles

Copyright 2002 / 2019 Aquadesign.be® Tous droits réservés, propriété exclusive de la SPRL Webbies