inscription newsletter Inscription newsletter
envoyer la page à un ami | Ajouter aux favoris | Version imprimable | annuaire  

3 février 1468 : mort de Gutenberg, l’inventeur de l’imprimerie, la plus grande innovation du monde

Voilà bien une des plus belles inventions du monde moderne ! Celle qui a permis de rendre accessible la culture pour tous. Car il faut savoir qu'au Moyen Âge, les livres n'existaient pratiquement pas. Les Moines, que l'on appelait « Moines copistes » les fabriquaient, un par un, en s'appliquant à la calligraphie et à l'enluminure. Bien peu étaient ceux qui pouvaient y accéder. (Pour vous replonger dans ce passé, je vous conseille de revoir le merveilleux film « Le nom de la Rose »). C'était un travail énorme : ils devaient recopier les textes anciens à la plume d'oie sur des parchemins ou du papier. Ensuite, seulement, les textes étaient ornés de magnifiques illustrations faites à la main, elles aussi. Des ateliers entiers de moines se penchaient sur la traduction de textes originaux avec lesquels ils prenaient parfois certaines libertés (ainsi, l'on se demande si
les Evangiles ont toujours été bien traduits...). On a souvent donné le nom de « Manuscrits » à ces chefs-d'oeuvre et le terme a été adopté et est encore usité aujourd'hui pour parler d'un roman qui sort aujourd'hui. Le terme exact est cependant « Tapuscrit ». Il faut savoir qu'à l'époque, un manuscrit, au sens propre du terme, était revendu à prix d'or à des clercs ou à de grands bourgeois. Cependant, au XVe siècle, le besoin d'apprendre se fait de plus en plus sentir. Les étudiants et érudits sont plus nombreux et la copie à la main est trop lente et ne peut satisfaire une population qui a soif d'apprendre et de lire. Arrive alors un certain Gutenberg, de son vrai nom Johannes Gensfleisch, un sculpteur sur bois, qui invente un procédé très ingénieux. Certes, il existait déjà un procédé de gravure basé sur des caractères mobiles (une sorte de tampon en cuivre ou en bois représentant des images). Mais là encore, le procédé étant lent et demandait une intervention manuelle à répétition. Gutenberg a une idée très simple : les tampons (ou caractères mobiles) seront en plomb et représenteront l'alphabet. Ensuite, l'assemblage par ligne sera mis au point, en composant des mots (c'est-à-dire qu'au lieu d'avoir un tampon par lettre, des lignes entières pourront être formées ce qui permettra de composer une page de manière bien plus rapide). Les tampons en plomb pouvant être gardés et réutilisés, des exemplaires pourront ainsi être reproduits pour un très faible coût. Une page étant imprimée en un nombre d'exemplaires suffisants, le procédé est ensuite démonté pour être recomposé pour la page suivante... Toutes les pages du livre étant ainsi imprimées au même nombre d'exemplaires, le livre peut ainsi être monté à 100/200/300 exemplaires ce qui équivaut au temps passé pour un ancien manuscrit original. Le succès est bien sûr immédiat et Gutenberg fonde un premier atelier de typographie à Mayence. Il éditera la Bible en 1455, une Bible à 42 lignes qui est d'abord éditée à quelques dizaines d'exemplaires. Le procédé envahit l'Europe. La plupart des livres (de 15 à 20 millions) avant 1500, seront en latin et auront un caractère religieux : ce sont les livres incunables (ce qui signifie berceau en latin). Les années suivantes et les siècles suivants feront de l'imprimerie une des plus importantes innovations de tous les temps. Ce sera l'invention de la grammaire, de l'orthographe, de la ponctuation. Le 3 février 1468, Gutenberg meurt à Mayence. Son invention aura des répercussions mondiales en permettant à tous, l'accès au savoir.

Contributions de Catherine
Votez cet article :  photo - Très bien  photo - Bien  photo - A revoir

>> Voir tous les articles classiques
>> Envoyer cet article à un ami
>> Ajouter cet article dans vos favoris

 


<< février 2007 >>
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28      
             

Saint Blaise

Saint Blaise de Sébaste était médecin en Arménie et évêque de la ville de Sébaste. Il guérissait les hommes mais les animaux également, qui étaient des bêtes de cirque. Le gouverner de la Cappadoce essaya de le noyer, en 316, mais Saint Blaise marchait sur l’eau, et, lorsqu’il en sortit, on le décapita.



 

[ Retour à l'Annuaire ]




Qui sommes nous ? - Contact - Protection des données personnelles

Copyright 2002 / 2019 Aquadesign.be® Tous droits réservés, propriété exclusive de la SPRL Webbies