inscription newsletter Inscription newsletter
envoyer la page à un ami | Ajouter aux favoris | Version imprimable | annuaire  

9 septembre 1976 : mort de Mao Zedong

Mao Tsé-toung (dans l'ancienne orthographe chinoise) est né le 28 décembre 1893 dans une famille de riches paysans de la province du Hounan, au centre de la Chine. Mao a 18 ans quand l'empire mandchou s'effondre laissant la place à une République en 1911. Il est à l'époque instituteur et, après un mariage malheureux (il avait été marié d'office à l'âge de 14 ans et son épouse mourut un an plus tard), il se remarie. Il entre en politique en participant au mouvement étudiant du 4 mai 1919 et en entrant au Parti communiste chinois à Shanghai. N'oublions pas que la révolution russe a eu lieu en 1917. Président du comité du parti communiste au Hounan, il est aidé par Moscou. C'est à cette époque que Mao Zedong rencontre Liu Shao Shin, un intellectuel qui le secondera plus tard à la tête du pays. C'est ensuite le conflit qui débute avec les nationalistes républicains menés d'abord par Sun Yat-sen puis par Tchang Kaï-chek, chef du Kuomintang, qui massacre les communistes en 1927. Mao crée alors un état communiste au Kiang-sij, à l'est de sa province natale. Il fait preuve de sauvagerie en n'hésitant pas à faire usage de la violence (tortures, massacres). Pourtant, Tchang Kaï-chek le pousse à fuir vers le nord et Mao entreprend alors
la « Longue Marche », un voyage de 12 000 kms qui va le mener au Chen-si où il installe la révolution dans les campagnes, procédant au partage obligatoire des terres. Chou En-lai, responsable de l'insurrection de Shanghai de 1927, se rallie à Mao qui est élu Président du Comité central du Parti Communiste en 1935. Parallèlement, il se marie une troisième fois avec une actrice communiste, Jiang Qing (séparée de son mari cinq ans plus tard, elle aura toujours une grande influence dans le Parti). Mais entre-temps, les Japonais ont des visées hégémonistes sur la Chine. Ainsi, les deux rivaux, Mao et Tchang Kaï-chek, s'allient contre l'ennemi. Cette alliance sera de courte durée puisqu'après la capitulation du Japon en 1945, la guerre entre les deux rivaux reprend de plus belle et se solde par l'exil de Tchang Kaï-chek à Taïwan (Formose). Plus rien ne peut désormais arrêter Mao Zedong qui proclame l'avènement de la République populaire de Chine le 1er octobre 1949. Mao cumule alors tous les pouvoirs en étant Président de la République de Chine. S'ensuivent des années de campagnes de collectivisation et, pour satisfaire le peuple fatigué, le parti communiste sous l'impulsion de Chou En-lai va accorder certains privilèges comme des lopins de terre plus grands, mais va aussi faire éclater les grandes coopératives et encourager la liberté intellectuelle. C'est ce qu'on appelle la « Campagne des Cent Fleurs » en 1956 et Mao est contraint de l'accepter et de l'encourager l'année suivante alors que le rapport secret de Khrouchtchev vient d'être publié concernant les exactions de Staline. Il est permis au peuple de s'exprimer au grand jour et les Communistes sentent le pouvoir leur échapper. En septembre 1957, c'est la reprise en main du pouvoir qui se soldera par 500 000 morts et 400 000 déportés surtout dans les milieux intellectuels. L'année suivante, le changement est radical et Mao veut de la rentabilité à tout prix. Le collectivisme sera remis à l'honneur ainsi que la production à outrance. Cette politique jusqu'au-boutiste causera des famines et des dizaines de MILLIONS de morts ! La Chine se fâche ensuite avec les Soviétiques qui l'avaient entraînée vers cette utopie (d'autant plus qu'auparavant, le tsar avait confisqué à la Chine de nombreux territoires). Chinois et Soviétiques se disputent alors la suprématie des mouvements révolutionnaires dans le monde. Mao se fâche avec son voisin soviétique mais aussi avec l'Inde. En Chine, Mao est affaibli et doit partager le pouvoir avec les réformistes menés par Liu Shaoqi. Cela sera de courte durée car en 1966 il lance la « Révolution Culturelle » et élimine les cadres du parti communiste et les réformistes. Entre un et deux millions de Chinois feront les frais de la Révolution Culturelle. C'est à cette époque que l'on trouve la vague maoiste dans les mouvements intellectuels européens. Le « Petit Livre Rouge » fait un tabac ! Le dernier chef réformiste ayant disparu en septembre 1971, des ultra-révolutionnaires entrent en piste. On va les surnommer « la bande des quatre » : on trouve parmi eux l'épouse de Mao, Jiang Qing. Celle-ci profite de la fatigue de Mao pour prendre les rênes du pouvoir et durcir le régime, enfonçant la Chine dans la crise. Le 9 septembre 1976, Mao Zedong, « le Grand Timonier », s'éteint à Pékin à l'âge de 82 ans. Son épouse tente alors de prendre le pouvoir et le monde s'attend à une catastrophe. Mais finalement, un réformiste échappé des purges, Den Xiaoping, renverse la « bande des quatre » et prend le pouvoir. Jiang Qing sera jugée et condamnée. Sous l'impulsion de Deng Xiaoping, la Chine populaire va se redresser et entamer un processus de redressement impressionnant dont on voit les effets aujourd'hui...

Contributions de Catherine
Votez cet article :  photo - Très bien  photo - Bien  photo - A revoir

>> Voir tous les articles classiques
>> Envoyer cet article à un ami
>> Ajouter cet article dans vos favoris

 


<< septembre 2007 >>
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            

Saint Alain

Saint Alain était un grand prédicateur dominicain voulant développer auprès des fidèles la dévotion du chapelet à travers la France, l'Allemagne et les Pays-Bas. Il fonda des confréries du Rosaire dont la première fut à Douai. Plus tard, Saint Alain partit en Hollande pour contempler et méditer sur les mystères du Christ par le Rosaire.



 

[ Retour à l'Annuaire ]




Qui sommes nous ? - Contact - Protection des données personnelles

Copyright 2002 / 2019 Aquadesign.be® Tous droits réservés, propriété exclusive de la SPRL Webbies