inscription newsletter Inscription newsletter
envoyer la page à un ami | Ajouter aux favoris | Version imprimable | annuaire  

29 décembre 1825 : mort du grand peintre David

Artiste admiré, voire envié, ou détesté par ceux de son époque, Jacques-Louis David ne laissa personne indifférent tant ses positions politiques étaient affirmées. En effet, c'est à lui que l'on doit les grandes peintures glorifiant Napoléon. David naît à Paris le 30 août 1748 dans une famille bourgeoise (son père est un marchand et sa mère appartient à une famille de maçons et d'architectes). Le jeune David suit des études de rhétorique malgré la mort de son père qui survient alors qu'il a 10 ans. David est alors confié à son oncle tandis que sa mère se retire à Evreux. François Buron, son oncle architecte, remarque ses dispositions pour le dessin et envisage de le conduire dans la même carrière que lui-même. Jacques-Louis David suit alors des cours de dessin auprès de Joseph-Marie Vien, attiré par le style de l'Antiquité. Il continue par l'Académie royale ce qui lui donne l'occasion de rencontrer quelques hautes personnalités. C'est à cette époque qu'il attrape un kyste sur la joue gauche, défaut qu'il dissimulera par la suite dans ses autoportraits. En 1771, il obtient le second prix lors du grand prix de Rome. L'année suivante, il est à nouveau second avec son oeuvre « Diane et Apollon perçant de leurs flèches les enfants de Niobée ». Il vit cela comme une grande injustice. L'année suivante, c'est encore un échec avec « la mort de Sénèque ». Il doit se contenter d'un prix pour « l'étude des têtes et de l'expression » pour un
pastel : « La douleur ». Ces échecs successifs le pousseront plus tard à supprimer les Académies... Il finit quand même par gagner le premier Prix de Rome en 1774 et séjourne alors au Palais Mancini à Rome, une école d'art où il va rester quatre ans. Il s'enthousiasme alors pour les peintures italiennes et croque toutes les sculptures antiques qu'il voit en Italie tout en tentant d'imiter Le Caravage. Il visite aussi les ruines d'Herculanum et de Pompéi et il adopte un style inspiré de l'Antiquité. Après une petite période de dépression, on lui commande un tableau pour lequel il s'inspire du style de Nicolas Poussin. Son tableau « Saint Roch intercédant auprès de la Vierge pour les malades de la peste » est présenté en 1780 à Rome puis à Paris et produit une forte impression. Après son mariage avec Marguerite Charlotte Pécoul, la fille d'un architecte royal, en 1782, David ouvre son atelier au Louvre grâce à l'argent de la dot et il enseigne à de jeunes artistes. Il est finalement nommé membre de l'Académie royale en 1783. Parallèlement, il réalise de grandes oeuvres (« le Serment des Horaces », « La Mort de Socrate »). Il est alors le chef de file d'une nouvelle école de peinture : le néoclassicisme. Son succès public provoque cependant bien des jalousies à l'Académie de France. David est amené à réaliser les portraits des grands de ce monde comme Lavoisier mais ce dernier est aussi un fermier général mêlé à un scandale. Un autre scandale aussi a lieu avec la toile « les licteurs apportant à Brutus, le corps de ses fils ». Elle est interprétée comme un jugement contre la faiblesse de Louis XVI et censurée ce qui provoque la colère du public. Cette peinture va nettement influencer les goûts de l'époque dans la mode et le mobilier. Durant ce temps, David affiche ouvertement ses sympathies pour la cause révolutionnaire. C'est ainsi qu'il commence « le Serment du jeu de paume » en 1790 mais le projet ne fut jamais terminé faute de moyens car la toile devait faire 10 mètres de large sur 7 mètres de haut et représenter les 630 députés présents. Il obtient par la suite la suppression des prérogatives de l'Académie et la mise en place du premier « salon de la liberté ». David devient de plus en plus révolutionnaire radical et il est élu député en 1792 avec le soutien de Marat. Il siège alors chez les Montagnards. Nommé au Comité d'instruction publique, il s'occupe de l'administration des arts et réorganise avec Jean-Honoré Fragonard, le muséum des arts. Il vote pour la mort du roi Louis XVI ce qui provoque le divorce d'avec son épouse. Marat est assassiné le 13 juillet et à la demande de la Convention, David réalise « Marat assassiné ». De plus en plus radical, il est nommé au Comité de sûreté générale et participe à des arrestations qui auront pour conséquence la guillotine pour certains ainsi qu'au rituel de la fête de l'être suprême. Après la chute de Robespierre, David se sauve et échappe à la guillotine en étant emprisonné. Il sera amnistié en 1795. Durant cette période, il peint « Les Sabines » puis se remarie avec son ex-femme qui lui a pardonné ses excès. Admiratif de Bonaparte, il le rencontre en 1797. Il réalise alors le célèbre portrait équestre de Bonaparte que l'on peut voir dans tous les livres d'histoire ainsi que « le Sacre de Napoléon » et « la distribution des Aigles ». Le « Sacre » ne comporte pas moins de 200 personnages même si David y a représenté Laetitia, la mère de Napoléon, alors qu'elle était absente et que le pape Pie VII n'a été qu'un simple spectateur résigné. À la fin de l'empire, le peintre impérial va être évité puis va être proscrit du royaume au retour de Louis XVIII sur le trône. David part alors à Bruxelles et exécute, pour vivre, de nombreux portraits. Bien qu'amnistié, il restera en Belgique jusqu'à sa mort, le 29 décembre 1825 après avoir réalisé un tableau de plus de trois mètres de haut « Mars désarmé par Vénus et les Grâces ». Ce fut son dernier chef-d'oeuvre.

Contributions de Catherine
Votez cet article :  photo - Très bien  photo - Bien  photo - A revoir

>> Voir tous les articles classiques
>> Envoyer cet article à un ami
>> Ajouter cet article dans vos favoris

 


<< décembre 2007 >>
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Saint David

Saint David naquit fils de Jessé, qui était le roi d’Israël et de Juda. Saint David était le messie de Jésus Christ et écrivait des cantiques. On raconte qu’il aurait eu du remord après avoir déplu à la loi divine.


> voir les astuces du jour
 

[ Retour à l'Annuaire ]




Qui sommes nous ? - Contact - Protection des données personnelles

Copyright 2002 / 2019 Aquadesign.be® Tous droits réservés, propriété exclusive de la SPRL Webbies