inscription newsletter Inscription newsletter
envoyer la page à un ami | Ajouter aux favoris | Version imprimable | annuaire  

22 décembre 1641 : mort de Sully, le premier vrai Ministre des Finances

Maximilien de Béthune, baron de Rosny, duc de Sully, est né près de Mantes, à Rosny-sur-Seine, le 13 décembre 1560. Il est élevé dans une famille calviniste, de petite noblesse et pauvre. À 12 ans, élève au collège de Bourgogne à Paris, il échappe de peu au massacre de la Saint-Barthélemy et devient alors l'ami d'Henri de Navarre qui deviendra Henri IV et le suit dans tous ses combats. À 23 ans, il se marie avec une riche héritière, Anne de Courtenay. Déjà doué pour les finances et le commerce, il négocie des contrats pour les chevaux de l'armée et les reliquats des villes gagnées par les Protestants font sa fortune. Son rôle politique se fait prépondérant quand il doit négocier avec Henri III pour une alliance avec Henri de Navarre contre la Ligue des Guise. Renversement de situation en 1585 lorsque la famille des Guise et Henri III s'allient contre la famille des Navarre. Sully combat auprès d'Henri de Navarre jusqu'en 1590 où il est blessé, ainsi qu'en 1591. Sa femme, Anne de Courtenay décède, Sully hérite de ses biens et épouse bien vite en 1592 Rachel de Cochelet... Elle est riche, évidemment !
Entre-temps, Henri de Navarre devient Henri IV en 1589. Sully conseille au roi, en 1593, de se convertir au Catholicisme (lui-même n'abjure pas). Fin stratège, il négocie à nouveau avec le Duc de Guise pour pacifier le royaume. En récompense de ses bons et loyaux services, Henri IV le nomme Surintendant des Finances en 1598. Sully s'emploie à la tâche, remet de l'ordre dans les comptes et crée même une Chambre de justice pour lutter contre les fraudes fiscales en 1601. En un rien de temps, avec l'aide de ce nouvel organisme, il rembourse d'énormes dettes et peut assumer les dépenses des guerres (notamment en Espagne et en Savoie). Sully peut également racheter des places fortes tombées aux mains des Guise. Il s'attaque aux nobles, supprimant tous les anoblissements récents qui coûtaient pour autant de rentes. Extraordinaire trésorier : il amasse de l'épargne pour approvisionner les frais de guerre et lutte contre les excès et les prodigalités tout en diminuant l'impôt. Un « trésor » est ainsi reconstitué. Sou après sou, il réussit l'exploit de pouvoir racheter des biens royaux « hypothéqués ». Non seulement Sully équilibre le budget mais il fait des économies ! Nommé Gouverneur de la Bastille en 1602, il y place une bonne partie du trésor royal qu'il a pu ainsi récupérer. Non content d'être le Ministre des Finances, il se mêle d'économie en lançant cette célèbre phrase : « Pâturage et labourage sont les deux mamelles de la France». Fervent défenseur des paysans, il abolit les péages qui limitent le commerce entre les différentes provinces et instaure la liberté du commerce des grains. Plus encore, il incite les paysans à produire pour exporter, faisant de la France, la première puissance agricole d'Europe. Dans ce dessein, il interdit la saisie des outils de labour et procure aux paysans des avantages fiscaux. Écologiste avant l'heure, il interdit la dévastation des forêts et incite à l'extension des vignes. Si l'on compare aujourd'hui, il était non seulement Ministre de l'Economie et des Finances, de l'Agriculture, de l'Ecologie mais aussi... Des transports puisqu'il fait entreprendre de grandes voies de communication, notamment le canal de Briare qui peut enfin relier la Seine et la Loire. L'oeuvre de Sully ne se limite pas à cela puisqu'il devient Grand maître de l'artillerie et surintendant des fortifications : il est à l'origine de l'arsenal et de la fortification des frontières bien avant Vauban... Une sorte de Ministre de la Défense. Ce grand personnage politique est enfin nommé Duc et Pair de Sully en 1606. Quand son roi Henri IV meurt en 1610, Sully est progressivement mis à l'écart car Marie de Médicis ne l'aime guère.... Elle a en vue un autre gouvernant : Richelieu. Sully, qui a tant fait pour la France et son roi démissionne de son poste de surintendant des finances mais aussi de gouverneur de la Bastille en 1611. Devenu fort impopulaire auprès des nobles, des Protestants, et même des paysans (il était obligé de collecter des impôts pour payer la guerre d'Espagne), il se retire dans sa région du Centre et sur ses terres de Sully. Il y écrit ses mémoires. Il tente d'intervenir en 1627 lors du siège de La Rochelle par Richelieu et Louis XIII sans succès. Sully, ce Ministre avec un grand M, qui savait tout faire, décède, seul au château de Villebon en Eure-et-Loir le 22 décembre 1641. Son corps repose à Nogent-le-Rotrou.

Contributions de Catherine
Votez cet article :  photo - Très bien  photo - Bien  photo - A revoir

>> Voir tous les articles classiques
>> Envoyer cet article à un ami
>> Ajouter cet article dans vos favoris

 


<< décembre 2006 >>
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            

Ste Françoise-Xavière

Sainte Françoise-Xavière Cabrini, issue d’une famille nombreuse et aisée d’Italie, rêve de devenir missionnaire. Elle est d’abord enseignante puis tente d’aller en Chine, mais elle est refusée d’entrée dans les congrégations religieuses à cause de sa santé instable. Elle crée alors sa propre congrégation et le Pape Léon XIII lui propose d’aider les malheureux italiens qui émigrent de l’Atlantique. Elle fait bâtir des hôpitaux et des écoles et décède à l’âge de 67 ans, épuisée, ayant passée sa vie au service des autres où elle était nommée la « mère des émigrants ».



 

[ Retour à l'Annuaire ]




Qui sommes nous ? - Contact - Protection des données personnelles

Copyright 2002 / 2020 Aquadesign.be® Tous droits réservés, propriété exclusive de la SPRL Webbies