inscription newsletter Inscription newsletter
envoyer la page à un ami | Ajouter aux favoris | Version imprimable | annuaire  

22 novembre 1890 : naissance de Charles de Gaulle

Charles de Gaulle naît à Lille le 22 novembre 1890. Il avait peut-être un nom prédestiné mais sa particule était d'origine flamande, comme l'on dit « De.... » ou « Von... » ou encore « Le... ». Rien de noble en vérité car sa famille était d'origine bourgeoise flamande. Son père aime la littérature mais le jeune Charles a une vocation militaire. Il fait donc des études à l'école Saint-Cyr puis entre sous les ordres de Pétain qui n'est que colonel à l'époque. Charles de Gaulle est blessé lors de la bataille de Verdun en 1916 puis est fait prisonnier. Il sera libéré lors de l'armistice de 1918. Philippe Pétain, de colonel passe à général puis maréchal. De Gaulle est sous l'autorité de cet homme à la carrure brillante. Charles enseigne l'histoire à Saint-Cyr. Il écrit et montre très tôt des signes nationalistes, soutenant la politique colonialiste de la France. Militaire et stratège, ses préférences se portent sur une armée de métier s'appuyant sur les blindés et l'aviation. Le Maréchal Pétain n'est pas d'accord, Léon Blum non plus, pourtant les Allemands créent des Panzedivision, et ce, dès 1934. Charles de Gaulle écrit un ouvrage « Vers l'armée de métier » étrangement prémonitoire sur l'accession d'Hitler au pouvoir et sur le colonialisme qui doit perdurer. Il se fâche avec Pétain qui voulait publier sous son nom le livre de De Gaulle « La France et son
armée ». Tout oppose les deux hommes : leur famille et leur religion (Pétain étant athée, De Gaulle catholique, voire monarchiste). En 1940, le fossé va s'accentuer Pétain et De Gaulle, l'un étant incliné vers l'armistice et l'occupation allemande, l'autre désirant plus que tout que la France résiste. À Londres, tandis que la résistance s'organise dans le pays, il lance le célèbre appel du 18 juin. Charles de Gaulle ne s'entend guère mieux avec Winston Churchill qui lui dira à la veille du grand débarquement : «Sachez-le, général ! Chaque fois qu'il nous faudra choisir entre l'Europe et le grand large, nous serons toujours pour le grand large. Chaque fois qu'il me faudra choisir entre vous et Roosevelt, je choisirai Roosevelt.» Stupéfait, De Gaulle apprend que la France serait à son tour « colonisée » par les Britanniques et les Américains en attendant des jours meilleurs pour les Français. Tout au moins, c'est leur plan et mais c'est sans compter Charles de Gaulle. Français avant tout, il refuse l'idée d'une administration américo-britannique. Le 6 juin, date du débarquement, il envoie un message de ralliement aux Français. Même si De Gaulle n'est pas aimé non plus par Roosevelt, il arrive à persuader celui-ci que ce sont les Français qui doivent délivrer le pays. Avec ses quelques troupes, il fait une entrée triomphale à Paris le 26 août 1944. La France a de nouveau, un rôle international même si De Gaulle ne sera pas invité aux accords de Yalta. Il s'engage toujours dans le colonialisme dans la guerre d'Algérie et celle d'Indochine qui était pourtant devenue indépendante. Son discours économique change pour être dirigé vers le mieux être de la population, ce qui fait rallier à sa cause quelques communistes et intellectuels. Charles de Gaulle est pourtant éloigné du pouvoir en janvier 1946, le gouvernement provisoire est remplacé par la IVe République composée de modérés, Chrétiens-Démocrates, socialistes et radicaux. Ainsi rejeté, il fonde son parti le RPF (Rassemblement du Peuple Français). Il est toujours aussi colonialiste et doit se retirer en 1953 à Colombey-les-deux-Eglises. Pendant ce temps-là, il écrit. Pourtant, le soulèvement indépendantiste algérien, brutalement réprimé, le remet sur la scène en 1958. Les colons français en appellent à De Gaulle qui se presse d'assumer les pouvoirs de la République. René Coty, le Président de la République, va même lui demander de reformer son gouvernement. Fort de tous ces nouveaux pouvoirs, Charles de Gaulle va demander la rédaction d'une nouvelle constitution. C'est Michel Debré qui s'y colle et qui établit un régime présidentiel, un Président élu pour 7 ans, sans responsabilité devant le Parlement. C'est ainsi que naît la Vme République le 28 septembre 1958. Il fait établir l'élection du Président de la République au suffrage universel et instaure aussi le nouveau Franc. Les colonies d'Afrique noire sont indépendantes ainsi que l'Algérie, ce qui va provoquer le départ de nombreux Français d'Algérie que l'on appellera « Pieds-noirs » et dont le sort fait encore polémique aujourd'hui. Les années qui vont suivre seront fastes pour le pays au plan économique. Il prendra cependant l'initiative de retirer les forces françaises de l'OTAN et mettra en oeuvre une force nucléaire de dissuasion. Sur le plan international, il est contre l'intervention américaine au Viet-Nam et est acclamé par les Québécois en 1967 « Vive le Québec libre ». Il dénote encore lors de la 3me guerre israélo-arabe, contre tous les avis occidentaux, prenant fait et cause contre Israël. Il va même jusqu'à signifier l'embargo contre Israël. Charles de Gaulle est réélu en 1965 Président de la République. Il est cependant la cible de tous les étudiants et ouvriers de mai 1968. Il démissionne de ses fonctions, suite à un référendum, le 28 avril 1969. Il meurt, l'année suivante, à l'âge de 80 ans et sera enterré, selon ses désirs dans son village de Colombey. Charles de Gaulle aura certainement été l'homme politique le plus important du XXe siècle en France... D'ailleurs, bon nombre d'élus ou de candidats politiques font encore référence à cet homme hors du commun. On peut visiter la maison de naissance de Charles de Gaulle qui est devenue un musée à Lille.

Contributions de Catherine
Votez cet article :  photo - Très bien  photo - Bien  photo - A revoir

>> Voir tous les articles classiques
>> Envoyer cet article à un ami
>> Ajouter cet article dans vos favoris

 


<< novembre 2006 >>
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    
             

Sainte Cécile

L’histoire de cette sainte est mal connue. Elle aurait appartenue à une grande famille de Rome, nommée « Cecilii ». Elle venait en aide aux papes et avait la foi en l’Eglise chrétienne. Son mari convertit et elle firent des catacombes d’un terrrain devenu cimetière : les catacombes de Saint Calixte, où elle fut enterrée au beau milieu des papes ! Son cadavre ont été déposés à l’Eglise Sainte Cécile au Transtévère. L’image qu’on garde d’elle est le symbole d’une femme au grand cœur, une vierge martyre dont on garde beaucoup d’admiration !



 

[ Retour à l'Annuaire ]




Qui sommes nous ? - Contact - Protection des données personnelles

Copyright 2002 / 2019 Aquadesign.be® Tous droits réservés, propriété exclusive de la SPRL Webbies