inscription newsletter Inscription newsletter
envoyer la page à un ami | Ajouter aux favoris | Version imprimable | annuaire  

15 novembre 1907 : naissance de Claus von Stauffenberg, symbole de la résistance allemande

Non, tous les Allemands n'étaient pas des nazis ! Certains d'entre eux, à l'image de Claus von Stauffenberg, ont résisté comme en témoigne cette biographie. Claus Philip Maria Schenk Graf von Stauffenberg naît à Jettingen près d'Ulm dans le Wurtemberg dans une vieille famille catholique au rang élevé puisque son père qui était Comte, était aussi « Premier Maréchal de la cour » du royaume de Wurtemberg. Après des études brillantes axées vers la littérature, Claus von Stauffenberg embrasse la carrière militaire en s'enrôlant en 1926 dans le régiment familial. Quelques années plus tard, Adolf Hitler prend le pouvoir en 1933 et Stauffenberg, bien que conservateur, fervent catholique et nationaliste, est en complète opposition avec le programme et les idées du Führer. En effet, il
déteste le racisme, l'arbitraire et l'antisémitisme. Les opinions de Stauffenberg vont encore s'amplifier après la Nuit de Cristal le 9 novembre 1938. Entre-temps pourtant, il est nommé capitaine (Hauptmannsführer) puis, enrôlé dans la 6me Panzerdivision, il participe à l'occupation des Sudètes ainsi qu'aux campagnes de Pologne, de France et de Russie en recevant la Croix de fer en 1940. Trois ans plus tard, Stauffenberg alors lieutenant-colonel part pour l'Afrique du Nord où il est blessé : il perd notamment l'oeil gauche et la main droite. Cependant, durant tout ce temps, Stauffenberg a une conscience aiguë du parti nazi et après ses blessures, il rentre à Berlin en 1943 où il est nommé officier d'état-major. En Allemagne, un parti résistant s'était mis en place avec comme membre influent le général Friedrich Olbricht, le supérieur de Stauffenberg. L'opération Walkyrie était mise en place et acceptée par Hitler lui-même : il s'agissait de prévoir une armée de remplacement pour contrôler le Reich au cas où des perturbations couperaient les communications avec le haut-commandement militaire. De fait, l'opération Walkyrie avait surtout pour but de le démettre de ses pouvoirs... Une tentative de coup d'état eut donc lieu le 20 juillet 1944 et le rôle de Stauffenberg fut de téléphoner aux chefs des armées ordinaires afin d'arrêter les responsables politiques et militaires faisant partie des SD et de la Gestapo, les services de renseignements et de police du parti nazi. En outre, Stauffenberg, qui avait ses entrées auprès d'Hitler en tant que Colonel, acceptait de tuer lui-même le Führer. Cette tentative de coup d'état eut lieu dans l'Est de la Prusse. Stauffenberg emporta une mallette emplie d'explosifs qui était commandée par un minuteur. Alors qu'Hitler était présent, Stauffenberg entra dans la pièce de conférence, il plaça la mallette à proximité du dictateur puis sortit sans se faire remarquer. L'explosion ravagea le bâtiment et Stauffenberg rejoignit Berlin à la hâte, convaincu que personne n'avait pu survivre. Cependant, la mallette avait été déplacée et Hitler avait juste été un peu touché. Suspectant tout de suite Stauffenberg, un ordre fut donné d'abattre son avion mais cet ordre fut intercepté par un sympathisant de la conspiration. Le coup d'état avait donc échoué. Tous les conspirateurs furent arrêtés à Berlin, dans le bureau de la rue Bendler. Stauffenberg fut blessé. Une cour martiale fut organisée qui condamna les conspirateurs à mort. Ainsi, Stauffenberg, son aide de camp, le lieutenant von Haeften, le colonel von Quirnheim et le général Olbricht furent fusillés le 21 juillet 1944. Aujourd'hui, Claus von Stauffenberg est considéré comme le symbole de la résistance allemande au régime nazi et de nombreux films et ouvrages lui ont rendu hommage.

Contributions de Catherine
Votez cet article :  photo - Très bien  photo - Bien  photo - A revoir

>> Voir tous les articles classiques
>> Envoyer cet article à un ami
>> Ajouter cet article dans vos favoris

 


<< novembre 2007 >>
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
             

Saint Albert

Saint Albert le Grand naquit en Allemagne du sud, au XIIIe siècle. Issu de la noblesse, il fit son entrée dans l’Ordre des Prêcheurs. Ses résultats prometteurs le firent devenir enseignant ; il souhaitait concilier la philosophie d’Aristote avec la pensée chrétienne. Il enseignait alors à Paris et se lia d’amitié avec Saint Thomas d’Aquin, jeune étudiant fidèle. Ensemble, ils voyageront jusqu’en Allemagne, à Cologne. Il aimait enseigner mais sa foi ne lui permettait pas de continuer et il devint évêque de Ratisbonne. Malgré tout, il se montra incompétent et retourna finir ses jours en étudiant et développant thèses et philosophies, puisqu’il était plus scientifique que religieux !



 

[ Retour à l'Annuaire ]




Qui sommes nous ? - Contact - Protection des données personnelles

Copyright 2002 / 2019 Aquadesign.be® Tous droits réservés, propriété exclusive de la SPRL Webbies