inscription newsletter Inscription newsletter
envoyer la page à un ami | Ajouter aux favoris | Version imprimable | annuaire  

29 juillet 1907 : il y a un siècle naissait le Scoutisme

Bien sûr la notion de Scoutisme semble un peu « ringarde » aujourd'hui, à l'époque de la techno, du rap, de l'ecstasy, du cannabis, de la Ketty, des Poppers ou des Raves. La société évolue si vite que certaines références d'hier ne le sont plus aujourd'hui. Le mouvement « scout » vient d'un mot anglais signifiant « éclaireur » et le scoutisme a été fondé par le colonel Robert Baden-Powell le 29 juillet 1907. Britannique né en 1857, soit 50 ans plus tôt, Robert Baden-Powell grandit dans une famille nombreuse (10 frères et soeurs) dont le père est mort prématurément. Organisation oblige, Robert Baden-Powell est élevé dans une ambiance quasi-militaire. Ce sera le début de sa vocation. Etudiant assez médiocre, il est cependant reçu brillamment à l'école militaire. Il en sort avec le grade de sous-lieutenant et
aussitôt part aux Indes défendre l'empire britannique. Dans ces lieux inconnus, au milieu d'une nature parfois hostile, Robert Baden-Powell organise sa survie et celle de ses camarades dont un certain Winston Churchill. À son retour, il raconte à la presse ses exploits puis repart en Afrique du Sud pour se battre contre les Zoulous en 1888. Baden-Powell, marqué par les Boers, allège la discipline beaucoup trop rude des Britanniques et imagine les premiers commandos mobiles qui doivent se débrouiller, où qu'ils soient. Ainsi, il privilégie l'initiative personnelle par rapport à une discipline trop stricte à son goût. Il invente même un uniforme plus pratique tout en étant élégant (la chemise de couleur kaki est désormais ornée de badges et les chapeaux sont à bord plat, imités des anciens chapeaux de cow-boys mais marqués du sceau « BP », « Be Prepared » voulant dire « Toujours prêt ! »). Lors de la guerre des Boers en Afrique du Sud et de l'évolution de la ville du Cap, Baden-Powell est chargé de prendre la ville de Mafeking, un carrefour au coeur du Transvaal. Il est assiégé par 7 000 Boers (descendants hollandais ayant fait fortune dans la région). Il n'a que 2 000 hommes à sa disposition qui sont, en outre, mal entraînés. Il fait alors preuve d'une imagination sans bornes puisqu'il fait croire à un fort bien défendu, disposant de faux champs de mines. Avec ses maigres forces, il fait appel à de jeunes troupes, des cadets âgés de 12 à 16 ans ! Ce sont eux qui doivent surveiller les alentours, maintenir les liaisons et assurer le soutien de Mafeking. Grâce à ces gamins, Robert Baden-Powell sort vainqueur de ce siège long de 217 jours et il en retire un grade de général. Auparavant, à Londres, il avait écrit des « Instructions aux éclaireurs » (Aids to scouting). Or, il s'aperçoit avec surprise que ce manuel a été édité et est employé pour redresser et aider des jeunes gens en perdition. En effet, dans l'Angleterre de l'époque, nombreux sont les adolescents des quartiers pauvres qui s'éloignent du droit chemin et qui vivent dans un total mal-être. Robert Baden-Powell décide alors de corriger cet état de fait avec son expérience militaire et se met à disposition des associations caritatives. Sa réputation lui vaut de récolter des fonds afin d'implanter une petite colonie de jeunes rebelles le 29 juillet 1907 sur l'île de Brownsea dans le Dorsetshire. 24 jeunes gens s'y entraînent à des jeux de piste et l'année suivante, son projet prend forme avec « Scouting for boys ». Robert Baden-Powell, anobli, va consacrer ensuite sa vie au mouvement scout et décèdera le 8 janvier 1941 près du Kilimandjaro. Malgré les déviances des partis totalitaires (on se souvient des « Jeunesses hitlériennes »), le Scoutisme regroupe encore aujourd'hui 16 millions d'adolescents (filles et garçons) dans 136 pays au sein de différents groupes, qu'ils soient confessionnels ou laïcs et n'ont toujours qu'une seule devise « Toujours prêts ! ». Leurs missions est de savoir s'organiser pour aider les plus démunis... Même si d'aucuns s'en moquent, c'est quand même mieux que des raves parties ou de casser le bien d'autrui, non ?

Contributions de Catherine
Votez cet article :  photo - Très bien  photo - Bien  photo - A revoir

>> Voir tous les articles classiques
>> Envoyer cet article à un ami
>> Ajouter cet article dans vos favoris

 


<< juillet 2007 >>
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
             

Sainte Marthe

Marthe vécut à l'époque de Jésus. Le Seigneur aimait aller se reposer chez elle, il y faisait bon vivre. Marthe vivait avec sa soeur Marie et son frère Lazare. Jésus disait à Marthe qu'elle soit moins active durant ses réceptions mais qu'elle soit plus en convivialité avec ses hôtes. En effet, Marthe dans un souci de bien recevoir n’avait plus assez de temps pour parler à ses invités. Il est dit que c'est Jésus en personne qui accueillit Marthe aux portes du paradis.



 

[ Retour à l'Annuaire ]




Qui sommes nous ? - Contact - Protection des données personnelles

Copyright 2002 / 2017 Aquadesign.be® Tous droits réservés, propriété exclusive de la SPRL Webbies