inscription newsletter Inscription newsletter
envoyer la page à un ami | Ajouter aux favoris | Version imprimable | annuaire  

26 février 1802 : naissance de Victor Hugo

L'un des plus grands écrivains français naît à Besançon le 26 février 1802 alors que Bonaparte est Consul. Son père est un général de renom et sa mère, Sophie Trébuchet, une Bretonne adorant la littérature. Le petit Victor montre très tôt des dons manifestes pour l'écriture et l'on aurait retrouvé sur un de ses brouillons à l'âge de 14 ans « je veux être Chateaubriand ou rien » (sa mère est originaire de Châteaubriant en Bretagne)... Il sera bien plus que Chateaubriand, devenant par la suite le plus grand écrivain français. Son père devenu général d'Empire, Victor est élevé dans l'ambiance de la nostalgie de Napoléon Ier et du soutien à la Restauration. Age de 17 ans, Victor Hugo reçoit déjà des distinctions pour ses écrits dont deux odes royalistes (Académie des Jeux floraux de Toulouse). Ses positions politiques sont ultraroyalistes. En précurseur, il s'engage déjà contre la peine de mort avec « le Dernier Jour d'un Condamné » en 1829 et publie 3 ans après un vibrant plaidoyer « se venger est de l'individu, punir est de Dieu »... Une loi contre la peine de mort faillit même d'être votée à quelques voix près. À l'avènement du roi Louis-Philippe, Victor Hugo devient chef de file de l'école romantique avec « Hernani » et surtout « La Cathédrale de notre Dame de Paris ». Il
soutient également le peuple lors des « Trois Glorieuses » en 1830. Pourtant, Victor Hugo, atteint par la mort de son père en 1828 et surtout par la mort de sa fille Léopoldine en 1843, n'écrit plus grand-chose. Nommé Académicien et pair de France, il semble que la nouvelle génération d'écrivains lui fasse de l'ombre comme Flaubert ou Stendhal. A l'époque, bien que s'éloignant de la monarchie, il rend gloire à Napoléon Ier qui a bien pourtant enterré la Révolution... Mais l'esprit conquérant de l'Empereur l'hypnotise. En 1848 arrive la Révolution républicaine et Victor Hugo change complètement de bord exhortant le peuple à la révolte. Il soutient le projet d'Etats-Unis d'Europe alors que toute l'Europe justement est en proie à des révoltes ici ou là. Victor Hugo s'engage alors pour Louis-Napoléon Bonaparte, le neveu du grand Empereur. A cette époque, Louis-Napoléon brigue le poste de Président de la République et son côté « social » plaît à Hugo. Il vire complètement à gauche à cette époque, proclamant même « J'ai grandi » en 1854. Pourtant, il est déçu de ne pas avoir reçu le Ministère de l'Education nationale et se fâche avec le Président Louis-Napoléon Bonaparte... Et puis, tel neveu, tel oncle, le Président rétablit l'Empire. C'est plus que Victor Hugo ne peut en supporter et il s'exile à Bruxelles puis à Jersey et enfin à Guernesey. Il y restera jusqu'à la chute de l'Empire refusant toute amnistie et pardon de l'Empereur. Pendant sa période de 20 ans d'exil volontaire, Hugo prend conscience de son influence. Il écrit alors avec acharnement non seulement des imprécations contre l'Empereur « Napoléon le Petit » mais aussi des chefs-d'oeuvre comme « les Contemplations » ou « La légende des Siècles ». Alors que quelques années auparavant, Victor Hugo était traité comme un ancien écrivain, les jeunes le considèrent dès lors comme un maître incontournable. « Les Misérables » écrit en 1862 lui valent non seulement la reconnaissance mais l'admiration de tous, dans tous les pays. Les ouvriers se cotiseront même pour avoir accès à cette oeuvre monumentale. Bien avant Emile Zola, Victor Hugo se sera montré un écrivain engagé et sensible à la détresse des humbles. Plus encore, il sera un visionnaire pour toutes les détresses du monde qui frappent encore aujourd'hui spécialement les enfants.... « Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rie ? Ces doux être pensifs que la fièvre maigrit ? Ces filles de huit ans qu'on voit cheminer seules ? Ils s'en vont travailler quinze heures sous des meules...(...) Jamais on ne s'arrête et jamais on ne joue. Il fait à peine jour, ils sont déjà bien las... ». Victor Hugo rentre enfin à Paris lors de la nouvelle République en 1871 où, sous les regards de la foule bienveillante, il poursuit ses combats contre la peine de mort, pour l'émancipation des femmes et pour une Europe fédérale. Toujours visionnaire et anti-esclavagiste, Victor Hugo prône l'émancipation des anciennes colonies en Afrique par l'enseignement et le développement industriel des nations africaines pauvres. En bref, tout ce que raconte nos politiques aujourd'hui, Victor Hugo l'aura déjà préconisé il y a plus d'un siècle. Extrêmement populaire, les Parisiens lui offrent des fleurs le jour de ses 80 ans et à sa mort, le 22 mai 1885, ses funérailles seront celles d'un chef d'état exceptionnel, mieux encore, elles seront accompagnées par tout un peuple reconnaissant pour cet un immense écrivain engagé pour la cause des plus démunis.

Contributions de Catherine
Votez cet article :  photo - Très bien  photo - Bien  photo - A revoir

>> Voir tous les articles classiques
>> Envoyer cet article à un ami
>> Ajouter cet article dans vos favoris

 


<< février 2007 >>
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28      
             

Saint Nestor

Saint Nestor était un êvéque dans le sud de la Turquie. Durant la persécution de Dèce, beaucoup de chrétiens vivant dans cette région abandonnèrent leur foi pour sauver leur vie. Nestor conseilla à ses fidèles de partir alors que lui se laisse arrêter. Les hommes de Dèce crucifièrent Nestor car celui préférait un homme crucifié à leur empereur.



 

[ Retour à l'Annuaire ]




Qui sommes nous ? - Contact - Protection des données personnelles

Copyright 2002 / 2019 Aquadesign.be® Tous droits réservés, propriété exclusive de la SPRL Webbies