inscription newsletter Inscription newsletter
envoyer la page à un ami | Ajouter aux favoris | Version imprimable | annuaire  

22 août 1791 : révolte à Saint-Domingue des esclaves noirs pour l’abolition de l’esclavage

Saint-Domingue était à l'époque, une colonie française des Antilles. Comme partout, les colons blancs exploitaient les esclaves noirs dans les plantations de café et de canne à sucre. Sur les 600 000 habitants que comptait la colonie, la plus prospère des possessions françaises, l'on recensait 500 000 esclaves noirs et 40 000 affranchis, nés le plus souvent d'unions mixtes et dont certains possédaient eux-mêmes des esclaves. En France, c'est la Révolution et l'Assemblée nationale accorde le droit de vote aux affranchis. Les colons blancs de Saint-Domingue voient cette mesure d'un mauvais oeil et envisagent même, pendant un temps, de proclamer leur indépendance. Les affranchis, quant à eux, demandent la totale égalité avec les colons. Bref.. Personne n'est content. Colons et affranchis commencent à se quereller, mêlant leurs esclaves à leurs affrontements. Chez les esclaves, certains ont pu s'échapper et se sont réfugiés dans la forêt où ils vivent tant bien
que mal (on les appelle « nègres marrons). Lors de la nuit du 14 août 1791, un prêtre vaudou nommé Boukman les incite, lors d'une cérémonie, à se révolter et à réclamer l'abolition de l'esclavage. C'est alors l'insurrection dans la nuit du 22 au 23 août. Des plantations sont mises à sac et les colons sont massacrés par centaines. Les affranchis ne tardent pas à aider les insurgés. On recense parmi eux, un certain François Toussaint, âgé de 48 ans, qui fait preuve de courage et de talents de stratège. Lui-même affranchi, il est relativement aisé puisqu'il a une propriété employant une vingtaine d'esclaves. Toussaint entre alors au service de Biassou, un des responsables du déclenchement de l'insurrection. On le surnomme vite « Louverture » car il arrive à percer des brèches comme personne. Les mois qui suivent sont de plus en plus sanglants. En France, on réagit trop tard : une égalité de droit est prononcée entre tous les hommes libres le 28 mars 1792 mais aucune mesure n'est prise en faveur des esclaves. À Saint-Domingue, les combats continuent. La guerre qui éclate en France contre l'Espagne en 1793 va être un élément moteur du conflit. En effet, les Espagnols occupent à l'époque la partie orientale de l'île. Ils proposent un accord à Biassou et à Toussaint Louverture : s'ils les aident contre les Français, tout le monde sera libre. Les insurgés évidemment acceptent et Toussaint Louverture devient lieutenant général de l'armée espagnole qui compte 4 000 hommes. En France, les responsables n'ont plus le choix et proclament la liberté générale des esclaves ce qui est fait le 29 août 1793. Puis, la Convention ratifie le 4 août 1794 l'abolition de l'esclavage dans toutes les colonies françaises. De fait, les colons blancs demandent l'aide des Anglais qui arrivent en mai 1794. Venus de la Jamaïque, 7 500 soldats britanniques prennent la capitale d'Haïti, Port-au-Prince. Toussaint Louverture change alors de camp et demande l'aide des Français le 18 mai, les remerciant d'avoir aboli l'esclavage. la Convention en profite et le nomme général de division. Les Anglais sont vite battus, d'autant plus qu'une épidémie de fièvre jaune atteint la plupart d'entre eux. En octobre 1798, ils donnent leur reddition. Toussaint Louverture prend alors la tête du gouvernement de l'île. Il arrive à rassurer les colons blancs et les noirs travaillent à nouveau dans les plantations mais en tant que salariés cette fois ! L'île est à nouveau prospère d'autant plus que début 1801, Toussaint Louverture annexe la partie orientale de l'île, ce qui déplaît fortement au nouveau Premier Consul, Napoléon Bonaparte. Toussaint Louverture se moque bien de Bonaparte et proclame l'autonomie de Saint-Domingue le 8 juillet 1801. Il se nomme lui-même Gouverneur général à vie de la République de Saint-Domingue. Bonaparte envoie alors des troupes sur place. Toussaint Louverture est arrêté alors qu'il est revenu en France en ayant signé un traité avec les Français. Le 25 août 1802, il est incarcéré au Fort de Joux dans le Doubs où il meurt d'une pneumonie le 7 avril 1803. Les combats se poursuivirent sur l'île et Saint-Domingue (ou Haïti) sera définitivement indépendante le 1er janvier 1804.

Contributions de Catherine
Votez cet article :  photo - Très bien  photo - Bien  photo - A revoir

>> Voir tous les articles classiques
>> Envoyer cet article à un ami
>> Ajouter cet article dans vos favoris

 


<< août 2007 >>
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
             

Saint Fabrice

Nous ne possédons que peu d'informations à propos de Saint Fabrice. Il a vécu au début du 5ème Siècle. Il est mort en martyr. Fabrice, tout comme Philibert, est célébré à Tolède.



 

[ Retour à l'Annuaire ]




Qui sommes nous ? - Contact - Protection des données personnelles

Copyright 2002 / 2020 Aquadesign.be® Tous droits réservés, propriété exclusive de la SPRL Webbies