inscription newsletter Inscription newsletter
envoyer la page à un ami | Ajouter aux favoris | Version imprimable | annuaire  

26 décembre 2004 : un des plus grands séismes de tous les temps eut lieu en Indonésie

C'est peut-être parce qu'il nous semble proche dans le temps - deux ans c'est peu à l'échelle de l'histoire du monde - qu'il apparaît peu utile de placer cet événement dans cette rubrique, mais il faut savoir que même le désastre de Pompéi n'avait pas été aussi dévastateur ! En ce 26 décembre 2004, ce séisme était d'une magnitude de 9,1 à 9,3 sur l'échelle de Richter... L'épicentre se produisit à environ 160 kilomètres à l'ouest de Sumatra, à une grande profondeur : 30 mètres. Le phénomène avait pour origine une rupture sous-marine entre deux plaques tectoniques (l'Inde et la Birmanie). La faille a atteint 1200 kms en une dizaine de minutes en se propageant au Nord et au Sud. L'énergie dégagée représentait 500 mégatonnes de TNT et... Voilà qui fait froid dans le dos... à 30 000 bombes nucléaires équivalentes à celle d'Hiroshima ! La mer fut ainsi transportée par des ondes géantes mesurant plusieurs dizaines de kilomètres à une vitesse incroyable (800 kms/heure). La masse d'eau déplacée fut impressionnante, se mouvant en tourbillons gigantesques d'une énorme amplitude (à tel point que même des marins
n'ont rien senti alors qu'ils se trouvaient au large des côtes). À part le Chili en 1960 dont le séisme avait été calculé à 9,5, nulle terre habitée n'avait subi un tel phénomène... À minuit 58 minutes, 53 secondes UT (7h58 heure locale), la terre gronda à Sumatra. L'énorme raz-de-marée s'abattit quelques heures plus tard aux Maldives, au Sri Lanka, en Inde, au Bangladesh, en Thaïlande, en Malaisie, à Singapour, à Myanmar (ex Birmanie) et dans une moindre mesure sur les côtes africaines comme en Somalie, en Tanzanie, mais aussi à La Réunion, à l'Île Maurice, voire jusqu'au nord-ouest de l'Australie. Avant que les vagues ne gagnent les côtes, les animaux, plus sensibles aux ultrasons, prirent la fuite vers les collines, notamment les éléphants qui arrachèrent leurs chaînes. Les oiseaux se turent. Le silence devint assourdissant, signe qu'une terrible catastrophe allait se produire. Même les dauphins s'éloignèrent... Les hommes, eux, vaquaient à leurs occupations, ne se rendant compte de rien. Des touristes profitaient du soleil sur des plages magnifiques, des commerçants dépliaient leurs étals. Un gigantesque raz-de-marée se profila à l'horizon. La mer se retira, comme aspirée... Des curieux iront voir ça de plus près puis, les vagues déferlèrent d'une puissance inimaginable. Selon les endroits, elles atteignirent de 3 à 15 mètres et il fut impossible d'y échapper. Plus de 223 000 morts sont dénombrés (chiffre des Nations Unies un an après la catastrophe), emportés par les flots. Ce triste bilan fut le plus lourd qu'ait connu la civilisation humaine. Toute la région fut dévastée. Il faut savoir qu'un tsunami prend plusieurs heures pour atteindre les côtes. Certains scientifiques ont déploré, a posteriori, le manque d'information des populations qui auraient pu être prévenues à temps et auraient été ainsi sauvées en allant à l'intérieur des terres ou sur des hauteurs. En effet, il n'existait aucun dispositif de surveillance des tsunamis dans l'Océan Indien, une région pourtant hautement menacée. Des répliques ont pu être également enregistrées, notamment le tremblement de terre du 28 mars 2005 dans la même région ainsi que le 24 juillet 2005 dans les Îles Nicobar. Récemment encore, une secousse se produisait encore à Sumatra en mai 2006 et rien ne prouve que de tels événements ne se produiront pas à nouveau car il semble qu'encore aujourd'hui, les plaques ne soient toujours pas stabilisées. Sur un plan géographique, toutes les cartes de la région sont à revoir, les terres ayant bougé ainsi que les reliefs. Un immense élan de solidarité a vu le jour dans le monde entier au lendemain de l'événement, les principaux pays donateurs étant par ordre l'Allemagne, l'Australie, les Etats-Unis, l'Union Européenne, la France, le Japon, le Canada, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Norvège, l'Italie, la Suède, l'Espagne, la Thaïlande, l'Arabie Saoudite, le Koweit... Il fallait bien ça pour soigner les milliers de blessés, enrayer les épidémies et fournir un nouveau toit au million de personnes déplacées sans compter la reconstruction de toutes les infrastructures. De nombreuses régions pansent encore leurs plaies aujourd'hui en espérant que de nouveaux moyens seront mis en oeuvre pour coordonner les informations le plus rapidement possible auprès des populations, au cas où une telle catastrophe se reproduirait.

Contributions de Catherine
Votez cet article :  photo - Très bien  photo - Bien  photo - A revoir

>> Voir tous les articles classiques
>> Envoyer cet article à un ami
>> Ajouter cet article dans vos favoris

 


<< décembre 2006 >>
Di Lu Ma Me Je Ve Sa
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            

Saint Etienne

Saint Etienne, dit Stephanos, fut disciple des apôtres de la congrégation de Jérusalem. Il devint l’un des 7 diacres lors que conflit des veuves. On l’arrêta parce qu’il osa promulguer l’Evangile et il fut lapidé en 35. Ce fut le premier martyr.



 

[ Retour à l'Annuaire ]




Qui sommes nous ? - Contact - Protection des données personnelles

Copyright 2002 / 2019 Aquadesign.be® Tous droits réservés, propriété exclusive de la SPRL Webbies